Littérature canadienne
Comments 3

Devenir adulte à 12 ans

La ballade de Baby (version française de Lullabies for Little Criminals) de Heather O’Neill suit le quotidien de Baby, une jeune fille de 12 ans élevée par un père toxicomane dans les quartiers malfamés de Montréal.

J’ai tout de suite été accrochée par ce livre en le voyant sur une des tables à l’avant de ma librairie préférée. Une couverture magenta montrant une petite fille en train de sauter à la corde à danser, difficile de résister! C’est en lisant la quatrième de couverture qui parlait de prostitution juvénile et de proxénétisme que j’ai conclu que ce livre n’était vraiment pas pour moi. J’ai beau étudier en psychoéducation et savoir très bien que tout n’est pas rose, je reste très sensible à la misère et à la souffrance. C’est après avoir vu à quel point une amie sur Goodreads avait aimé ce livre que j’en ai entamé sa lecture.

Some guardian angels did a terrible job. They were given work in the poor neighborhoods where none of the others wanted to go. Every delinquent kid had one of these miserable angels who made sure that they made the worst of every situation. These angels loved when people did the wrong thing or took risks. You can’t have that many bad things happen to you without some sort of heavenly design.

Entre nous, j’avoue que j’ai eu envie à quelques reprises d’enterrer mon exemplaire du livre dans le jardin ou de le mettre dans le congélateur à la manière de Joey dans Friends (cliquez ici pour un extrait dudit épisode). Certains passages étaient particulièrement difficiles à lire et brisaient mon cœur sensible. J’aurais tant aimé pouvoir prendre Baby dans mes bras et la protéger des événements qui ont volé son innocence d’enfant. J’avais beau me répéter que ce n’était qu’un livre, je pouvais facilement m’imaginer que la réalité de Baby était aussi celle de plusieurs jeunes adolescentes.

Avec du recul, je réalise maintenant que j’avais une grande incompréhension par rapport aux enfants négligés. Comme beaucoup de personnes, j’avais inconsciemment tenu pour acquis que les parents négligents devaient forcément n’être que mauvais, mais la réalité est tellement plus complexe que ça. En effet, même si Jules, le père de Baby, s’absente pendant plusieurs jours à la fois, on voit bien que Baby aime son père comme n’importe quel enfant aime le sien.

Ce serait faux de dire que je sais maintenant ce que des adolescentes dans la même situation que Baby vivent tous les jours. Par contre, être confrontée à une réalité aussi inconfortable que la majorité d’entre nous ne vont jamais vivre m’a certainement permis de mieux comprendre cette problématique et de grandir comme future intervenante.

cliquez-ici-pour-visiter-notre-boutique-en-ligne

Advertisements

3 Comments

    • Émilie Ratté says

      J’ai lu la version originale en anglais (celle de la photo) et j’ai beaucoup aimé le style de l’auteure. Si tu maîtrises l’anglais, je te conseille de relire le livre dans sa langue originale. C’est souvent difficile de garder le style de l’auteur en traduisant le livre.

      Je suis d’accord avec toi, c’est un roman qui m’a beaucoup marquée aussi! J’ai l’impression que cette histoire m’a vraiment fait grandir 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s