Littérature jeunesse
Comments 2

Cinq albums jeunesse pour peaufiner ses techniques d’évasion dans l’imaginaire

Littérature jeunesse, Le fil rouge, Le fil rouge lit, lefilrouge, Livres, Littérature, Albums, Bibliothérapie, Lecture, Les livres qui font du bien, Where the Wild Things Are, Max et les Maximonstres

Dans le cadre de mon métier, je travaille avec le réel, dans sa grande cruauté comme dans son étonnante beauté. Au quotidien, je suis confrontée à la violence, aux oppressions et aux injustices qui façonnent notre monde. Décrocher devient alors essentiel et la lecture est un moyen particulièrement efficace pour ce faire. Depuis quelques temps, je prends un immense plaisir à découvrir les albums pour enfants. Il y a quelque chose d’extrêmement libérateur dans ce laisser-aller dans l’imaginaire que permet la littérature jeunesse. Les histoires inspirantes ponctuées de belles images que recèlent les albums jeunesse constituent une accalmie dans un monde qui me semble parfois trop fulgurant.

Where the Wild Things Are (traduit en français sous le titre Max et les maximonstres) a été mon premier coup de cœur, il y a quelques années déjà. Cette ode au monde de l’enfance est depuis une source d’apaisement et un rappel de l’importance de la créativité, de la spontanéité et du jeu. J’ai voulu partir à la découverte d’autres ouvrages jeunesse abordant le thème de l’imaginaire. Voici les quelques découvertes que j’ai pu faire en visitant la jolie petite librairie jeunesse Bric à Brac, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

Max et les maximonstres de Maurice Sendak

Cet album, publié dans les années 1960, dont le texte et les images ont été créés par Maurice Sendak, est un classique de la littérature jeunesse américaine. Un soir qu’il commet bêtise après bêtise, le jeune Max se retrouve en punition dans sa chambre. C’est alors qu’une forêt se met à apparaître autour de lui, puis un océan. Un bateau à voile l’emporte sur une île peuplée de bêtes effrayantes, dont il sera tôt fait roi. Les péripéties de Max sur cette île fabuleuse ont été portées à l’écran en 2009.

Le lac de singes d’Élise Turcotte et Marianne Ferrer

28765385_156930348341003_6709651390743969792_n

Il arrive à la maman du petit Pilou de buter sur les mots et de déformer ce qu’elle cherche à dire, ce qui lui attire bien des regards inquisiteurs. Un soir, elle souhaite demander à Pilou de mettre ses vêtements dans le sac de linge sale. Il ne suffit que d’un lapsus pour entraîner l’enfant dans une aventure au lac de singes. Il y découvre une jungle foisonnante peuplée de singes et d’une panoplie de créatures fascinantes. Voilà un joli livre pour apprendre à composer avec nos différences et à les appréhender avec empathie et humour.

Carl et Elsa s’échappent de Jenny Westin Verona et Jesus Verona

Lors d’une journée de congé passée à la maison, après avoir fait tous les jeux possibles à l’intérieur, Carl et Elsa s’ennuient franchement. C’est alors que les deux amis décident de s’aventurer dans le jardin, qui ne tardera pas à devenir une jungle profonde et animée, pleine de découvertes, de défis et de dangers dont il faut se prémunir. Les illustrations fourmillantes de détails qui accompagnent le récit sont une jolie invitation à découvrir avec eux leur monde imaginaire.

L’incroyable voyage d’une peluche de Pamela Zagarenski

Une peluche peut-elle vraiment communiquer et avoir des émotions? C’est ce dont est convaincu Henri, contrairement à ses parents. Lorsqu’il égare Léo, son fidèle ourson qui l’accompagne partout, il a bien du chagrin.

«Henri était persuadé que sa famille ne comprenait pas ce que signifiait être réel. Pour lui, Léo était tout aussi réel que sa mère, son père et sa sœur. Aussi réel qu’un arbre, un nuage, le soleil, la lune, les étoiles et le vent. Aussi réel qu’une fleur, une abeille, un oiseau, un renard, un galet, un ruisseau, un océan ou une baleine. Léo était son meilleur ami. Il était comme un frère. Ils s’aimaient. Ils prenaient soin l’un de l’autre. C’était cela, la réalité.»

Malgré les recherches menées de bon cœur par la famille d’Henri, on ne trouve nulle trace de Léo. C’était sans compter que de son côté, Léo, aidé par les animaux de la forêt, saurait retrouver le chemin qui le ramènerait auprès de son ami. Cette œuvre est une belle invitation à accueillir l’imaginaire des enfants, car après tout, leur monde est bien réel pour eux. Les quelques illustrations laissées sans texte nous permettent de nous abandonner à la contemplation, de même que de composer et de recomposer soi-même une narration à l’histoire.

Le jardin invisible de Valérie Picard et Marianne Ferrer

22118001_10154758044172413_2131714460_o

Impossible de ne pas mentionner cet album absolument magnifique qui raconte le voyage de la petite Arianne dans l’univers surprenant et intemporel du jardin de sa grand-mère. Une fileuse a d’ailleurs déjà raconté son expérience de lecture de cet album, que je vous invite à lire.

 

 

Et vous, quels sont les ouvrages littéraires qui vous permettent de vous évader dans l’imaginaire?

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Advertisements

2 Comments

  1. Ping : Cinq albums jeunesse pour peaufiner ses techniques d’évasion dans l’imaginaire – Le Bien-Etre au bout des Doigts

  2. Lyne says

    Moi ce sont les albums humoristiques qui m’aident à décrocher.

    Merci pour les bonnes références.

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s