Bande dessinée et roman graphique
Comment 1

Tisser des toiles d’araignée

Une berceuse en chiffons, la vie tissée de Louise Bourgeois est un objet des plus précieux. Comme à leur habitude, La pastèque ont su offrir un livre d’une qualité incroyable et en faire un de ces objets qu’on ne veut jamais ranger tellement il est beau à admirer.

Racontant l’enfance et le début de la vie d’artiste de Louise Bourgeois, Amy Noveski, qui a écrit le texte original, et l’incroyable illustratrice Isabelle Arsenault ont su faire de cet album un délice autant pour les yeux que pour la poésie qui s’y glisse.

Il y a une très grande douceur dans ce livre, un hymne à la relation maternelle qui unissait Louise à sa mère. Cette femme qui l’a intégrée dans le monde du tissage et pour qui Louise avait tellement de respect et d’amour. Elle en a d’ailleurs fait une muse en créant des araignées géantes qu’elle nomma Maman.

Réparatrice de choses brisées, 

Sa mère avait quelque chose de l’araignée.

Si on abime sa toile, l’araignée ne s’énerve pas

Elle la tisse et la répare

Capture d’écran 2016-07-29 à 15.05.10

Je ne connaissais pas spécialement Louise Bourgeois, j’avais entendu son nom quelque fois, mais rien de plus. J’ai donc vraiment apprécié que les dernières pages lui sont consacrées. On y explique un peu sa vie, ses inspirations artistiques et ses réalisations.

C’est une lecture toute en délicatesse et en poésie qui fait découvrir une enfance tranquille, saine, et une relation mère-fille incroyablement touchante. Sans parler des illustrations qui sont à couper le souffle. J’aime le fait que les pages soient grandes et qu’on utilise les deux pages en continuité dans l’illustration. Le livre devient encore plus vivant et on se sent immergé dans l’univers raconté par Amy Novesky. Il s’agit d’un hymne émouvant à cette artiste et à la source de son inspiration qu’est l’enfance.


Le fil rouge tient à remercier La pastèque pour ce service de presse.

Advertisements
This entry was posted in: Bande dessinée et roman graphique

par

Lectrice invétérée, Martine est bachelière en études littéraires et la cofondatrice du Fil rouge. Créative et inspirée, elle a l’ambition de faire du Fil rouge un lieu de rassemblement qui incite les lectrices à prendre du temps pour elles par le biais de la lecture. Féministe, elle s’intéresse aux paradoxes entourant les mythes de beauté et la place des femmes en littérature. Elle tentera, avec ses projets pour Le fil rouge, de décomplexer et de dédramatiser le fait d’être une jeune adulte dans une société où tout le monde se doit de paraitre et non d’être. Vivre sa vie simplement et entourée de bouquins, c’est un peu son but. L’authenticité et l’imperfection, voilà ce qui lui plait.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s