Défis littéraires
Laisser un commentaire

Relire la série « Le Roman de Sara » d’Anique Poitras à 28 ans #jelisunlivrequébécoisparmois

Je ne sais pas pour vous, mais lorsqu’un auteur me marque particulièrement, c’est comme s’il faisait partie intégrante de ma famille. Le tout est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit d’un auteur qui m’a marquée pendant ma jeunesse, car on dirait que les récits que nous lisons lors de notre âge formateur nous marquent au fer rouge. C’était le cas d’Anique Poitras et de sa sublime série « Le Roman de Sara ». C’est probablement pourquoi j’étais si troublée d’apprendre sa mort en décembre dernier. J’étais secouée, et, pour faire mon deuil, j’ai décidé de relire sa trilogie qui avait marqué ma préadolescence : La Lumière blanche, La Deuxième Vie et La Chambre D’éden. 

C’est avec beaucoup d’émotion que je suis allée chercher lesdits livres dans ma bibliothèque de bouquins d’enfant, chez mes parents. De relire ces romans dans la même édition que j’avais jadis tenue entre mes mains il y a de cela plus de 15 ans ajoutait au charme de l’expérience. C’est toujours avec un mélange de peur et d’appréhension que je relis des livres; après tout, on ne sait jamais si la réalité est à la hauteur de nos souvenirs.

Dans le cas des romans d’Anique Poitras, je pourrais vous dire, sans exagération, que cela surpassait mes souvenirs. J’ai ri, souri, pleuré à chaudes larmes (à la grande surprise de mon copain, d’ailleurs). Mais surtout, je me suis souvenue pourquoi j’avais adoré plonger dans les lignes du monde de Sara.

Dans ces petits chefs d’oeuvres de romans jeunesse, l’auteure réussit vraiment à nous immerger dans la vie d’une adolescente qui apprend à la dure plusieurs leçons de vie : la disparition du premier amour, le deuil, l’enfer de la drogue et de la prostitution, la quête identitaire… Dit comme cela, ça semble très lourd et dramatique, mais il y a également de réels moments de bonheur que l’on se plaît à partager avec la protagoniste principale : la passion (que ce soit amoureuse ou une vocation), l’amitié, l’importance de la famille et le rire.

Sara est une jeune fille intelligente, cultivée, vive d’esprit et les romans sont d’ailleurs truffés de clins d’oeil culturels à divers auteurs, dramaturges et titres de chansons. Et, bien que la narratrice écrive en langage parlé réaliste, on se tient loin du langage trop familier ou vulgaire.

Bref, je vous conseille fortement la lecture ou la relecture de cette oeuvre visiblement écrite par une écrivaine talentueuse et très humaine. Si vous êtes comme moi, vous les lirez tous d’un trait et ils vous hanteront encore plusieurs jours… ou années durant!

Repose en paix, Anique. 
Nous avons perdu trop tôt une grande auteure. 

les coffrets le fil rouge, boites à abonnement, les livres qui font du bien,

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s