Bande dessinée et roman graphique
Laisser un commentaire

Une enfance en nid de poule

fil rouge, fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livre, les livres qui font du bien, Vogue la valise, Siris, la Pastèque, bande dessinée, roman graphique, famille, mort, alcoolisme, intimidation, résilience, famille d'accueil

Quand j’ai enfin ouvert Vogue la valise, j’ai été surprise de voir que, malgré mes hautes attentes, le bédéiste Siris les surpassait toutes. À chaque page, je me posais de nouvelles questions sur ma perception de la vie et de la société qui m’entoure. Sur mon enfance et les souvenirs qui y sont rattachés. Pour certains, les bons souvenirs dépassent de loin les mauvais. Pour d’autres, il y en a plus de mauvais que de bons. Et il y a ceux pour qui ces souvenirs sont si rares qu’ils sont souvent engloutis par tout ce qui fait mal et tout ce qui brise l’âme. L’auteur a su illustrer la réalité des enfants mal-aimés, laissés de côté et les répercussions que cela peut avoir sur leur vie.

Une valise lourde de sens

L’histoire commence avec Renzo, un alcoolique semi-attachant, qui enchaîne les bouteilles d’alcool aussi vite qu’il perd ses emplois. Il rencontre Luce, une femme douce et résiliente, qui deviendra sa femme et la mère de ses cinq enfants : Louis, Josée, Chantal, Claudine et finalement, La Poule. Rapidement, Renzo va perdre le contrôle sur sa vie en laissant l’alcool prendre le dessus et Luce devra tout gérer seule. De fil en aiguille, elle va elle aussi non seulement perdre le contrôle, mais aussi la garde de ses cinq enfants, un à un. La Poule devient alors le personnage principal, et nous le suivons dans ses aventures qui sont loin d’être roses, à travers les familles d’accueil, les coups durs, la violence psychologique et l’acceptation d’un sort qui peut parfois être cruel.

Cette bande-dessinée, écrite et illustrée par Pierre Sirois, mieux connu sous le nom de Siris, est un vrai petit bijou. Il a su, avec beaucoup d’humour et des illustrations à couper le souffle, nous familiariser à la réalité difficile des enfants placés en famille d’accueil. On sait tous, à un niveau ou à un autre, que c’est une problématique dans notre société, mais il est facile de jouer à l’autruche et de détourner le regard. Siris réussit à lever le voile sur les abus et la violence qui font souvent partie du quotidien de ces enfants qui ne demandent qu’à être aimés.

Mariage parfait de ce qui est laid et de ce qui est beau

Je ne vous le cacherai pas, Vogue la valise est une bande-dessinée qui est assez imposante. Du haut de ses trois-cent-quarante-neuf pages, elle pourrait effrayer celui ou celle qui ne recherche qu’une lecture légère. Pourtant, je me suis retrouvée plongée dans un univers qui m’a captivée jusqu’à la toute dernière page, et j’aurais voulu en avoir encore plus. Le style de Siris est différent de ce que j’ai l’habitude de voir. À la fois simple et complexe, il sait parfaitement rendre les émotions des personnages sans trop aller dans les détails.

Vogue la valise est un chef-d’œuvre, rien de moins, qui aborde en toute beauté des thématiques très laides : l’alcoolisme, la mort, le rejet, l’intimidation, la violence et bien plus encore. Cette œuvre est un coup de maître de la part de l’auteur, un cadeau inestimable à lire absolument.

Et vous, avez-vous déjà lu un livre qui a changé votre façon de voir la société dans laquelle vous vivez?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s