Littérature jeunesse
Laisser un commentaire

Des frissons « sang pour sang québécois »

Le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, Collection Frissons, Sang pour sang québécois, éditions Héritage, Héritage jeunesse, souvenirs d’enfance, nostalgie, roman jeunesse, horreur jeunesse, littérature québécoise, Paul Roux, Stéphanie Gervais, Mathieu Fortin

Si tu es né dans les années ’80 et que tu étais adepte d’histoires d’horreur étant jeune, il y a de fortes chances pour qu’un ou plusieurs livres de la collection Frissons te soient déjà tombés entre les mains. Et que, comme moi, tu en aies fait la lecture en cachette sous tes draps jusque tard dans la nuit.

Avec plus d’un million d’exemplaires vendus seulement au Québec, c’est toute une génération qui a été marquée par cette collection aux histoires captivantes. Il y a deux ans, les éditions Héritage ont décidé de faire revivre les romans Frissons en rééditant certains de leurs classiques comme La gardienne de R. L. Stine. Les nouveaux Frissons sont publiés en grand format et les couvertures sont sublimes; les couleurs sombres et froides, celles de la nuit, sont à l’honneur et donnent un beau visuel.

De nouvelles histoires… à saveur locale!

J’étais fébrile de redécouvrir ces livres qui m’ont valu maintes nuits blanches. Mais ce qui m’a le plus allumée dans le retour de la collection, c’est la participation d’écrivains québécois pour y ajouter de nouvelles histoires. J’ai l’impression que, si j’ai arrêté de lire des romans québécois vers la 4e année du primaire, c’est un peu à cause des Chair de poule et Frissons qui faisaient fureur à l’époque. C’était la mode et aussitôt, les livres qu’on nous proposait à l’école devenaient moins intéressants. Heureusement, avec les Passepeur et les Zone Frousse d’aujourd’hui, la donne a bien changé. En revenant sur les tablettes des librairies, les romans Frissons leur ont emboîté le pas.

Ces Frissons portent la mention « Sang pour sang québécois » et se divisent en plusieurs séries, dont les grands formats pour les 9-12 ans et les Mini-Frissons pour les plus jeunes. La même recette que dans les années 90 est appliquée; des chapitres courts avec de nombreuses intrigues et revirements de situation. Tout ce qu’il faut pour en faire de véritables page turner. Comme dans le temps, ils peuvent se lire facilement en une ou deux soirées.

Les histoires ont évolué depuis le temps. Elles ont été écrites pour rejoindre les nouvelles générations. Par contre, l’ambiance demeure la même. Les jeunes et leur mode de vie ont peut-être changé, mais les messages menaçants, les ombres inquiétantes et l’impression d’être observé ou suivi persistent toujours. Bref, tout ce qui peut inciter à poursuivre sa lecture jusque très tard le soir, quitte à manquer quelques heures de sommeil et se réveiller avec des yeux de raton le lendemain!

Nostalgie ou transmission d’un souvenir

Les romans Frissons réapparaissent à un moment opportun. En effet, la plupart des lecteurs d’origine ont maintenant des enfants qui ont le même âge qu’ils avaient à l’époque où ils dévoraient les Frissons les uns après les autres. Leur public cible s’en retrouve élargi. Ces livres s’adressent d’abord aux jeunes, mais ils vont certainement rejoindre les nostalgiques.

Je ne sais pas si la collection va gagner autant d’importance que dans les années 90, mais je trouve ça très plaisant que les parents puissent la faire découvrir à leur progéniture. Personnellement, je suis retombée en enfance en lisant ces livres. Je suis pas mal certaine que les nouveaux Frissons vous rappelleront de bons souvenirs… et peut-être quelques frayeurs!

Et vous, avez-vous passé des nuits blanches à lire des Frissons ou des Chair de poule?

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s