Littérature canadienne
Laisser un commentaire

Entre amour, obsession et jalousie : les sœurs du Musée des espèces disparues

Édition XYZ, Bibliothérapie, cryptozoologie, Le fil rouge, le fil rouge lit, Le musée des espèces disparues, lecture, les livres qui font du bien, littérature, Nina Berkhout, soeurs

Ayant seulement une petite sœur, je trouvais que le premier roman de Nina Berkhout, Le musée des espèces disparues, me parlait tout particulièrement. Plus on vieillit, moins on se voit sans cette sœur qui a toujours été présente pour nous, dans les bonnes et les pires situations. On ne l’échangerait pour rien au monde et on ne lui souhaite que du bonheur.

Comment se déroulerait une vie où l’on voit cette sœur, toujours près de nous, s’éloigner, s’embourber et disparaître? Comment réagirait-on? C’est ce qu’a représenté Nina Berkhout dans son roman, et ce, avec une délicatesse teintée d’espoir, mais aussi d’un peu d’amertume.

Le poids familial

L’idée centrale de l’œuvre est le développement de la relation entre deux sœurs que tout oppose, Vivienne et Édith (pour Vivien Leigh et Édith Piaf, vouant ces enfants à un destin difficile déjà tracé d’avance par le choix de leur prénom). L’une est semblable à la mère, l’autre au père. Une mère névrosée, nostalgique d’une vie qu’elle n’aura jamais; un père collectionneur, passif, retiré dans l’art et la création. Édith, narratrice, nous permet de suivre le parcours de sa sœur dans les concours de beauté, la déchéance de celle-ci et la dynamique tendue entre les deux, affres d’une enfance particulièrement mouvementée.

Tous les personnages de ce roman sont des êtres en voie de disparition : Constance (la mère), Henry (le père), Vivienne et Liam (le grand amour d’Édith). Édith tente tant bien que mal de les conserver bien vivants, mais…

« […] il est impossible de transformer une personne en quelque chose qu’elle n’est pas. » 

Édith lutte pour conserver intacte sa famille, elle fait des compromis, s’endette, souffre, mais elle ne parvient jamais à les préserver comme elle les voudrait, dans son musée familial.

Les espèces disparues

Le titre Le musée des espèces disparues provient du travail de Theo de Buuter, cryptozoologiste :

CRYPTOZOOLOGIE, nom, Étude des animaux dont l’existence ou la survie sont disputées ou infondées, tels le monstre du Loch Ness et le sasquatch. 

La présence de ce personnage est discrète, mais elle constitue un appui de taille pour comprendre la signification de l’œuvre. Theo de Buuter cherche un oiseau dont l’existence est contestée, le koao. Les discussions qu’il aura avec Édith permettront à cette dernière de mettre un baume sur ses douleurs et donner un sens à son existence.

La licorne, animal dont l’existence est légendaire, hante l’esprit de la narratrice. Et ce n’est pas pour rien, la licorne incarnant cette jeunesse supposément éternelle qui s’estompe au fil des années. Cette créature peut tout à fait représenter l’œuvre dans son entièreté, métaphorisant ainsi les relations familiales d’Édith.

Si les relations sororales vous intéressent, je vous suggère Les sanguines d’Elsa Pépin, Les filles de Lori Lansens et Les filles de l’Allemand d’Annie-Claude Thériault, qui abordent ce même sujet.

Autres propositions des fileuses :

  • Les filles de Geneviève Brisac
  • L’autre moitié du soleil de Chimamanda Ngozi Adichie
  • Le tueur aveugle de Margaret Atwood
  • Raisons et sentiments ou Orgueil et préjugés de Jane Austen

Merci aux Éditions XYZ pour le service de presse.

Advertisements
This entry was posted in: Littérature canadienne

par

Vanessa est prof de littérature dans un p'tit cégep de région. Ce qui l'épanouit, c'est d'être près d'une bibliothèque où les tablettes rondissent sous le poids de ses lectures, d'une table de chevet trop encombrée, d'une grosse douillette de loup avec un café et un signet qui a vu défiler les années. Vanessa en mange matin, midi, soir, entre amies, entourée d'étudiants, seule ou au club littéraire de son village. Toutefois, elle considère qu'il ne faut jamais forcer la lecture et qu'un livre se doit d'être lu au moment opportun. Elle comble le tout de cinéma, de séries télévisées (avec un faible pour celles américaines), de sports et de son chien Mika (une labrador noire trop énergique, mais juste bien colleuse quand c'est le temps). Et oui, elle a bel et bien 389 livres dans sa liste de souhaits Renaud-Bray et ça n’inclut pas ceux de sa PAL.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s