All posts tagged: autosuffisance

Souffler dans la cassette, Jonathan Bécotte, lémeac jeunesse, les livres qui font du bien, le fil rouge, bibliothérapie, lefilrougelit, journal d'un refugié de campagne, jean bébard, campagne, nature, autosuffisance, liberté, indépendante, nature, retour à la terre, moi aussi je voulais l'emporter, Julie Delporte, féminisme, création, art, rupture, bande dessinée, roman graphique, éditions pow pow, art, moomins,

Nos clubs de lecture mai 2018 : Souffler dans la cassette, Moi aussi je voulais l’emporter et Journal d’un réfugié de campagne

En mai, c’était le début de nos trois clubs de lecture de l’été à Montréal. Nous avons lu trois livres complètement différents pour ce premier mois, les avis ont été mitigés et c’est ce que nous préférons, car cela créé des discussions excessivement riches! C’était aussi un grand plaisir de retrouver d’anciennes participantes et d’en rencontrer des nouvelles. On sent déjà que cette session estivale sera riche en inspirantes discussions autour des livres. Voici donc les comptes rendus de nos rencontres : Groupe #1, Rencontre au café Sfouf, lecture : Journal d’un réfugié de campagne de Jean Bédard Il s’agissait, pour toutes les participantes, de la première immersion dans l’oeuvre de Jean Bédard. De notre côté, deux participantes d’un autre de nos clubs de lecture ont adoré les romans de cet auteur, donc nous avions quelques attentes pour cette lecture. Or, ce livre-ci est bien loin d’être un roman. Comme le titre l’indique, il s’agit vraiment du journal de l’auteur qui vit à la campagne et qui partage son temps à entretenir sa terre et …

Le fil rouge le fil rouge lit bibliothérapie littérature lecture livres les livres qui font du bien Le guide Larousse de l'autosuffisance Vivre à la campagne L'atelier des bouquets Manuel de permaculture

3 livres pour accompagner mon projet de vie à la campagne

À la fin du mois d’octobre dernier, j’ai fait le grand saut : j’ai quitté Montréal, ma ville de toujours, pour vivre à la campagne. Début septembre, mon copain et moi sommes tombés amoureux d’une maison, mais surtout d’un terrain dans les Cantons-de-l’Est, et nous avons fait une offre. Deux mois plus tard, nous avons mis les pieds dans notre nouveau chez-nous et rencontré nos nouveaux amis : les dizaines d’oiseaux qui volent constamment devant nos fenêtres, les petits suisses qui gambadent et les cerfs qui viennent nous dire coucou dans la neige (image qui paraît clichée, mais qui correspond à notre réalité, sans exagération!).     La campagne, nous n’y connaissons pas grand-chose. Je suis née et j’ai grandi en plein cœur de Montréal. Mon copain a quelques souvenirs de sa très jeune enfance passée en région rurale, mais c’est tout. Par contre, nous avons de beaux projets. Ainsi, nous avons choisi un terrain relativement grand, car en plus de désirer se rapprocher de la nature, trouver plus de tranquillité et profiter d’une vie active, le …