Auteur : Alexandra Truchot

Le fil rouge le fil rouge lit bibliothérapie littérature lecture livres les livres qui font du bien Nouveau Système Daniel Leblanc-Poirier Hamac Littérature québécoise

Petit roman poétique sur le deuil

Il y a des moments pendant lesquels je dévore des livres sans compter. Je les enfile les uns à la suite des autres; je lis en déjeunant, en attendant que le souper cuise et en me couchant. Je plonge toute entière dans la fiction et je ne fais que compter les heures avant de pouvoir replonger dans ma lecture. Quand je suis obnubilée à ce point, c’est souvent car je suis tombée sur des coups de cœur; des bouquins qui me tiennent en haleine et qui me donnent envie de me couper du réel pour entrer complètement dans leur univers romancé. C’est alors terrible d’arriver à la dernière page. J’en voudrais plus. Je ne supporte pas que ça soit fini. La douleur d’arriver à la dernière page d’un roman Des fois, je lis un livre si incroyable et si vrai. La frustration ressentie à l’idée que le livre se finisse est alors trop intense. Je ne me résous pas à faire confiance à un autre romancier, tellement j’ai peur de me faire abandonner encore en …

Le fil rouge le fil rouge lit bibliothérapie littérature lecture livres les livres qui font du bien Vertige Étienne Cardin-Trudeau Les éditions Sémaphore vieillir

Vieillir donne le vertige

Les regrets. Plus on vieillit, plus on se demande si on a fait les bons choix. On regarde comment on a agi dans les dernières années. On scrute les diverses avenues qu’on aurait pu prendre. On juge le chemin qu’on a fini par emprunter. Il est toujours facile de se laisser emporter par les regrets et de se lamenter sans cesse en soupirant après le passé. Quand j’ai atteint la trentaine, il y a deux ans, je me suis posé beaucoup de questions. J’ai regretté certains choix. J’ai essayé en vain de m’imaginer une autre vie. Que se serait-il passé si j’avais continué ma maîtrise en littérature pour devenir prof? Et si je m’étais accrochée à mon premier petit copain et travaillé pour faire durer notre relation? Et si après mes études en communication, j’avais persévéré et décroché un job en événementiel mal payé au lieu de prendre un job de bureau plus routinier? Est-ce que je serais plus heureuse? Après des mois à me poser ces questions, je me suis enfoncée dans la tristesse …

Le fil rouge le fil rouge lit bibliothérapie littérature lecture livres les livres qui font du bien Le guide Larousse de l'autosuffisance Vivre à la campagne L'atelier des bouquets Manuel de permaculture

3 livres pour accompagner mon projet de vie à la campagne

À la fin du mois d’octobre dernier, j’ai fait le grand saut : j’ai quitté Montréal, ma ville de toujours, pour vivre à la campagne. Début septembre, mon copain et moi sommes tombés amoureux d’une maison, mais surtout d’un terrain dans les Cantons-de-l’Est, et nous avons fait une offre. Deux mois plus tard, nous avons mis les pieds dans notre nouveau chez-nous et rencontré nos nouveaux amis : les dizaines d’oiseaux qui volent constamment devant nos fenêtres, les petits suisses qui gambadent et les cerfs qui viennent nous dire coucou dans la neige (image qui paraît clichée, mais qui correspond à notre réalité, sans exagération!).     La campagne, nous n’y connaissons pas grand-chose. Je suis née et j’ai grandi en plein cœur de Montréal. Mon copain a quelques souvenirs de sa très jeune enfance passée en région rurale, mais c’est tout. Par contre, nous avons de beaux projets. Ainsi, nous avons choisi un terrain relativement grand, car en plus de désirer se rapprocher de la nature, trouver plus de tranquillité et profiter d’une vie active, le …

Le fil rouge le fil rouge lit bibliothérapie littérature lecture livres les livres qui font du bien Les Herbes rouges Jean-Simon Desrochers L'année Noire

