Féminisme
Laisser un commentaire

Griff, une nouvelle collection jeunesse à découvrir

Pourquoi les filles ont mal au ventre, Lucile de Pesoulouan, Geneviève Darling, Éditions de l'Isatis, manifeste féministe, féminisme, lefilrougelit, le fil rouge, album, sexisme, différence, inégalités, privilèges, sexualité, sociologique, les livres qui font du bien, littérature québécoise, sexisme ordinaire,

Cette nouvelle collection des éditions l’Isatis, Griff, s’adresse aux jeunes de plus de 14 ans. À travers différentes thématiques, les livres de cette collection voudront briser des tabous, ouvrir la discussion et la réflexion chez les adolescent.es. Positionnée comme féministe, je trouve cette collection plus que nécessaire et lorsque les éditions l’Isatis nous ont envoyé les deux premiers albums de leur collection, je n’ai pu faire autrement que de les découvrir et j’ai été totalement charmée. J’avais donc envie de vous les présenter!

Les quatre saisons d’Elfina

Dans cet album illustré par Christine Delezenne et écrit par André Jacob, on y suit la jeune Elfina qui vit au Paraguay. Un jour, sa grand-mère lui annonce qu’elle ira vivre avec une famille aimante à Montréal et qu’elle pourra enfin aller à l’école. Or, les choses ne se passent pas comme prévu et la jeune fille devient l’esclave de la famille. Elle ne peut aller à l’école et se doit d’effectuer les tâches familiales. Elle sera même victime d’une agression sexuelle de la part du père de la famille. Heureusement, elle osera dénoncer sa situation et l’histoire se terminera avec espoir. Je trouve cela merveilleux que l’histoire aborde le thème de l’esclavagisme chez les enfants et le droit à l’éducation car, comme le dénonce la section référence (très utile pour les animations en classe) à la fin de l’album, 21 millions d’enfants (selon l’Organisation internationale du travail) seraient victimes d’emplois forcés. D’autant plus que l’histoire se situe à Montréal, je crois que les jeunes lecteur.trices seront conscients de cette problématique mondiale et des injustices des millions d’enfants dans le monde. Cet album pourra inciter à la discussion en ce qui concerne les droits des enfants et des adolescent.es.

Les illustrations de cet album sont aussi très réussies, on arrive très bien à ressentir la détresse d’Elfina et la froideur de sa nouvelle famille.

Pourquoi les filles ont mal au ventre 

L’an dernier, lorsque nous avions fait le coffret « féminisme » pour la campagne de sociofinancement, nous avions mis Pourquoi les filles ont mal au ventre, le petit zine de Shushanna Bikini London. Cette année, les éditions de l’Isatis ont décidé de publier une autre version de ce zine, cette fois-ci en album.

Tout d’abord, ce qui capte l’œil de ce magnifique album, ce sont les illustrations de Geneviève Darling. Elles ont un côté très réaliste et engagé qui rend très bien l’importance et la profondeur du texte. J’ai aimé le choix des illustrations avec le texte et c’est ce qui fait de cette version du zine un album qu’on se plaît à lire, à relire et à feuilleter.

Pourquoi les filles ont mal au ventre est un véritable manifeste féministe qui dénonce les inégalités dont les femmes sont victimes. On y aborde le sexisme ordinaire, la violence systématique, les malaises et les pressions ressentis par les femmes, de l’enfance à l’âge adulte. L’auteure Lucile de Pesloüan y aborde de nombreuses situations où les filles ont mal au ventre, où les femmes ne se sentent pas bien, où le féministe prend tout son sens. C’est un texte affirmé qui fait réfléchir et qui donne envie d’encore plus dénoncer ces inégalités.

C’est un album qui pose des questions et qui créera des discussions chez les jeunes. Il aborde les problèmes du sexisme quotidien, mais aussi des inégalités dans d’autres pays. On prend plaisir à lire parce que bien sûr on s’y reconnaît dans certaines situations, parce que cet album dénonce des situations qui se doivent de changer.

Ce livre sera une ressource et une façon pour les enseignant.es de discuter de sujets et de thématiques féministes en classe. L’œuvre se lit rapidement et surtout, ne laisse pas indifférent.e. Le format album est aussi propice à la lecture et aux discussions en groupe.

Et vous, pensez-vous qu’il est nécessaire d’aborder des sujets plus tabous avec les adolescent.es?


Le fil rouge tient à remercier les Éditions de l’Isatis pour les services de presse.

EnregistrerEnregistrer

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s