Littérature étrangère
Laisser un commentaire

L’Art de la joie : Quand l’art emprunte son thème à la littérature

Du 17 février au 14 mai se déroule à Québec Manif d’art 8 — La biennale de Québec. Le thème de l’événement, L’Art de la joie, est emprunté au roman de l’auteure italienne Goliarda Sapienza qui porte ce titre. Amatrice d’art à mes heures, j’ai décidé de profiter de l’occasion pour lire ce roman que je m’étais procuré à vil prix dans une librairie usagée, mais que je n’avais pas encore lu, manquant de courage pour attaquer les 800 pages. L’idée de combiner art et littérature m’a donné la motivation nécessaire pour entamer la lecture de ce roman majeur de la littérature italienne publié en 1998 pour la toute première fois.

L’Art de la joie, c’est l’histoire de Modesta née en 1900 dans un petit village de la Sicile en Italie. Au début du roman, elle est une jeune fille et elle vit dans la pauvreté avec sa mère et sa sœur trisomique. Son père est inconnu. Puis, une tragédie survient et elle devient orpheline. Elle est recueillie dans un couvent par des religieuses. Alors destinée à un avenir plutôt modeste, elle peut aspirer tout au plus à un emploi de servante, à rester au couvent et à devenir religieuse ou à se marier avec un homme qui n’a pas beaucoup de moyens. Or, Modesta en décide autrement. Déterminée, elle jouera d’astuces pour atteindre le statut de princesse et se hisser à la tête de la lignée des Brandiforti. À partir de ce moment, le roman devient une sorte de saga familiale pendant laquelle nous suivons la vie de Modesta et de son entourage au cours d’une grande partie du 20e siècle.

De cette trame narrative, il est difficile de comprendre la raison pour laquelle ce roman a pour titre L’Art de la joie. En fait, dans ce livre, la joie s’exprime à travers les choix, le mode de vie et la personnalité de Modesta et non à travers les événements qui sont dépeints. Modesta est une femme qui réussit à s’affranchir de la pauvreté, de l’Église et des conventions sociales. Non, la vie de Modesta n’est pas toujours heureuse, mais sa quête de la joie, elle la mène en faisant fi des convenances et en acquérant une indépendance morale, idéologique ainsi que financière et en étant libre sexuellement. C’est là-dedans que réside la beauté du livre : d’assister en tant que lecteur à la résistance d’une femme qui tente d’échapper à son destin alors que l’Italie vit une période plutôt sombre avec l’installation du fascisme et, éventuellement, l’arrivée au pouvoir de Mussolini.

La citation suivante d’Alexia Fabre, commissaire de Manif d’art 8 — La biennale de Québec, reflète bien en mon sens ce que représente la joie dans ce roman de Sapienza :

« L’Art de la joie n’est pas forcément joyeux. La joie est un combat, elle est une arme face à la violence. Elle appartient à chacun et il revient à chaque individu qui en fait le choix de la cultiver et de la chérir. »

L’oeuvre de BGL exposée au Musée des beaux-arts du Québec, Canadassimo (L’Atelier)

Ce roman n’est pas un page-turner, mais il demeure captivant malgré l’absence de grande intrigue. Ce qui est plutôt intéressant, c’est d’observer la manière dont Modesta s’affranchit des barrières érigées par la société et de réaliser à quel point les conventions sociales nous conditionnent à suivre un parcours déterminé. Bien que long, ce roman mérite à mon avis d’être lu, surtout pour bien comprendre à quel point le patriarcat et le sexisme ont pu être un obstacle à l’émancipation des femmes et, bien sûr, pour s’inspirer un peu de Modesta dans notre quête de la joie.

Enfin, je vous invite également à visiter les différentes expositions de la Manif d’art pour voir comment les artistes ont interprété ce thème de L’Art de la joie. Pour connaître les expositions à voir : http://manifdart.org/manif8/

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s