Féminisme
Laisser un commentaire

Le féminisme canadien, de A à Z

Abécédaire du féminisme était, à la base, une chronique radiophonique à Plus on est de fous, plus on lit! sur la première chaîne. Ce n’est que trois ans après le début des chroniques qu’a été mis sur pied ce livre, publié aux éditions Somme toute. Au tout début, j’ai trouvé curieux le choix de ne pas mettre de « L » apostrophe. Ça me semblait plus beau, ne serait-ce que pour une question de liaison. Par contre, j’ai vite compris pourquoi. Il n’y a clairement pas que 26 mots et noms qui s’attardent au féminisme, il n’y a pas que 26 choix. Cet abécédaire n’est donc pas L’abécédaire, seul de sa gang, mais bien un parmi d’autres, et c’est bien mieux ainsi.

On y parcourt donc l’alphabet, à travers 221 pages. On y retrouve des textes écrits par la recherchiste de Plus on est de fous, plus on lit!, Noémie Désilets-Courteau, ainsi que l’intervention, sous forme de citations, de plusieurs figures publiques telles que Aurélie Lanctôt, Mélissa Verreault, Judith Lussier, Martine Delvaux, Louise Dupré et plusieurs autres.

Dans ce livre, l’accent est mis sur les femmes canadiennes, celles qu’on connaît parfois moins. J’ai découvert des femmes et des vies qui ont influencé le féminisme au Canada et dont on ne parle évidemment pas dans les livres d’histoire. Le choix des mots est, pour la plupart, original et hors de ce qui pourrait nous venir en tête aux premiers abords. De plus, le choix d’ajouter des citations et des commentaires ajoute vraiment un côté personnel et plus familier aux textes un peu plus informels. La balance entre les deux permet de s’instruire et de se divertir à la fois.

Outre ce jeu de citation, on ne peut passer à côté du graphisme et des magnifiques images, de Sarah Marcotte-Boislard, qui lui confère un caractère unique.

Sans innover, Abécédaire du féminisme est un bel ajout à ma petite collection de livres sur le féminisme. Les faits, les statistiques et les citations en font un recueil intéressant et plaisant à lire, qui vous en apprendra certainement un peu plus sur le  féminisme,  la culture populaire et l’histoire du Canada, d’une toute autre perspective.


Le fil rouge tient à remercier les éditions Somme toute pour ce livre.

cliquez-ici-pour-visiter-notre-boutique-en-ligne

Advertisements
This entry was posted in: Féminisme

par

Curieuse depuis toujours, Marjorie s’intéresse à un peu tout, avec un penchant marqué pour les mots, le féminisme, les phénomènes de culture populaire et les mystères de la vie. Elle est bachelière en littérature et cofondatrice du Fil rouge, à travers duquel elle tente de faire son petit bout de chemin, lire le plus possible et surtout, apprendre et connecter avec les autres. Naviguant tant bien que mal à travers la vingtaine, elle trouve ses assises dans la lecture et l’écriture, cherchant toujours à comprendre un peu mieux les contradictions qui rendent la vie intéressante. Elle croit que la littérature fait partie de ces choses qui peuvent changer une vie, la rendre un peu plus douce et mettre un baume là où il faut.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s