Littérature québécoise
Comment 1

Petits instants de vie

Synapse, nom féminin
◆ Zone de contact entre deux neurones. (Source Antidote)

200 parcelles de vie.

Voilà ce que nous offre Simon Brousseau dans ce premier livre publié chez Cheval d’août.

200 phrases qui se lisent doucement, en savourant, 200 phrases qui viennent avec quelques lignes et quelques mots; définir un instant, une pensée, un monde tout entier. Petit bémol, chaque fois que la phrase se terminait je voulais en savoir plus. J’aurais pris des romans entiers suite à quelques phrases.

Un réel talent de l’auteur de ne pas rendre cette lecture lourde ou éparpillée. Malgré le fait qu’aucune phrase vient vraiment compléter la précédente, on ne se tanne pas de lire ce petit ouvrage. Ce sont des parcelles d’existence écrites de façon sensible, touchante, parfois ultra ordinaire, mais qui fascine et interpelle. Écrites au Tu, ces 200 phrases dévoilent des personnalités toutes plus humaines les unes que les autres et ça se lit avec douceur et fascination.

Ce premier roman de Simon Brousseau est une réussite. J’espère qu’il continuera à écrire parce que j’ai trouvé cela complètement chamboulant et magnifique de voir qu’il arrivait en si peu de mots à créer une ambiance et une personnalité si singulière pour chacun des personnages qu’on y croise. De plus, les phrases sont parfois incroyablement longues, mais les mots glissent d’eux-mêmes et la lecture se fait dans la plus grande évidence. Une écriture remarquablement lisse qui découle avec justesse et douceur.

Le genre de bouquin idéal à trainer sur sa table de chevet pour ouvrir une page au hasard et se laisser le temps de s’imprégner en quelques lignes seulement d’une ambiance et d’une réflexion.

Advertisements
This entry was posted in: Littérature québécoise

par

Lectrice invétérée, Martine est bachelière en études littéraires et la cofondatrice du Fil rouge. Créative et inspirée, elle a l’ambition de faire du Fil rouge un lieu de rassemblement qui incite les lectrices à prendre du temps pour elles par le biais de la lecture. Féministe, elle s’intéresse aux paradoxes entourant les mythes de beauté et la place des femmes en littérature. Elle tentera, avec ses projets pour Le fil rouge, de décomplexer et de dédramatiser le fait d’être une jeune adulte dans une société où tout le monde se doit de paraitre et non d’être. Vivre sa vie simplement et entourée de bouquins, c’est un peu son but. L’authenticité et l’imperfection, voilà ce qui lui plait.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s