Essais
Comments 2

Prendre sa dose de Caféine, une page à la fois

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, livres qui font du bien, Caféine, Sarah-Émilie Nault, éditions Parfum d'encre, café, torréfaction, cafés au Québec, découvrir des cafés au Québec, lieu café, guide sur le café, essai

Tasse de café fumant bien en main, lourde couverture sur les genoux, lumière du soleil d’hiver: voilà le combo idéal pour entamer une bonne lecture réconfortante telle que celle du magnifique livre Caféine publié aux éditions Parfum d’encre. Dans cet ouvrage, Sarah-Émilie Nault nous fait découvrir l’intérêt grandissant, au Québec, pour ce précieux breuvage qu’est le café.

51730792_438142266926868_36586240824311808_n

Place aux lieux et aux artisans d’ici

Ce livre, dont la couverture dégage pratiquement une odeur de café, est unique en son genre. Au fil des pages, on découvre les origines du café, on attrape de petites parcelles de l’histoire du 2e produit d’exportation au monde (après de pétrole), on apprivoise le concept de 3e vague (j’y reviendrai plus tard), tout en surfant sur fond de lieux à découvrir à travers le Québec. C’est ce qui en fait une œuvre si réconfortante: les références aux cafés et aux gens d’ici. Lorsqu’il est question d’un café installé dans une ancienne banque (Crew collective & Café), ou encore d’un autre adapté aux cyclistes (Club Espresso Bar), on sait que si on a envie de s’y rendre, c’est accessible.

51064541_335392970408522_2086901347583524864_n

Pour les amateurs et les néophytes

Il n’est pas nécessaire d’être un inconditionnel du café pour apprécier ce magnifique livre. Pour ma part, j’apprécie un bon bol de latté ou encore un espresso, mais je ne suis pas connaisseuse plus qu’il ne le faut. J’ai été agréablement surprise de constater tout le savoir-faire et les gens compétents qui gravitent autour du processus nous permettant d’avoir d’aussi bons produits à notre disposition. Les lieux dont il est question proviennent tous de la 3e vague, concept que j’ai longuement essayé de résumer. J’ai finalement trouvé une citation du livre qui fait le travail mille fois mieux que moi.

«Nos parents ont commencé à boire du café pour se réveiller; du café instantané, à l’époque de l’avant-guerre. Puis un jour, une grosse chaîne, Starbucks, est venue dire aux gens: «Hé, vous savez qu’on peut boire du bon café!» Et c’est ainsi qu’est né ce qu’on appelle le café spécialisé, le café de la deuxième vague. Les gens se sont rendu compte qu’ils pouvaient également boire du café pour le goût. De là est apparu un certain intérêt pour le café. D’où vient-il? De quelle sorte d’infusion s’agit-il? Cela a ouvert les yeux des gens. La troisième vague est similaire à ce qui est arrivé avec la bière de microbrasserie: elle a regroupé des artisans qui se soucient de la provenance, de la qualité, de la manière dont le produit est transformé et de la façon dont on peut transmettre le procédé d’infusion. D’où l’expression « de l’arbre à la tasse. » — Alex Sereno, cofondateur de Barista Microtorréfacteur».

Caféine, p. 28

51095795_1259543047520284_4746832344126586880_n

Beaucoup plus qu’un simple guide

Caféine peut se lire dans l’ordre ou le désordre. Divisé en huit chapitres, le livre navigue entre la présentation des institutions, l’histoire du café équitable, les portraits de torréfacteurs, le latte art, la symbolique du lieu (pour la création, les rencontres, les découvertes, etc.). C’est à travers les différents établissements mis en lumière par l’autrice qu’on en apprend un peu plus sur les secrets qui font un bon café, qu’on se désole des conditions de culture qui se dégradent à cause des changements climatiques, qu’on frémit à l’idée d’essayer des cours d’introduction au café St-Henri ou de goûter au curry latte du café Paquebot. Pour compléter le tout, il est possible de consulter un lexique des cafés à base d’espresso, un index des cafés présentés ainsi qu’une roue des arômes, histoire de parfaire ses connaissances.

51078328_2140770735979394_4265678844561719296_n

Après ma lecture, j’en suis sortie avec une vision différente de ma tasse de café matinale, j’ai vraiment envie d’en apprendre plus sur ce que je consomme et j’ai maintenant une liste de petits trésors à découvrir à travers le Québec dans les mois à venir. Mes deux lieux coups de cœur à visiter sont le café Frida à Trois-Rivières, pour son menu végane, et le Hoche Café dans Hochelaga, pour son engagement social et environnemental. Je peux affirmer que Sarah-Émilie Nault m’a conquise avec son bouquin plein d’arômes.

Et vous, avez-vous de l’intérêt pour ce genre d’ouvrage ?

Advertisements

2 Comments

  1. LE GUEN says

    je trouve intéressant de consommer autrement ces produits qui nous entourent tous les jours, thé, café, pain, et qui participent, s’ils sont bien choisis, à rendre nos journées plus agréables. Je porte donc beaucoup d’intérêt à ces ouvrages que j’emprunte plus que je n’achète, mais que je lis avec gourmandise!

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s