All posts tagged: quotidien

le fil rouge; le fil rouge lit; bibliothérapie; littérature; livres; les livres qui font du bien; lecture; Ce qu'on respire sur Tatouine; Jean-Christophe Réhel; Del Busso; littérature québécoise; quotidien; Star Wars; maladie

S’exiler sur Tatouine avec Jean-Christophe Réhel

Exposer la subtile beauté du banal, voilà l’exploit que réalise Jean-Christophe Réhel  avec la publication de Ce qu’on respire sur Tatouine. Dans ce roman sans chapitres, on suit le quotidien du narrateur, qui entrelace des épisodes réels de sa vie à des éléments fictifs, dans la plus pure tradition de l’autofiction. Entre un emploi de commis au Super C, une chambre louée dans le sous-sol d’un bungalow à Repentigny et une virée à New York arrosée de crème de menthe, Jean-Christophe Réhel nous dévoile l’unicité de l’anodin, le tout avec la chanson Fell in love with a girl qui résonne en permanence dans nos oreilles. Ode à la solitude sur fond de fantasme starwarsien Il se dégage de ce récit du quotidien une constante impression d’être dans la tête de l’auteur; on accompagne ses pensées, souvent incongrues, parfois incroyablement poétiques. Cette sensation de s’introduire dans l’intimité de l’auteur – qui avoisine le voyeurisme – dévoile aussi l’ampleur de sa profonde solitude. Partout où il va, le narrateur ne semble jamais complètement à sa place, il ne cadre pas …

manga, les fleurs du mal, nuisible, le mari de mon frère, seinen, shonen, japon, le fil rouge lit, les livres qui font du bien

3 suggestions de séries manga à découvrir

Quand je suis en panne de lecture, que ma capacité d’attention me fait défaut et que les romans me semblent être des projets interminables, lire un manga est un excellent remède à mes maux de lectrice. Puisqu’il se lit rapidement et qu’il ne m’épuise pas mentalement, il me fait du bien et ma motivation à lire se réactive comme par magie ! Il m’est donc venu à l’idée de vous proposer trois séries manga différentes, qui m’ont toutes permis de m’évader et de continuer à lire. Le mari de mon frère, Gengoroh Tagame Yaichi habite seul avec sa fille Kana. Un jour, un homme se présente à lui comme étant le mari de son frère jumeau qui a refait sa vie au Canada et qui est maintenant décédé. Il héberge donc Mike, son beau-frère venu d’Amérique du Nord pour découvrir le Japon, le pays qui a vu grandir son défunt frère. Vivant dans un pays où le mariage entre personnes de même sexe n’est pas encore légalisé, Yaichi, marqué par des préjugés homophobes, ouvrira tranquillement …

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, Puis nous nous sommes perdus de vue, Donald Alarie, Éditions Pleine lune, recueil de nouvelles, rencontres, Montréal, Québec, anecdotes, quotidien, littérature québécoise

Puis nous nous sommes perdus de vue, histoires du grand-père que je n’ai pas eu

En mettant la main sur Puis nous nous sommes perdus de vue, j’ai tout de suite été charmée par la forme que prend ce court livre de 160 pages. Publié en 2017 aux Éditions de la Pleine Lune, ce recueil de nouvelles nous plonge dans les souvenirs de l’auteur, Donald Alarie. Cet auteur, né à Montréal, n’en est pas à son premier ouvrage, il a même reçu le prix de la création artistique du CALQ en 2006 pour l’ensemble de son œuvre. Les gens, l’âme de Montréal, le cœur du livre Dès les premières pages, nous sommes plongés dans un Montréal ouvrier, à cheval entre la tradition et le renouveau. Une époque encore exempte de technologie, de réseaux sociaux et de mondialisation. Je ne peux m’empêcher de rattacher cette époque à celle décrite maintes fois par Michel Tremblay. On y retrouve le même type d’atmosphère; nostalgique et d’une grande simplicité. Tout au long des 28 chapitres, Donald Alarie nous raconte sa vie, à travers une série de rencontres. Depuis sa plus tendre enfance, chaque chapitre se …

Quand les fibres textiles racontent le devoir de mémoire

Armoire aux costumes, Charles Sagalane Toute une bête qu’est cette publication d’à peine 177 pages. Je ne peux même pas catégoriser la chose! Présentée tel que faisant partie d’un projet qui s’insère dans un vaste édifice littéraire : le Musée Moi… par ses moyens indisciplinaires! Ça situe déjà l’aventure. D’abord intéressée par la relation aux textiles sur le devoir de mémoire et comment ils peuvent altérer notre relation au monde, à soi, aux autres, j’abordais donc cette œuvre avec mes préalables… totalement à l’ouest! Je crois que c’est ici que réside sa grande force, proposer un territoire commun, connu pour nous emporter loin, très loin! J’ai adoré l’aventure! En voici la structure! Commencer par le dessert Joint à cette parution, un carnet rose intitulé Choses qu’on ne porterait jamais, expérience du vêtir. Ma copie numérotée 63/73 commençait comme suit : bas de nylon chemise verte pantalon avec de « l’eau dans cave » mini-jupe extensible … crocs J’ai évidemment amorcé cette rencontre avec l’univers de Sagalane par la fin, par ce carnet qui au final… …

Soirée illimitée pour vingt et une nouvelles

Titres de transport est le premier livre d’Alice Michaud-Lapointe, c’est aussi vingt et une nouvelles, dont le thème principal est le métro de Montréal. C’est la rencontre de plusieurs personnages, tous plus différents les uns des autres et un petit morceau de leur quotidien. Divisé en stations, l’auteure nous fait découvrir des personnages originaux ainsi que certaines stations de métro méconnues. Je vous en avais déjà parlé, Alice Michaud-Lapointe est venue faire un tour dans ma classe la session passée, dans le cadre de mon cours de littérature québécoise, pour nous lire un extrait de son premier roman, ainsi que pour discuter avec les étudiants de son processus d’écriture, son inspiration, ses projets futurs, etc. L’auteure voulait s’inspirer d’un lieu banal; une partie de notre quotidien. Quoi de mieux que le métro de Montréal, que des milliers de personnes empruntent chaque jour. Pour ce faire, Alice Michaud-Lapointe a décidé d’explorer les nombreuses stations du populaire transport en commun, allant des stations les plus connues comme Berri-UQAM aux stations randoms comme Assomption. Les vingt et une …

Lekhaim! aperçu d’un quotidien hassidique

Quand j’ai vu ce tout petit livre en librairie, je n’ai pu faire autrement que de l’acheter. Il y a déjà quelques années que je suis fascinée par les communautés religieuses qui, de par leurs croyances, vivent en marge de la société. Que ce soit les juifs hassidiques ou bien les anabaptistes – plus communément appelés les amish- je saisis toutes occasions d’en apprendre un peu plus sur leurs modes de vies, croyances et coutumes. Depuis quelques années, il faut dire que ces types de communautés sont de plus en plus médiatisés, souvent sous un oeil voyeur- et extérieur- qui dépeint très mal la réalité. Dans Lekhaim! Chroniques de la vie hassidique à Montréal, l’auteure Malka Zipora fait partie intégrante de sa communauté. À la base, ses chroniques furent publiées dans un petit journal distribué dans sa communauté hassidique, mais finirent par capter l’attention d’un oeil extérieur, résultant en ce petit recueil de 140 pages. 140 pages, divisées en 22 récits, sur la modeste vie de mère et de femme de Malka Zipora. À travers son écriture …