Littérature québécoise
Laisser un commentaire

Tout ce qui meurt derrière les apparences

Il y a peu de temps, je me suis plongée au cœur de Chrysalide, un roman d’Aude, choisi au hasard dans ma bibliothèque (j’ai emprunté ce livre à une amie il y a quelque temps). Chrysalide, qui m’a d’abord attirée par son titre, puis par le résumé en quatrième de couverture, raconte l’histoire de Catherine. Enfant unique de deux parents aimants et ne voulant que son bien-être et son bonheur, à l’aube de ses 14 ans, Catherine sent croître en elle une forme d’inconfort qu’elle n’arrive pas à nommer. Le jour même de son anniversaire, où elle est joyeusement entourée de ses amis, de sa famille et de cadeaux, elle fuit et tente de mettre fin à ses jours, comme ça, sans qu’elle-même s’y attende.

Elle ne supporte plus l’univers superficiel dans lequel elle vit depuis toujours, douillet, mais douloureusement vide.

Elle devient une jeune femme, après avoir brisé quelque chose entre elle et les gens qui l’avaient entourée jusque-là.

Catherine les dérange.

Jusqu’à l’adolescence, je m’étais si bien conformée à ce que les autres attendaient de moi que je n’étais plus qu’une belle image, avec rien derrière.

image1 *

J’ai, dans le passé, lu d’autres titres d’Aude, nouvelles et romans. Ce que j’ai particulièrement aimé ici, avec Chrysalide, c’est la proximité de l’auteure avec le début de l’âge adulte, sans sentir un effet moralisateur, de rabaissement, ou de jugement. J’avais réellement l’impression de suivre un pan de la vie de cette Catherine en parvenant presque à m’imaginer à sa place, tellement j’étais sensible à ses états d’âme et à ses choix de vie.

C’est ce qui m’a toujours le plus fascinée : la chrysalide. Il y a une chenille. Un jour, elle tisse autour d’elle un cocon de soie qu’elle accroche à une branche ou ailleurs. Ensuite, enveloppée dans son linceul, elle cesse de bouger. Elle respire à peine. Commence alors le long processus qui va inévitablement la faire disparaître, elle, en tant que chenille. Qu’est-ce qui lui arrive, au juste, pendant cette étape appelée « nymphose »? […] Elle ne se reconnaît plus.

J’ai beaucoup apprécié ma lecture de ce roman et je suis heureuse de savoir qu’il me reste d’autres Aude à découvrir, je m’en garde pour plus tard.

Si on n’en parle pas, non seulement aux autres, mais surtout dans sa tête, si on balaie cela sous le tapis, c’est comme si ça n’existait pas.

Bonne lecture et bonne découverte pour les lectrices et les lecteurs qui ne la connaissaient pas encore.

*

Claudette Charbonneau-Tissot obtient un diplôme d’études françaises à l’université de Montréal et d’écriture créative à l’université Laval. Enseignante au Cégep Garneau durant les années 1970, elle écrit notamment dans la revue littéraire La Barre du jour et dans le magazine Châtelaine. Elle publie des récits fantastiques, rassemblés notamment dans le recueil Contes pour hydrocéphales adultes. Elle remporte le Prix du Gouverneur général du Canada 1997 pour son recueil de nouvelles Cet imperceptible mouvement. Son chef-d’œuvre demeure toutefois le roman L’Enfant migrateur (1998), récit étrange d’une gémellité où deux frères jumeaux apparaissent pourtant aussi différents physiquement que liés par des rapports psychiques qui les rendent inséparables. L’auteure est atteinte d’une leucémie, diagnostiquée en 2005. Après la publication du roman Chrysalide, son rythme de travail est affecté par la maladie. En 2012 paraît le recueil Éclats de lieux, dont l’écriture a débuté cinq ans plus tôt. Elle meurt le 25 octobre 2012 dans la ville de Québec.

Ses trois premiers livres sont signés du nom de Claudette Charbonneau-Tissot. Depuis 1983, tous ses textes de fiction paraissent sous le nom de AUDE. C’est ainsi qu’on la désigne désormais en tant qu’auteure, sans nom de famille ou autre ajout de politesse. AUDE n’est pas un pseudonyme, c’est-à-dire un faux nom, mais bien le cœur de son prénom. Ce dépouillement dans le nom correspond à un autre qui s’est opéré progressivement dans le style de l’auteure, d’un livre à l’autre. Par une écriture à la fois dense et simple, et par la mise en place d’univers fictifs évocateurs, AUDE cherche à faire émerger dans la fiction tous ces mondes secrets et indicibles que nous portons en nous et qui constituent la source même de ce que nous sommes.

Chrysalide, Aude, roman, paru en 2006, dans la collection Romanichels chez XYZ éditeur

Bibliographie de l’auteure :

Nouvelles

1974 : Contes pour hydrocéphales adultes (Claudette Charbonneau-Tissot), Montréal, Cercle du livre de France

1976 : La Contrainte (Claudette Charbonneau-Tissot), Montréal, Cercle du livre de France

1987 : Banc de brume, ou Les Aventures de la petite fille que l’on croyait partie avec l’eau du bain, Montréal, Éditions du Roseau

1997 : Cet imperceptible mouvement, Montréal, XYZ

2012 : Éclats de lieux, Montréal, Lévesque Éditeur.

Conte

1983 : Les Petites Boîtes, Franconville, Éditions Arnaud

Romans

1985 : L’Assembleur, Montréal, Cercle du livre de France

1997 : La Chaise au fond de l’œil, Montréal, XYZ; première édition en 1979 sous le nom de Claudette Charbonneau-Tissot, Cercle du livre de France

1998 : L’Enfant migrateur, Montréal, XYZ

1999 : L’Homme au complet, Montréal, XYZ

2002 : Quelqu’un, Montréal, XYZ

2006 : Chrysalide, Montréal, XYZ

 Sources : Wikipédia & littérature.org

 cliquez-ici-pour-visiter-notre-boutique-en-ligne

Advertisements
This entry was posted in: Littérature québécoise
Tagged with: ,

par

Louba-Christina Michel est une passionnée. Elle écrit depuis qu’elle sait comment faire et même avant, dans une sorte d’hiéroglyphes inventés. Et dessine depuis plus longtemps encore, elle a dû naître avec un crayon dans la main. Elle est transportée par tout ce qui touche à la culture et dépense tout son argent pour des livres et des disques (hey oui!). Elle prend beaucoup trop de photos de son quotidien, depuis longtemps. Des centaines de films utilisés attendent d’être développés dans des petites boîtes fleuries. Sa vie tourne autour de ses grandes émotions, de ses bouquins, de l’écriture, de l’art, du café et maintenant de sa chatonne princesse Sofia. Après une dizaine d’années d’errance scolaire et de crises existentielles, entre plusieurs villes du Québec, elle est retournée dans son coin de pays pour reprendre son souffle. Elle travaille présentement à un roman et à une série de tableaux.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s