Littérature québécoise
Laisser un commentaire

Dans la chaleur d’être réellement soi

Texte paru préalablement dans le cahier du coffret littéraire mai 2016

Si j’ai appris une chose en lisant ce livre, c’est bien qu’il ne faut jamais se fier à la couverture. Eh oui, je l’avoue, dès le début j’étais un peu sceptique, sans doute à cause du titre qui me laissait croire à un réel guide des saunas nordiques et à la couverture qui avait l’air de confirmer le tout. Mais je vous encourage à aller au-delà des apparences, c’est d’ailleurs là toute la force du roman; ne jamais porter de jugement sans connaître toutes les nuances d’une histoire : le noir, le blanc et très souvent le gris.

Dans ce roman, Geneviève Drolet raconte l’histoire d’Emelyne, une femme qui est en voyage dans le nord de l’Europe pour visiter des saunas, car elle en écrira un guide. Bien qu’elle partage ses réflexions sur les saunas qu’elle visite, Le guide des saunas nordiques est loin d’être un guide, mais plutôt un roman qui laisse place à l’introspection, tout en mettant de l’avant cette passion pour les saunas qu’a l’auteure. Emelyne est confrontée à ce besoin de changer de vie, mais elle n’est pas prête à effectuer les changements dans son quotidien. Elle quitte donc sa fille et le père de cette dernière pour aller visiter des saunas en Finlande, en Estonie et en Allemagne, qui, elle l’espère inconsciemment, viendront la libérer, la faire renaître de ses maux. Le sauna joue donc le rôle de dépouillement, de renouveau et de renaissance dans sa vie.

Le personnage d’Emelyne n’est pas parfait et j’irais presque jusqu’à dire que souvent elle nous rebute dans notre lecture, mais au fil des pages, on découvre la complexité, l’humanité qui fait d’elle un être tout parfaitement imparfait. Bien que d’autres personnages du roman tels que sa mère et Benoit ne sont pas exactement des êtres exemplaires, il est intéressant de voir que chez Emelyne, il y a aussi une lucidité cachée. Elle se cache beaucoup de vérité inconsciemment pour aller mieux et c’est par le biais de son parcours dans les saunas qu’elle tente magiquement de se guérir de ses tourments. J’ai particulièrement aimé le point de vue du narrateur qui nous laisse entrevoir qu’une parcelle du comportement d’Emelyne, comme de ses relations intimes. Ainsi, cela nous incite à avoir un regard jamais teinté et de faire preuve d’ouverture et de non-jugement envers Emelyne.

Ce roman nous aide ou du moins nous inspire à faire preuve d’indulgence envers les autres, même quand tous les signes extérieurs semblent laissés empreints d’une histoire injuste. Emelyne est dans un moment charnière de son existence; elle veut changer, améliorer sa vie et même si on peut croire qu’elle devrait le faire autrement qu’en méditant et en découvrant des saunas, on se doit de la laisser vaguer à ses expérimentations et surtout, de la concevoir comme une femme éprise de contradiction, mais profondément habitée d’une envie de bien-être, comme nous le sommes tous, au final.

La dureté de son enfance comme de sa relation amoureuse avec Benoit qui tombe en morceaux, ont su briser un peu l’idée qu’elle se faisait de la vie idéale de famille. Elle est toutefois franchement inspirante dans son désir de faire ce qui lui plaît. Elle quitte Montréal pour ce voyage avec elle-même, et ce, malgré les conventions qui l’obligeraient à rester chez elle. J’ai trouvé qu’Emelyne était admirable par son entêtement à suivre ses passions, soit l’écriture et le voyage.

Emelyne cherche par ce voyage d’introspection une solution ultime pour améliorer sa vie, elle ne réalise simplement pas que parfois il suffit de s’avouer les vraies choses qui font mal. La métaphore de la toile d’araignée qui parcourt le roman vient très doucement nous faire comprendre que souvent nous sommes les uniques maîtres de notre vie…

Advertisements
This entry was posted in: Littérature québécoise

par

Le fil rouge est un blogue littéraire créé par deux amies, Marjorie et Martine, toutes deux passionnées par la littérature et par les vertus thérapeutiques de celle-ci. Notre approche face aux bouquins est liée à la bibliothérapie, car nous pensons sincèrement que la lecture procure un bien-être et que les oeuvres littéraires peuvent nous aider à cheminer personnellement. Nous tenons aussi à partager notre amour pour les bouquins, l’écriture, la création et sur les impacts positifs de ceux-ci sur notre vie et notre bien-être. Notre mission première est de favoriser la découverte de livres et de partager l’amour de la lecture, car ceux-ci peuvent avoir des impacts sur nos vies et sur notre évolution personnelle. Que ce soit le dernier roman québécois qui fait parler de lui, le vieux classique, le livre de cuisine ou bien même le livre à saveur plus psycho-pop, chez Le fil rouge, on croit fermement aux effets thérapeutiques que peuvent apporter la lecture et la littérature. Voilà pourquoi les collaboratrices et les cofondatrices se feront un plaisir de vous faire découvrir des bouquins qui leur ont fait du bien, tout simplement.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s