Littérature québécoise
Laisser un commentaire

Puis nous nous sommes perdus de vue, histoires du grand-père que je n’ai pas eu

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, Puis nous nous sommes perdus de vue, Donald Alarie, Éditions Pleine lune, recueil de nouvelles, rencontres, Montréal, Québec, anecdotes, quotidien, littérature québécoise

En mettant la main sur Puis nous nous sommes perdus de vue, j’ai tout de suite été charmée par la forme que prend ce court livre de 160 pages. Publié en 2017 aux Éditions de la Pleine Lune, ce recueil de nouvelles nous plonge dans les souvenirs de l’auteur, Donald Alarie. Cet auteur, né à Montréal, n’en est pas à son premier ouvrage, il a même reçu le prix de la création artistique du CALQ en 2006 pour l’ensemble de son œuvre.

Les gens, l’âme de Montréal, le cœur du livre

Dès les premières pages, nous sommes plongés dans un Montréal ouvrier, à cheval entre la tradition et le renouveau. Une époque encore exempte de technologie, de réseaux sociaux et de mondialisation. Je ne peux m’empêcher de rattacher cette époque à celle décrite maintes fois par Michel Tremblay. On y retrouve le même type d’atmosphère; nostalgique et d’une grande simplicité.

Tout au long des 28 chapitres, Donald Alarie nous raconte sa vie, à travers une série de rencontres. Depuis sa plus tendre enfance, chaque chapitre se concentre sur une personne ayant marqué sa vie, d’une manière ou d’une autre. En référence au titre, ces personnes ont souvent fini par quitter la vie de l’auteur, laissant derrière elles une série de questions, de doux souvenirs ou même parfois de regrets.

Comme mon grand-père disait…

Tout au long de ma lecture, j’ai eu l’impression d’entendre mon grand-père raconter divers passages de sa vie, marqués par des rencontres fantastiques. C’est une histoire très intime et personnelle, que seul l’auteur était en mesure d’écrire. Il nous permet d’entrer dans son univers et ses souvenirs, à travers une écriture simple, efficace et tintée d’émotions. Il m’a permis de découvrir un Montréal en constante évolution, mais surtout, les gens qui y ont contribué.

À travers ses expériences avec autrui, nous suivons également son évolution personnelle. Donald Alarie se livre à son public sans retenue, sans censure. L’authenticité est au rendez-vous. J’ai été touchée par ses courtes histoires et cela m’a rappelé que chaque rencontre peut nous inspirer, nous apprendre quelque chose.

Et vous, quel est le dernier recueil de nouvelles ayant retenu votre attention?

 

Merci aux Éditions de la Pleine Lune pour le service de presse.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s