Littérature jeunesse
Laisser un commentaire

13 lettres pour vous dire qu’on vous aime

Parfois j’ai l’impression de me répéter sur ce blogue (!) parce que j’ai dit à de nombreuses reprises à quel point j’aimais Simon Boulerice. Tant pis, on dit jamais assez je t’aime, comme me l’a rappelé le roman dont je veux vous parler, je le redis, encore et encore, Simon Boulerice, je t’aime. (J’ai quand même eu la chance de lui dire, en vrai lors de notre dernier événement à Arsenal, n’ayez crainte, avec plus de nuance bien sûr!)

Avec ce dernier roman pour adolescents, Le dernier qui sort éteint la lumière, Simon Boulerice nous fait découvrir une famille des plus attachantes. Pour vrai, j’avais presque envie d’être adoptée! Les deux jumeaux, Arnold (pour Schwarzenegger voyons!) et Alia vivent avec leurs deux papas : Papou et Poupa ou plus communément appelés Julien et Édouard.

13 lettres pour vous dire qu’on vous aime

Les parents décident pour le 13e anniversaire de leurs jumeaux de leur offrir une lettre par jour, pendant 13 jours, pour leur avouer qui est entre les deux le père biologique des jumeaux, la mère biologique étant Sandrine, la marraine-sirène des jumeaux.

Au fil de ces lettres, les papas prennent le crayon chacun leur tour pour expliquer à leurs enfants de quelle façon ils se sont rencontrés, aimés, et comment ils ont pris la décision de fonder une famille. Avec beaucoup d’humour, Simon Boulerice nous fait rire et nous fait saisir toute la beauté de cette famille des plus ordinaires, aimantes et touchantes.

C’est sous le crayon d’Arnold qu’on se fait raconter l’histoire. On le suit dans ses questionnements, ses doutes, ses remises en question dignes du plus classique des adolescents. On s’attache tout de même à ce jeune artiste né, amoureux et très sensible.

Avec beaucoup de délicatesse et de douceur, on se laisse entraîner dans cette belle famille et on y croise des thèmes fondamentaux qui doivent être abordés avec les adolescents. Par exemple, le fait que la finale du roman est l’annonce du père biologique, mais qu’au fond cela n’a pas tellement d’importance rappelle, sans être moralisateur, que l’amour parental n’a rien à voir avec les liens de sang. De plus, on y représente certaines réalités d’une famille homoparentale, telle que l’intimidation que subissent parfois les jeunes qui viennent d’une famille différente ou le regard d’une société conçue pour la classique famille : 2 enfants, 1 maman et 1 papa.

Humour, références pop & pertinence

L’humour de Simon Boulerice comme ses références populaires font de lui un auteur adoré autant chez les adolescents, les enfants et les adultes. Il le dit lui-même, il a envie de parler à tout le monde et c’est un des rares qui sait si bien le faire. C’est vraiment sa plume, son ton, ses références qui font de ses œuvres (et Dieu sait qu’il en a) des plaisirs à découvrir et à partager. Au final, j’ai passé un tendre moment de lecture où je me suis surprise à sourire et à être émue par cette lecture et surtout par cette magnifique famille avec laquelle j’avais envie d’aller jouer à des jeux de société le jeudi soir. Un roman important à mettre dans les mains des étudiants au secondaire qui seront émus, divertis et grandis par cette lecture et par cette attachante famille!

Et vous, avez-vous déjà lu un roman de Simon Boulerice? Qu’en avez-vous pensé?


Le fil rouge tient à remercier les éditions Québec Amérique pour ce service de presse.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s