Littérature jeunesse
Laisser un commentaire

Les érables rouges : L’enchantement de la forêt

Martine Latulippe est une autrice qui n’a plus besoin de présentation. Elle a fait sa marque non seulement en littérature jeunesse, mais également en littérature grand public. Plusieurs savent que Martine Latulippe a déjà adapté un grand nombre de légendes québécoises afin qu’elles soient accessibles à un plus jeune lectorat. Je pense entre autres à Rose Latulipe, à La Chasse-galerie, à Alexis le Trotteur, à Julie et le serment de la Corriveau... Cette fois, Mme Latulippe nous transporte dans un univers tout aussi fantastique, mais trop souvent mis de côté: je parle de l’univers des légendes huronnes-wendates. Des légendes pourtant bien de chez nous.

Vous vous êtes trompés depuis le début

Depuis que l’on est jeune, on nous apprend à l’école que si les feuilles des arbres rougissent et tombent à l’automne, c’est tout bêtement à cause du froid.

Erreur!

Lors de ma lecture, j’ai finalement percé le secret derrière cette transformation. On apprend, en lisant Les érables rouges, que si les feuilles des arbres rougissent à l’automne, c’est à cause de Rat. Et oui! Rat, il y a de cela bien longtemps, avait décidé d’organiser un grand concours dans la forêt. Un concours qui ferait connaître lequel des animaux volait le plus haut, et quel animal était le plus rapide. Un concours qui se voulait amical, mais qui prit des allures tragiques à cause de Cerf, qui se trouvait à être un mauvais perdant. Cerf, après avoir perdu à cause des manigances de Renard, se fâcha contre l’arbitre, Ours, et le blessa. Mais encore là, pourquoi ce n’est pas le froid qui fait tomber les feuilles des érables à l’automne?

Je vais vous révéler le secret:

«Depuis ce jour, chaque automne, quand les arbres perdent leurs feuilles, Cerf perd ses bois. Il se retrouve sans défense devant Loup. C’est sa punition pour avoir fait couler le sang d’Ours. Depuis ce jour, aussi, avant de tomber, les feuilles des érables rougissent…»

L’autrice nous plonge dans son interprétation du texte de façon efficace. Elle accroche le lecteur dès les premières lignes et l’histoire se déroule sans même que l’on s’en aperçoive. Une vraie chamane de l’art oratoire.

Un album jeunesse ne serait pas un album sans le travail d’un illustrateur.

Des images à couper le souffle 

Fabrice Boulanger, ce véritable magicien du dessin, a un talent fou pour illustrer les subtilités de la nature. Je m’explique. Les images, tout au long de l’album, sont simplement magiques. C’est comme si on y était. Les illustrations où les rayons du soleil traversent les arbres sont tout simplement splendides.

Grand rassemblement des animaux dans la forêt pour établir les règles du concour de Rat.

Un travail d’équipe entre l’autrice et l’illustrateur fait de cet album une œuvre incroyable. Que vous souhaitiez simplement en apprendre davantage sur les légendes huronnes-wendates ou encore pour vous émerveillez devant les illustrations pleines de vie, Les érables rouges ne laissera personne indifférent. Êtes-vous encore convaincus que c’est seulement le froid qui fait rougir les feuilles des érables?

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s