Littérature étrangère
Laisser un commentaire

Un siècle en trois tomes

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, livres, lecture, les livres qui font du bien, Le Siècle, La Chute des géants, L'Hiver du monde, Aux portes de l'éternité, Le Livre de Poche, Ken Follet, Première Guerre mondiale, Deuxième Guerre mondiale, Guerre froide, droits des femmes, droits des noirs, romans historiques, littératures étrangères

Lire Le Siècle, de Ken Follet, c’était le projet d’un été. Moi qui espérais lire un bon nombre de romans durant les vacances scolaires, je peux dire que ce fut un échec. Par contre, j’ai lu 3249 pages avec les trois tomes de cette série et je ne peux pas dire que je me suis ennuyée.

Trois tomes, trois guerres

Même en format de poche, ces romans demeurent des briques. D’un autre côté, il y a tant à dire sur le XXe siècle, notamment trois grands événements marquants. Chaque tome a comme thème central une guerre. Le premier, La Chute des Géants, traite donc de la Première Guerre mondiale, le deuxième, L’Hiver du Monde, de la Seconde, et le dernier, Aux portes de l’Éternité, de la guerre froide.

Par contre, bien que les grands conflits mondiaux soient les thèmes principaux, l’auteur touche de nombreux autres sujets qui ont marqué ce siècle. Il s’agit donc bien de romans historiques et non pas de récits de guerre. Les autres grands thèmes incluent notamment l’avènement des syndicats, les droits des femmes, les droits des Noirs, la révolution des Bolcheviks et l’époque du rock’n’roll.

Nombreuses familles et familles nombreuses

Outre l’énormité de l’oeuvre, une chose qui peut faire peur en se lançant dans la lecture de cette série est le nombre remarquable de personnages. En effet, les premières pages des livres contiennent une liste des personnages, séparées par pays puis par familles. Une catégorie est également consacrée aux personnages réels ayant bel et bien pris part à l’Histoire. Ces pages, censées aider le lecteur à se repérer, font un peu peur à première vue. En revanche, après quelques chapitres, on réussit à lire sans avoir besoin de s’y référer.

Par contre, lorsque l’on entame les deuxième et troisième tomes, les choses se corsent un peu. De mon côté (et de celui de mon père, qui me passait les bouquins une fois qu’il avait fini de les lire), j’ai parfois eu quelques difficultés à retrouver le lien qui unissait deux personnages. À certains moments, j’aurais aimé avoir un arbre généalogique pour me rappeler à quel moment deux familles d’origines différentes se sont connues et entremêlées. Malgré ces petits moments de confusion, on réalise que le nombre de personnages n’est pas exagéré, car tous sont différents et intéressants à suivre. L’amalgame des personnages, au bout du compte, est une richesse bien plus qu’un fardeau.

L’une des nombreuses caractéristiques appréciables de ces romans est que l’action se déroule à différents endroits dans le monde. La plupart des romans où l’action prend place en pleine guerre ont pour personnage principal un soldat au front. Ici, on s’intéresse plutôt à plusieurs familles qui vivent aux États-Unis, en Russie, au Pays de Galles et en Allemagne, en plus de les suivre durant leurs passages à Cuba, en France, en Hongrie, en Espagne, en Sibérie ou ailleurs dans le monde. Les personnages de différentes régions aident à élargir nos perspectives quant à ce qu’était réellement la guerre, ce qui a mené à tous ces événements, et comment ceux-ci étaient vécus par les habitants des différents pays. Par exemple, je crois pouvoir dire sans prétention que j’ai lu plusieurs romans historiques prenant place en pleine guerre. Pourtant, je n’avais jamais été plongée en pleine prise du Palais d’Hiver en 1917 et je n’avais jamais assisté d’aussi près aux démarches diplomatiques de l’Allemagne lors des deux conflits mondiaux.  Bref, l’étendue du territoire sur lequel se déroule les trois romans et le nombre difficilement calculable de protagonistes ne sont clairement pas des points négatifs de cette série.

Places importantes dans la société

Les nombreux personnages de cette trilogie sont également tous intéressants à leur façon, de par le rôle qu’ils jouent respectivement dans leur communauté. Certaines personnes sont simplement nées dans la bonne famille et occupent de facto un rôle important dans leur pays. En effet, les aristocrates obtenaient souvent un rang important à l’intérieur du gouvernement ou de l’armée, parfois même les deux. Chez les familles moins fortunées que nous suivons, les simples travailleurs montent les échelons et sont vecteurs de changement en se taillant vaillamment une place de choix au sein du gouvernement, de l’armée ou, plus largement, de la société. Il est très intéressant de voir comment leurs décisions influencent le cours des événements.

Par exemple, tout au long des trois tomes, le lecteur est invité dans les coulisses des gouvernements. Plusieurs personnages travaillent près des dirigeants de leur pays, ce qui fait en sorte que nous assistons aux nombreux débats qui mènent aux prises des décisions qui changent parfois le cours de l’histoire. On en apprend donc beaucoup sur ce qui s’est réellement passé du côté des différents géants du monde en lisant certains passages axés sur la politique et la diplomatie. J’ai été surprise de constater mon intérêt pour ces passages qui auraient pu s’avérer assez longs. Savoir que les personnes oeuvrant à l’intérieur des différents gouvernements vivaient dans de tels climats d’agitation et de trouble est fascinant.

Travail de longue haleine

En terminant, ces trois romans sont remarquables de par leur histoire qui est très prenante. Malgré la quantité énorme de lecture que cette série représente, j’ai été tenue en haleine tout au long des milliers de pages composant ces romans et je n’ai pas trouvé qu’il y a eu des longueurs. Je crois que le plus impressionnant reste le travail extraordinaire de l’auteur pour mettre tous ces événements et ces personnages en scène dans un tout qui se suit bien et qui ne semble pas du tout forcé. La recherche nécessaire pour réaliser une telle série est inimaginable et j’ai de la difficulté à comprendre comment il a pu écrire de tels romans à moins de deux ans d’intervalle.

Si ce n’était pas suffisamment clair, j’ai adoré cette série de Ken Follet, qui se doit d’être lue par tous les amateurs de récits historiques qui ne sont pas rebutés par une oeuvre d’une grosseur considérable. Cette trilogie est un tour d’horizon exceptionnel sur tous les événements ayant construit le XXe siècle et entremêlés de péripéties fictives qui rendent le tout aussi intéressant que cela peut l’être. L’incroyable plume de Ken Follet est certainement une que je souhaite lire à nouveau dans le futur.

Pour ceux et celles qui le connaissaient déjà, quels sont ses meilleurs titres parmi la longue liste des romans qu’il a écrits?

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s