Littérature étrangère
Comment 1

Mon amour pour Anna Karénine

J’ai découvert Anna Karénine au secondaire en écoutant une série télé où une citation de l’auteur y était mentionnée, mais quand j’ai vu cette grosse brique de littérature russe trainer sur l’étagère de la librairie, j’ai vite perdu espoir en me disant : « Quand je serai plus grande. » Et bien je suis plus grande maintenant, et malgré que j’aie terminé cette lecture il y a plus d’un an, ce livre m’a marquée à un tel point que tout est encore clair dans ma tête. C’est probablement l’un des meilleurs livres que j’ai lus de toute ma vie, et c’est à ce moment que mon amour pour Tolstoï a commencé.

L’histoire de Tolstoï est habilement construite dans ce roman. Malgré le titre qui porte le même nom que la protagoniste principale, on pénètre l’univers de trois couples de la haute société de Petersburg : Kitty et Lévine, Daria et Oblonski et finalement Anna, Alexis et Vronski. Les trois histoires se partagent parallèlement les 858 pages, si bien qu’il est difficile de passer d’une histoire à l’autre par contrainte de ne pas connaître la suite avant quelques centaines de pages.

On s’engouffre donc dans une première histoire, celle d’Anna qui, par un simple voyage familial, croise le jeune officier Vronski à la gare. C’est une passion qui nait immédiatement et bien qu’elle tente de la combattre en restant fidèle à son mari et en se consacrant sur l’amour qu’elle porte pour son fils Serge, ses sentiments ne restent pas ignorés pour très longtemps, au point de plonger dans un pénible triangle amoureux où la remise en question et l’éveil des passions sont constamment présents chez Anna Karénine. C’est dans une Russie où le paraître est toujours au premier plan dans la haute société qu’Anna semble avancer entre condamnation et admiration.

Je t’aime, et t’ai toujours aimé quand on aime ainsi une personne, on l’aime telle qu’elle est et non telle qu’on la voudrait.

Deuxièmement, l’histoire de Kitty et Lénine relate une union tumultueuse; Kitty a 18 ans et fait son entrée dans la société, elle pense éprouver de l’amour pour Vronski qui préfère Anna, pendant que Lénine s’offre complètement à Kitty. Le roman bâtit lentement, mais sûrement leur liaison qu’on prend plaisir à lire et à suivre.

Troisièmement, Daria et Oblonski (le frère d’Anna) partagent une longue histoire et ont déjà créé ensemble une grande famille, ils sont immensément respectés dans la société, mais ils semblent avoir atteint un moment calamiteux dans leur relation dû à l’infidélité d’Oblonski et à l’indécision de Daria en rapport à cette situation. On assiste donc comme témoin aux malheurs d’un couple qui tente bien que mal de réussir ce qui semble l’impossible dans leur cas.

Je crois que s’il y a autant d’opinions que de têtes, il y a aussi autant de façons d’aimer qu’il y a de cœurs.

Finalement, l’écriture de Tolstoï est si belle, il utilise un vocabulaire très riche, et des métaphores très enrichissantes, c’est un vrai plaisir de le lire. Mon livre est finalement tellement magané, il affiche tout le vécu; il me suivait partout et ça m’a pris du temps de le lire, mais ça a toujours été un grand plaisir du début à la fin. C’est une très bonne introduction à la littérature russe, comme je le mentionne dans un précédent article et un ouvrage tout simplement séduisant.

Advertisements
This entry was posted in: Littérature étrangère

par

« Je crois que s’il y a autant d’opinions que de têtes, il y a aussi autant de façons d’aimer qu’il y a de cœurs. » (Anna Karénine, Tolstoï) Je suis une optimiste de la vie, je crois que tout arrive pour une raison et que le meilleur est toujours à venir. Étudiante en écriture de scenario et création littéraire à l’Université de Montréal, les livres ont toujours fait partie de ma vie. Je suis une amoureuse de la nature, lire au sommet d’une montagne est un idéal pour moi, autant que relaxer dans mon bain un bouquin à la main. Mon programme d’étude m’encourage à me surpasser et me fixer des objectifs, comme celui d’écrire un roman avant mes 25 ans. Le cinéma est également une passion pour moi, me réjouissant sans cesse de films de la nouvelle vague française. Mes deux passions sont donc en parfaite symbiose pour une amoureuse de l’art comme moi.

Un commentaire

  1. Ping : Autour des livres : rencontre avec Vanessa Bell | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s