Clubs de lecture
Laisser un commentaire

Club de lecture : Manikanetish

Samedi le 21 octobre.

C’est au café Chez l’Éditeur, annexé aux Éditions Québec Amérique et aux Éditions Cardinal, qu’on se retrouve pour une deuxième rencontre, en ce beau samedi matin d’automne.

Notre lecture du mois : Manikanetish de Naomi Fontaine.

Une enseignante de français en poste sur une réserve indienne de la Côte-Nord raconte son univers, celui de ses élèves qui cherchent à se prendre en main. Autochtone, elle tentera tout pour les sauver du désespoir, même se lancer en théâtre avec eux. Dans ces voix, regards et paysages se détachent la lutte et l’espoir.

 

Alors, avez-vous aimé votre lecture?

Tous et toutes s’entendent pour dire que oui; que c’était beau, doux et plein de vulnérabilité. Que les moments choisis par l’auteure sont ceux qui sont portés d’une certaine lumière, d’une belle humanité, d’une envie de partage. Par contre, certain.e.s trouvent aussi qu’il manque un peu de profondeur à l’œuvre. Que le roman aurait mérité quelques pages de plus pour être moins en surface.

Nous sommes donc vraiment entre deux réactions, devant tout le beau, le doux, la lumière et ce choix — qui nous semble conscient — de faire miroiter plus de beau que de drame et devant cette gradation des relations, qui est à la fois belle et peut-être trop facile par moment.

***

Alors que certaines auraient voulu en savoir un peu plus sur la vie de la communauté et le quotidien des élèves, une question me vient en tête.

Mais est-ce que les auteur.e.s autochtones se doivent de raconter les réalités de leurs communautés?

C’est d’un « non » commun que les participant.e.s répondent. Pourtant, ce désir d’en savoir plus semble être présent; peut-être était-ce une attente un peu inconsciente, une simple curiosité?

La question identitaire 

La question identitaire est bel et bien présente dans Manikanetish. On y retrouve un personnage entre deux chaises qui ne se sent pas entièrement lui-même ni dans la communauté qui l’a vu naître ni dans la ville qui l’a vu grandir et qui cherche à se faire une place quelque part entre les deux. Les participant.e.s ont trouvé qu’on ressentait bien, à travers les différents extraits, cette solitude et cette difficulté à se frayer une place. Yammi semble se sentir un peu comme le mouton noir, exclue à la fois de la communauté de professeurs et loin de la réalité des élèves.

« On est tous le mouton noir de quelqu’un. » Cette phrase, sortie tout bonnement de la bouche de Martine, pleine de vérité et drôle à la fois, nous a tous bien fait rire. Un peu comme à l’image du livre qui semble mettre l’accent sur les aspects positifs et la lumière plus que la noirceur (qui y est tout de même présente), ce sont ces petites interventions cocasses qui peuvent créer aussi toute la lumière dans nos propres rencontres.

Le style 

Certain.e.s des participant.e.s ont l’impression qu’il y a, dans Manikanetish, une coupure plutôt évidente dans le style d’écriture. « Ça donne l’impression qu’elle a écrit le roman sur une longue période », dit l’un d’eux. En fait, c’est comme si on passait de la plume au propos. D’une écriture axée sur elle-même, travaillée, introspective, à une écriture qui met ensuite l’accent sur le propos, sur les élèves, sur les moments.

La place de l’enseignement 

La place de l’enseignement est non négligeable dans le roman. Ayant parmi nous deux enseignantes, on ne peut — ni ne veut — éviter la question. Les deux s’accordent pour dire que la manière dont Yammi enseigne à ses élèves est pleine d’humanité, de compassion et d’un désir de compréhension; un enseignement humaniste qui rejoint nos deux participantes.

***

Ce fut donc sur cette note que se termina notre rencontre. Comme toujours, on étira le temps, après la fin, pour jaser d’un peu tout, parler de nos lectures, mais aussi de la vie et, on doit l’avouer, un peu d’Occupation Double. Ah, que voulez-vous!

Notre collaboratrice Vanessa a d’ailleurs écrit un article au sujet de ce livre : Manikanetish, le retour d’une enseignante dans une école d’Uashat.

La prochaine fois, on se retrouve au magnifique Café les Oubliettes pour lire La dévoration des fées de Catherine Lalonde.

Advertisements
This entry was posted in: Clubs de lecture

par

Le fil rouge est un blogue littéraire créé par deux amies, Marjorie et Martine, toutes deux passionnées par la littérature et par les vertus thérapeutiques de celle-ci. Notre approche face aux bouquins est liée à la bibliothérapie, car nous pensons sincèrement que la lecture procure un bien-être et que les oeuvres littéraires peuvent nous aider à cheminer personnellement. Nous tenons aussi à partager notre amour pour les bouquins, l’écriture, la création et sur les impacts positifs de ceux-ci sur notre vie et notre bien-être. Notre mission première est de favoriser la découverte de livres et de partager l’amour de la lecture, car ceux-ci peuvent avoir des impacts sur nos vies et sur notre évolution personnelle. Que ce soit le dernier roman québécois qui fait parler de lui, le vieux classique, le livre de cuisine ou bien même le livre à saveur plus psycho-pop, chez Le fil rouge, on croit fermement aux effets thérapeutiques que peuvent apporter la lecture et la littérature. Voilà pourquoi les collaboratrices et les cofondatrices se feront un plaisir de vous faire découvrir des bouquins qui leur ont fait du bien, tout simplement.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s