Clubs de lecture
Laisser un commentaire

Club de lecture: Petite Madeleine

Café Sfouf, 27 janvier 2018

Petite Madeleine de Philipe Lavalette fut la première lecture choisie dans notre nouveau groupe du samedi, presque entièrement constitué de nouveaux visages. Nous nous retrouvons, comme souvent lors de nos premières séances, au café Sfouf.  Nous faisons un tour de table pour connaître toutes ces nouvelles femmes avant d’entrer dans le vif du sujet… et de passer une commande de breuvages chauds, bien entendu.

Alors, qu’en avez-vous pensé ? 

Regard documentaire 

Personne n’a pu s’empêcher de faire un lien avec La femme qui fuit de Anaïs Barbeau-Lavalette, fille de l’auteur. On retrouve, dans les deux oeuvres, un récit de filiation, une lignée de femmes, un fort désir de comprendre d’où on vient et un tout aussi grand désir de quête, de mise en mots de ce retour aux souches.

Nous avons tout de même essayé de ne pas trop comparer les deux oeuvres. Il y a, bien entendu, des liens, mais Petite Madeleine reste très différent de La femme qui fuit. D’une part, l’histoire se déroule en  France à l’époque d’Henri Matis, donc bien avant Borduas et Barbeau. De plus, Philipe Lavalette propose une approche beaucoup plus documentaire à sa propre histoire, il cherche à reconstruire la vie de sa grand-mère de façon très réaliste, sans chercher l’émotion, il reste dans le factuel. En un sens, cette approche concorde bien avec le personnage de Madeleine qui ne nous donne pas non plus accès à ses émotions, mentionne l’une des participantes.

Missives et émotions

L’émotion, on la retrouve dans ces missives insérées ici et là à travers deux chapitres. Ces lettres, en italique, détonnent pour certaines alors qu’elles ajoutent un je ne sais quoi pour d’autres. Les avis sont partagés sur la question. En fait, certaines trouvent que ces lettres non datées coupent le rythme du récit, alors que d’autres trouvent qu’elles apportent des réponses à des questions. Par contre, nous avons dû nous questionner à savoir si ce choix des lettres avait été fait consciemment ou si elles avaient été ajoutées plus tard dans le processus d’écriture. Nous ne le sauront peut-être jamais, mais la question, légitime, fut intéressante à débattre.

Briser la lignée

La lignée de femmes qu’écrit Lavalette est celles de mères monoparentales, de femmes fortes mais froides, passives mais non-soumises. Le récit, peut-être trop court pour y faire vivre pleinement toutes ces femmes, raconte trop rapidement la filiation et la transmission. Il y a, à la fin, dans cette cassure de la lignée, dans le choix de rester, une certaine libération, un bris de statu quo qui se perpétuait parmi les femmes de cette famille. Les participantes ont aussi ressenti, à travers cette lignée de femmes, un certain besoin de l’auteur de justifier le  « pattern » perpétué comme un acte de loyauté. Ou peut-être était-ce seulement  un besoin de comprendre ce qui a poussé ces femmes à choisir, l’une après l’autre, la monoparentalité, jusqu’à cette petite Madeleine, ni la première, ni la seconde mais bien la troisième, celle avec qui se termine le récit.

En somme, ce livre à la fois personnel et documentaire n’a pas peut-être pas su toucher toutes les participantes, mais il a  néanmoins apporté  une multitude de discussions sur l’approche et la construction du récit, l’histoire et l’idée de filiation ainsi que la place des femmes dans l’oeuvre.

Advertisements
This entry was posted in: Clubs de lecture

par

Le fil rouge est un blogue littéraire créé par deux amies, Marjorie et Martine, toutes deux passionnées par la littérature et par les vertus thérapeutiques de celle-ci. Notre approche face aux bouquins est liée à la bibliothérapie, car nous pensons sincèrement que la lecture procure un bien-être et que les oeuvres littéraires peuvent nous aider à cheminer personnellement. Nous tenons aussi à partager notre amour pour les bouquins, l’écriture, la création et sur les impacts positifs de ceux-ci sur notre vie et notre bien-être. Notre mission première est de favoriser la découverte de livres et de partager l’amour de la lecture, car ceux-ci peuvent avoir des impacts sur nos vies et sur notre évolution personnelle. Que ce soit le dernier roman québécois qui fait parler de lui, le vieux classique, le livre de cuisine ou bien même le livre à saveur plus psycho-pop, chez Le fil rouge, on croit fermement aux effets thérapeutiques que peuvent apporter la lecture et la littérature. Voilà pourquoi les collaboratrices et les cofondatrices se feront un plaisir de vous faire découvrir des bouquins qui leur ont fait du bien, tout simplement.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s