Littérature étrangère
Comments 4

Russie — Introduction à Tolstoï

Ce que j’aime de la littérature étrangère, c’est qu’elle permet de voyager à travers ses mots. De « voir » et de découvrir un bout de pays autre que notre Québec éternellement froid. La littérature étrangère offre un registre ahurissant de différents livres de différents pays; il est donc permis de se sentir confus dans cet amas de bouquins et de se demander : « Je commence par quoi? » J’ai donc décidé de me concentrer sur la Russie pour cet article, en me consacrant à l’auteur célèbre Léon Tolstoï. Ce romancier du XIXe siècle dépeint la vie du peuple russe à l’époque tsarique à travers ses créations, parfois en la critiquant et en exposant les enjeux de la civilisation. Je vous offre donc un petit guide pour vous introduire à sa littérature en vous présentant quelques romans populaires pour plonger dans ses créations.

Anna Karénine (1877)

Probablement son livre le plus connu. Pour moi, un livre peut nous séduire dès les premières lignes, avec Anna Karénine : « Les familles heureuses se ressemblent toutes, les familles malheureuses sont malheureuses chacune à leur façon », ces mots comblent tous mes désirs. On est donc plongé dans l’histoire d’une femme, Anna, et de son entourage plus ou moins proche appartenant à la haute société de Petersburg, entrant dans une relation adultère avec le compte Vronsky. C’est l’histoire d’une vie changée, le début de la fin.

Pour les intéressés du septième art, le film réalisé par Joe Wright en 2012 reflète bien le livre avec une mise en scène particulière et originale. Il est parfois plaisant de comparer un bouquin au film qui l’a inspiré.

Le Diable (1911)

Qui est le diable dans cette histoire? Le diable est une petite nouvelle mettant également en relation deux personnages dans une relation amoureuse, mais principalement sexuelle. C’est le côté physique et de tous ses désirs qui est mis de l’avant par l’auteur dans Le Diable. Eugène Irténieff, beau et jeune propriétaire terrien, noue une relation avec une paysanne qui semble toujours s’imposer à lui, peu importe les tentatives de résistance. Le diable, c’est la tentation.

Les plus fous sont indubitablement ceux qui décèlent chez les autres les signes de la folie qu’ils ne voient pas en eux.

La Guerre et la Paix (1865-1869)

Ce livre retrouvé en librairie en deux tomes vu l’épaisseur impressionnante de l’œuvre peut en décourager certains, mais ce roman vaut la peine d’être lu, étant un incontournable de la bibliographie de Tolstoï. On est plongé dans l’univers de la Russie à l’époque de Napoléon 1er. C’est un récit parsemé de plusieurs histoires, en plus de réflexions personnelles de l’auteur. On retrouve donc cinq familles aristocrates faisant face à l’incontournable en période de crise où leurs vies sont mêlées à la guerre.

Toute réforme imposée par la violence ne corrigera nullement le mal : la sagesse n’a pas besoin de la violence.

Une minisérie de six épisodes a été réalisée par Tom Harper en 2016 s’inspirant du livre, et celle-ci connaît un franc succès.

La Mort d’Ivan Ilitch (1886)

La mort apparaît dans cette longue nouvelle, épurée et libérée des artifices romanesques. C’est l’histoire d’un magistrat qui, lorsqu’une douleur l’atteint pour ne plus disparaître, prend conscience de réflexions faites par son entourage et se voit vivre l’expérience d’une mort imminente poétisée par l’auteur.

Plus il reculait dans le passé, plus il trouvait de la vie. Il y avait d’autant plus de vie qu’il y avait eu de bien dans la vie. Le bien et la vie se confondaient.

Voici donc quatre recommandations courtes et longues du célèbre auteur Léon Tolstoï que je vous conseille de découvrir pour apprivoiser la littérature russe. Ce sont des lectures qui sont toutes très agréables et réjouissantes, spécialement le matin, un café brûlant à la portée.

This entry was posted in: Littérature étrangère

par

Comme Rory Gilmore, Laurence a toujours tendance à trainer un livre avec elle, même pour un simple trajet en voiture. Étudiante en édition, elle a trouvé le bon programme pour elle. Passionnée par la littérature et le cinéma, elle aime lire, surtout la littérature québécoise et le théâtre, et regarder des films de tous genres. Ses buts sont de ne pas succomber à la pression de performer et de vivre avec lenteur.

4 Comments

  1. Les premiers mots d’Anna Karénine…tellement! J’ai toujours été fascinée par l’incipit de ce roman. Si ce n’est déjà lu, je recommande également la nouvelle « La Sonate à Kreutzer » pour quiconque s’intéresse à Tolstoï (dans la veine de la tromperie conjugale et des drames de famille, encore une fois).

    J’aime

  2. Anna Karénine est un magnifique roman! 🙂
    Je n’ai pas encore lu d’autres romans de Tolstoï mais ça ne saurait tarder 😛

    J’aime

  3. Ping : Mon amour pour Anna Karénine | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s