Littérature étrangère
Comment 1

Lady B, Par Maya Angelou ou l’empreinte d’une mère

Littérature américaine; Autobiographie; Relation avec sa mère; Maya Angelou; Lady B; Le fil rouge; L fil rouge lit; Bibliothérapie; Littérature; Lecture; Livres; Les livres qui font du bien

«Et c’est au cours de cette visite que je compris clairement, et pour la première fois, pourquoi une mère est si importante. Pas seulement parce qu’elle nourrit, aime, dorlote et même chouchoute un enfant, mais parce que d’une façon mystérieuse et presque surnaturelle, elle se tient au-dessus du vide. Elle fait le lien entre l’inconnu et le connu.»

Maya Angelou c’est un de mes plus grands coups de foudre littéraires. Pendant toute ma lecture de Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage je me demandais pourquoi personne ne m’avait fait lire cette autrice avant. C’est comme si elle et moi nous étions faites pour se rencontrer sur le papier. J’étais tout simplement renversée face à sa prose, presque muette devant la résonance que son écriture avait en moi, bien que ma vie soit si différente de la sienne. Ses autobiographies sont, pour moi, un coup de poing au ventre, mais aussi un baume pour le cœur.

L’autrice Afro-Américaine a connu une vie difficile. Née en 1928, elle grandira en Arkansas, un état ségrégationniste, puis en Californie, où les épreuves et les coups durs s’enchaîneront. Pourtant, ce qui ressort de son oeuvre ce n’est ni de la pitié, ni de l’apitoiement, ni même du désœuvrement, mais bien de l’espoir et c’est pour cette raison que les livres de Maya Angelou font du bien. Ils nous demandent de comprendre, de témoigner, d’apprendre. Ils nous proposent de toujours travailler à être la meilleure version de nous même, sans jamais imposer une pression de performance. C’est l’équilibre.

Dans son premier récit autobiographique Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage, l’autrice nous raconte son enfance, qu’elle a passée en grande majorité auprès de sa grand-mère autoritaire en Arkansas. Si cette situation ne lui permet pas de créer des liens avec sa mère lorsqu’elle est jeune, le renversement sera total lorsqu’elle arrivera à l’adolescence et qu’elle s’installera avec sa mère pour de bon. Sa mère lui avouera ne pas avoir su comment s’y prendre avec de jeunes enfants, mais que maintenant qu’elle est grande elle sait qu’elle sera la meilleure mère possible. Vivian Baxter deviendra alors Lady B et sera toujours présente pour sa fille. C’est auprès de sa mère que Maya Angelou apprend la détermination et la persévérance. C’est elle aussi qui lui apprend que parfois il ne suffit pas de vouloir prendre sa place, il faut se battre pour faire sa place. Vivian Baxter l’accompagnera dans tous les moments importants de sa vie, l’encourageant à être celle qu’elle veut être, sans porter de jugement sur les choix de sa fille, mais lui rappelant qu’elle doit apprendre de ses erreurs et qu’elle sera là quand elle aura besoin d’elle.

Après ma lecture de Lady B, j’ai appelé ma propre mère, émue, je voulais juste la remercier d’être là pour moi, présente dans ma vie. Lire du Maya Angelou me donne le goût de me dépasser. Et vous, quel livre vous donne le goût de réaliser vos rêves?

Advertisements

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s