Au-delà des livres
Comment 1

Il était une fois… un atelier sur le conte

Bibliothérapie, conte, littérature orale, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, Lectures, littérature, littérature québécoise, livres, livres qui font du bien, Évelyne Ménard, Yukon, Contes et légendes, Andersen, Légendes du Saint-Laurent, Jean-Claude Dupont, Contes et légendes du Québec, Contes de sorcières et d’ogresses

« Papa, raconte-moi une histoire » : souvenirs d’enfance

Mon père était un conteur extraordinaire qui brisait l’ennui des longs voyages en voiture et des étés pluvieux au chalet. Mythologies grecques, contes populaires adaptés et revisités ou épopées merveilleuses de son cru faisaient partie de son répertoire. Ma sœur et moi étions bon public et en redemandions sans cesse. Nous voulions entendre et réentendre ces histoires merveilleuses. Cette littérature orale, qui m’a accompagnée tout au long de mon enfance, a en partie construit mon identité et m’a amenée à la littérature. J’ai d’ailleurs commencé à lire sur le tard. Ces histoires me suffisaient avant qu’arrive le moment fatidique où on doit s’émanciper de l’enfance pour traverser la période douloureuse de l’adolescence. Les histoires de mon père se sont perdues dans les reliques du passé. Et, après avoir résisté, j’ai dû réapprendre à lire pour retrouver ce sentiment d’évasion unique que procure la fiction. Quand je repense à cette époque, aux origines de mon intérêt pour la littérature, je me questionne sur la place de l’oralité dans les œuvres littéraires.

Retrouver le goût de la littérature orale

Je vis au Yukon depuis septembre et, en février, la conteuse Évelyne Ménard a été invitée par l’Association franco-yukonnaise afin d’offrir aux francophones des ateliers sur le conte. J’ai eu la chance de participer à un de ses ateliers se déroulant sur trois jours, en soirée de 18 h à 21 h, et qui visait à nous préparer à participer à un 5 à 7 où nous aurions l’occasion de raconter un conte. Pendant les deux premiers jours, nous avons eu droit à un peu de théorie sur le conte, mais nous avons surtout fait différents exercices qui visaient à développer notre imaginaire et à raconter une histoire spontanément. Nous avons aussi fait des exercices de voix et d’étirements pour nous préparer à la scène. La troisième journée était consacrée à notre propre conte. Le but n’était pas d’inventer une histoire de toute pièce, mais de nous approprier un conte déjà existant. À ce stade, nous étions trois participantes qui avions accepté de nous prêter au jeu de la représentation publique. Les deux autres avaient déjà trouvé leurs histoires et avaient eu l’occasion d’en faire un résumé. J’ai été touchée par leurs contes qui avaient été choisis pour des raisons très personnelles et qu’elles racontaient avec beaucoup de conviction. L’un d’eux était issu d’une légende autochtone que la conteuse avait héritée de sa belle-mère et l’autre racontait l’histoire véritable de pionniers franco-yukonnais.

Mon histoire…

En m’inspirant d’un livre apporté par Évelyne, Légende du Saint-Laurent : récits des voyageurs de Jean-Claude Dupont, j’ai, comme les autres conteuses, décidé de m’inspirer de ma propre histoire. J’ai raconté une légende sur la noyade du personnage historique d’Ahuntsic, qui donne son nom au quartier de Montréal où j’ai vécu toute ma vie avant de venir au Yukon. J’ai adoré travailler le texte du conte pour me l’approprier pleinement en l’associant à mon propre rapport au quartier Ahuntsic, en décrivant la rivière et le parc Nicolas Viel. Je peux difficilement rendre compte de la représentation. Après un début plein d’hésitation, je me suis laissée transporter par mon récit dans lequel des voyageurs en canot sur la Rivière-des-Prairies rencontrent le noyeu, un inquiétant personnage assis tout près d’un feu, qui dégouline sans jamais qu’une goutte ne tombe sur le sol. Dans la légende, ce dernier aurait été à l’origine de la noyade d’Ahuntsic. En racontant cette histoire, je me suis moi aussi perdue sur le bord de la Rivière-des-Prairies dans le froid et la nuit parmi les voyageurs effrayés.

Réintégrer la littérature orale dans ma vie

Cet atelier a touché une corde sensible. Il m’a ramenée à mon rapport personnel à la littérature qui a commencé avec cette littérature orale. Le conte oral est une expérience littéraire complètement différente de la lecture. Il implique toujours une relation, parfois un échange même, entre au moins deux personnes : un conteur et un auditeur. Le récit oral, souvent entendu ailleurs et repris, est éphémère, toujours en mouvement, et c’est pourquoi les mêmes contes sont racontés souvent, adaptés et enrichis avec le temps. J’ai été élevée dans cette culture du conte dont j’ai lentement été déconnectée, dans ce monde où l’écrit règne. Pourtant, pour certaines sociétés, le conte oral est un moyen de transmission crucial. Cet atelier m’a donné envie de réintégrer la littérature orale dans ma vie, de continuer à raconter des histoires et d’écouter celles que d’autres voudraient bien me raconter.

Et vous, quel rapport entretenez-vous avec la littérature orale? Racontez-vous parfois des histoires?

Quelques livres de contes à lire et à raconter :

Pour des contes du Québec :

Légende du Saint-Laurent : récits des voyageurs, Jean-Claude Dupont, J.-C. Dupont, 1985.

Contes et légendes du Québec, Montréal, Beauchemin, 2009, 316 p.

Pour un classique qui ne vieillit pas :

Les contes d’Andersen

Pour des contes diversifiés, originaux et parfois effrayants :

Contes de sorcières et d’ogresses, réunis par Pierre Dubois, illustrés par Roland Sabatier, Hoëbeke, 1999.

Pour lire le conte qui m’a inspirée :

http://www.biblisem.net/narratio/tachenoy.htm

Advertisements

Un commentaire

  1. Ping : Il était une fois… un atelier sur le conte – Le Bien-Etre au bout des Doigts

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s