Littérature étrangère
Laisser un commentaire

Lecture pour l’éternelle romantique en vous

Depuis mon adolescence, je lis des romans d’amour de façon régulière. En fait, j’en ai tellement lu que ça m’a très probablement tourné la tête, me donnant une vision de l’amour littéralement romancée. Mais c’est plus fort que moi, je suis incapable d’y résister. J’adore le sentiment presque euphorique que me procure la lecture d’une bonne histoire d’amour.

Une inconditionnelle des romans d’amour comme moi connaissait l’oeuvre de Jane Austen depuis longtemps (Pride and Prejudice love!), mais ce n’est que récemment que j’ai découvert l’auteure Elizabeth Gaskell et son magnifique roman d’amour Nord et Sud. Alors que les romans de Jane Austen se déroulent dans la gentry campagnarde du sud de l’Angleterre, Nord et Sud présente l’autre côté de la réalité anglaise du début du XIXe siècle, celle du nord industriel.

Nord et Sud met en scène le personnage de Margaret Hale qui, après avoir connu une existence paisible dans le sud de l’Angleterre, se voit obligée de déménager dans le Nord, qui est en pleine industrialisation. Là-bas, elle est confrontée au monde ouvrier, à la misère et à la maladie. Elle y fait aussi la rencontre de Mr. Thornton, un important industriel et l’archétype du grand brun ténébreux. L’adaptation de Margaret à cette nouvelle vie est difficile, puisque ses référents socioculturels sont différents de ceux qui ont cours dans le Nord.

L’histoire d’amour est, ici, intimement liée au contexte social dans lequel elle se pose. La grève déclenchée par les ouvriers des usines de coton de la ville viendra bouleverser le monde de Thornton et remettre en question les valeurs de Margaret. Ces chamboulements rendent nos deux personnages vulnérables, les obligent à se remettre en question et à défendre leurs idéaux. Cette situation force le respect de l’autre, plus encore, il y a une reconnaissance des difficultés rencontrées et surmontées par l’autre, une véritable rencontre entre le Nord et le Sud.

À la fin de ce roman d’amour, vous devriez retrouver ce sentiment d’euphorie que procure la certitude de savoir que les personnages connaîtront une fin heureuse. C’est un roman qui fait du bien parce qu’il nous permet de croire, croire que malgré tout l’amour est possible.

P.-S. La BBC a fait une magnifique adaptation de ce roman en quatre épisodes d’une heure, qui porte le même nom.
cliquez-ici-pour-visiter-notre-boutique-en-ligne2822

Advertisements
This entry was posted in: Littérature étrangère

par

Anne-Marie vient tout juste de terminer une maîtrise en sociologie et elle prépare un doctorat dans le même domaine. Elle se spécialise en sociologie de la littérature parce qu'elle est convaincue que les livres sont bien plus qu'un tas de feuilles reliées ensemble, plus qu'un divertissement, elle pense qu'ils sont les témoins d'un époque et des guides pour leurs lecteurs. Anne-Marie a toujours un livre avec elle, juste au cas, on ne sait jamais à quel moment on aura besoin du secours de la littérature. Elle aurait voulu être BFF avec Jane Austen.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s