Littérature jeunesse
Comment 1

Bienvenue à Saint-Icitte

Nous voilà invité dans un drôle de village. Nous suivons l’arrivée d’une étrangère, une bohémienne, une sorcière, une bergère et ses centaines de moutons. La population de ce curieux village se trouve à être très fermé et rempli de préjugés face à cette femme. Qui est-elle ? Que fait-elle ici, à Saint-Icitte, là où personne n’a jamais quitté le village ? Les villageois feront tout pour qu’elle déguerpisse de sa bute ! Déjà à la première journée ils déplacent leur affiche de «Bienvenue au village de Saint-Icitte» pour qu’elle ne soit plus sur leur territoire.

Heureusement, la bergère est une femme positive. C’est justement grâce à elle que nous faisons la connaissance des villageois. À chaque accueil ceux-ci tentent d’être le moins accueillant possible. Cependant, étrangement, ils se sentent à leur aise à sa présence. Est-ce parce qu’elle leur jette un sort ? La bergère réussit à rendre à l’aise les gens et écoute leurs confidences. Ils lui parlent des problèmes qu’ils vivent, que ce soit la soif du voyage, le fait de ne jamais réussir à faire à manger, à être intolérant au lactose et être laitier… La bergère a toujours une solution !

Mais, ce qui fait en sorte que les Saint-Icittois la craignent toujours, est que depuis qu’elle est au village il n’y a que le mauvais temps. Les gens craignent pour leurs récoltes, et le météorologue annonce même une énorme tempête ! Tous les villageois se mettent alors à la conception d’une arche, comme l’arche de Noé, sans l’inclure dans le projet. Heureusement pour la bergère, un homme est tombé en amour fou. Tellement qu’il a décidé de faire ce que personne dans le village n’a jamais fait : quitter le village et revenir avec un présent pour sa douce. Reste à savoir s’il arrivera avant la tempête !

Ce que j’ai pu constater au cours de ma lecture, c’est que Katrine Parent a écrit son roman sous la forme d’un conte. Voilà le pourquoi des nombreux jeux de mots; l’auteure en a mis partout! Et c’est, je crois, pourquoi j’ai apprécié ma lecture. Katrine Parent a un bel humour. Ses jeux de mot sont aussi accompagnés de liens. Je prends par exemple le laitier au nom de Nico-lac Tose, qui est allergique au lactose, c’est plutôt ironique! Nous retrouvons aussi le vendeur du magasin général qui se nomme Yvan Dettoute. Ma lecture m’a permis de gagner plusieurs sourires! Elle fait également des jeux de mots lorsqu’il est question de prendre une tasse de thé. Par exemple : un intimithé qui signifie «Un thé qui ne se boit qu’en compagnie de personnes chères».

Et la morale de cette histoire se trouve à être une métaphore. Le village de Saint-Icitte pourrait représenter le Québec et la bergère serait ses nouveaux arrivants. Beaucoup de gens craignent la nouveauté et l’arrivée massive d’immigrants peut faire partie de leurs craintes.

Tout comme pour chaque conte, on en ressort grandi de cette lecture!

Le fil rouge tient à remercier les éditions du Boréal pour le service de presse.

Cliquez ici pour voir ce livre directement sur

Advertisements

Un commentaire

  1. Ping : Nos suggestions d’album ou roman jeunesse pour le mois de février du défi #jelisunlivrequébécoisparmois | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s