Autour des livres
Laisser un commentaire

Autour des livres : rencontre avec Evelyne de Biz et Thot

1. Quel est ton premier souvenir en lien avec la lecture?
Il faut savoir que ma mémoire fait défaut le plus souvent. C’est pour cela que je ne me souviens aucunement des soirées où ma mère me lisait des contes au lit. Je l’ai su d’elle. Cela dit, je me souviens avoir dévoré les magazines J’aime lire, ces petits livres rouges dans lesquels j’étais ravie de rencontrer, aux dernières pages, les méfaits de Tom-Tom et Nana. C’est ce magazine qui m’a appris à aimer la lecture. Les romans plus volumineux me semblaient ennuyants.

2. Avais-tu un rituel de lecture enfant ou un livre marquant? Et maintenant, as-tu un rituel de lecture?
Je suis devenue accro à la fiction à la fin du primaire. Les séries Amos Daragon et Harry Potter furent, comme pour d’autres enfants des années 1990, plus que des coups de cœur. Je lisais partout, tout le temps, à en manquer un spa party familial. Quand on me l’avait fait remarquer, ça m’avait bouleversée. Maintenant, j’essaie de lire partout, le plus souvent possible. C’est un peu plus difficile.

3. As-tu une routine d’écriture, des rituels? Dans quel état d’esprit dois-tu être pour écrire?
Je n’ai pas de rituel. Ma routine est plus cérébrale que matérielle. Je ne respecte pas une heure, un lieu, sauf peut-être une ambiance : le silence. La surabondance du bruit compte aussi, car le tout s’annule. Sinon, ma routine peut sembler trop romantique : je dois me sentir inspirée. Et ça, ça peut arriver n’importe quand. Si je ne suis pas dans cet état d’esprit, pour m’y rendre, je vais marcher, j’écoute des vidéos livresques ou je me relis.

4. Quels sont les livres qui t’ont donné envie d’écrire?
Je me souviens qu’un de mes professeurs du cégep nous disait : ne commencez jamais une introduction avec la formule : « de tout temps ». De tout temps, j’ai aimé écrire, sans catalyseur particulier. Ce n’est que depuis deux ans que je peux mettre le doigt sur quelque chose : YouTube. Une plateforme que j’adore (on s’en doute). Nommons la booktubeuse canadienne Ariel Bissett, qui m’a donné l’envie puissante de me mettre à la poésie. Si certaines œuvres m’inspirent aujourd’hui, ce sont certainement mes discussions et mes rencontres avec d’autres passionnés qui m’excitent le plus.

5. Quel est le livre qui t’a le plus fait cheminer personnellement et pourquoi?
C’est drôle, parce qu’en lisant les réponses des autres au questionnaire, je suis tombée sur celle d’Alexandra Girard, qui écrit exactement ce que je pense. L’Espèce fabulatrice de Nancy Huston, que j’ai découverte au cégep et rencontrée l’été dernier, a changé ma vision du monde et peut effectivement se positionner «comme ma Bible». Sinon, La chambre des dames de Jeanne Bourin m’a ouvert à l’univers médiéval, ce qui a guidé la majeure partie de mon parcours universitaire. Et je n’ai jamais possédé le roman. Ironique.

6. Si tu pouvais vivre dans un monde littéraire, ce serait lequel?
Un mélange entre Poudlard et le monde de Narnia me semblerait idyllique. J’aime les valeurs et la matérialité du premier, ainsi que la notion de temporalité et les paysages du deuxième.

7. Quel livre relis-tu constamment sans même te tanner?
Je ne relis pas mes livres. Par manque de temps (lectures obligatoires obligent), certes, mais aussi par peur de m’ennuyer ou, à tord ou à raison, de perdre la magie de la première lecture. Toutefois, il y en a un que j’ai relu 2 fois, enfant. Il s’agit du premier tome des Chroniques des Temps Obscurs de Michèle Paver, Mon frère loup. On parle de tribus indiennes, de généalogie, de magie, de survie en forêt, de communion avec la nature… C’est enivrant.

8. Quel est ton mot de la langue française préféré?
Tabarnak. Le juron est un mot Histoire, un mot de toutes émotions, si riche, qui pourtant est tabou dans chaque peuple. Alors pourquoi existe-t-il?! Celui que j’ai choisi, quand on l’entend, se rattache indéniablement à cette province que j’aime. Il me garde saine d’esprit, m’énergise, me dégoûte, il me fait sourire. Nancy Huston a fait son mémoire de maîtrise sur les sacres. Si j’ai l’air horripilante en ce moment, ça mérite d’aller jeter un coup d’œil au mémoire.

9. Quel livre aurais-tu aimé avoir écrit?
Portrait de l’artiste en jeune homme (A Portrait of the Artist as a Young Man) de James Joyce, en partie à défaut d’avoir lu Ulysse. Ça viendra. Portrait ne raconte pas l’objet, il l’est. En cela, le style d’écriture s’écarte complètement de la tradition précédente tout en restant si beau et fluide… En plus de partager ses réflexions sur la vie et l’art, Dedalus (alias Joyce) critique son pays et sa culture avec lucidité à travers la vie religieuse. J’en suis presque à la fin de ma lecture. Je m’y sens si calme, bercée, amusée, et plus critique que jamais. Portrait est mon chef d’œuvre philosophique et artistique. (Et le recueil The Lady in the Looking-Glass de Virginia Woolf n’est pas loin).

10. Si tu écrivais ta propre biographie, quel serait le titre?
Pleine d’eau! J’ai dû y réfléchir un moment… Le titre se réfère au symbole de la vague, qui représente plusieurs de mes facettes.

Cliquez ici pour découvrir sa chaîne YouTube.

les coffrets le fil rouge, boites à abonnement, les livres qui font du bien,

Advertisements
This entry was posted in: Autour des livres

par

Le fil rouge est un blogue littéraire créé par deux amies, Marjorie et Martine, toutes deux passionnées par la littérature et par les vertus thérapeutiques de celle-ci. Notre approche face aux bouquins est liée à la bibliothérapie, car nous pensons sincèrement que la lecture procure un bien-être et que les oeuvres littéraires peuvent nous aider à cheminer personnellement. Nous tenons aussi à partager notre amour pour les bouquins, l’écriture, la création et sur les impacts positifs de ceux-ci sur notre vie et notre bien-être. Notre mission première est de favoriser la découverte de livres et de partager l’amour de la lecture, car ceux-ci peuvent avoir des impacts sur nos vies et sur notre évolution personnelle. Que ce soit le dernier roman québécois qui fait parler de lui, le vieux classique, le livre de cuisine ou bien même le livre à saveur plus psycho-pop, chez Le fil rouge, on croit fermement aux effets thérapeutiques que peuvent apporter la lecture et la littérature. Voilà pourquoi les collaboratrices et les cofondatrices se feront un plaisir de vous faire découvrir des bouquins qui leur ont fait du bien, tout simplement.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s