Les Certitudes : le désordre de Montréal

Lorsque j’ai reçu le tome 2 de la série L’année noire de Jean-Simon Desrochers, je me suis soudainement rendue compte que le temps passait à une vitesse folle, et qu’il fallait peut-être que je pense à ralentir un peu dans ma vie. Le tome 1 était sorti fin mars alors que de la neige parsemait encore le sol et que le printemps tardait à venir, j’avais dévoré l’énorme livre en une semaine et quand j’étais arrivée à la dernière page du livre, je m’étais dit que jamais je ne serais capable d’attendre aussi longtemps avant de lire le tome 2. Le tout s’était terminé par des coups de feu et je voulais savoir tout de suite qui était mort. Septembre me paraissait si lointain. Et pourtant, l’automne est maintenant bien arrivé! Lorsque j’ai lu le premier tome, je venais de me lancer à mon compte. Et depuis, j’ai tant couru à droite et à gauche, multipliant les contrats, que j’ai à peine eu le temps de m’ennuyer des personnages de cette incroyable saga noire. Cependant, …

Le fil rouge le fil rouge lit bibliothérapie littérature lecture livres les livres qui font du bien éric reinhardt La chambre des époux rentrée littéraire littérature française

Paris et le paradis des livres

Paris et la littérature. Il y a tant de choses à en dire. La Ville Lumière ne laisse indifférent aucun amoureux des livres. D’abord, parce que de nombreux romans dans l’Histoire y font référence, mais surtout parce que c’est un carrefour culturel par excellence. J’ai eu la chance d’y retourner quelques jours à la fin du mois d’août. Je vais à Paris tous les 2-3 ans depuis mon enfance.  C’est toujours de joyeuses retrouvailles pour moi. C’est la ville d’origine de mon père; ma sœur y vit depuis 10 ans et certains de mes cousins y habitent également. Chaque fois, mon séjour est marqué de beaux repas familiaux (bien copieux et arrosés!). Par contre, dans mon cœur, j’y ai surtout rendez-vous avec ma chère littérature. Il y règne une ambiance qui pousse à la création; un je-ne-sais-quoi qui donne envie de se nourrir uniquement d’écriture, d’art et d’eau fraîche (avec un peu de vin aussi). C’est sûrement dû aux terrasses invitantes qui foisonnent partout, à l’architecture somptueuse qui a inspiré tant d’artistes et aux sublimes …

Le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, Les suicidés d'Eau-Claire, Éric Mathieu

Un retour au bercail qui vire au cauchemar

Les suicidés d’Eau-Claire n’est pas un roman pour la plage. En tout cas, pas si on se fie à l’image traditionnelle d’un roman de plage : léger, rapide à lire et joyeux. Le roman n’est rien de tout ça. Il faut dire qu’il commence par un suicide. Puis, il vous entraîne dans un univers de désespoir pour vous expliquer comment une jeune famille a pu finir par décider de s’enlever la vie tous ensemble, quelques jours avant Noël. Pourtant, même si ce premier livre de l’écrivain Éric Mathieu n’est pas gai, je l’ai bien dévoré sur la plage de Gloucester, dans le Massachusetts. Ses 500 pages sont particulièrement empoignantes. Une fois commencé, je n’avais qu’une envie, avancer de chapitre en chapitre et me plonger de plus en plus dans la noirceur de la vie de ces personnages alors que devant moi s’étendait un des plus beaux paysages de la côte est des États-Unis. Comme quoi, parfois, on lit et on aime des livres qui ne correspondent vraiment pas au contexte qui nous entoure! Les suicidés d’Eau-Claire, …

Les gens fidèles ne font pas les nouvelles Nadine Bismuth Titre de transport Alice Michaud-Lapointe Nu Stéphane Dompierre Ce que les hommes ne savent pas Le sexe vu par les femmes Lucia Etxebarria Le fil rouge le fil rouge lit bibliothérapie littérature lecture livres les livres qui font du bien

4 recueils de nouvelles à lire cet été

Pendant longtemps, je n’ai pas aimé lire des nouvelles. Je trouvais cela frustrant. Cela finissait toujours trop vite. Depuis, j’ai appris à les apprécier. C’est agréable de pouvoir lire une histoire jusqu’au bout pendant le peu de temps que j’ai chaque jour pour lire. Une petite nouvelle pendant mon trajet de métro. Une autre petite nouvelle avant de me coucher. Avec un roman, on a souvent envie de commencer le prochain chapitre tout de suite, mais je ne peux plus me permettre de dévorer un gros bouquin en une journée! Et puis, c’est un genre parfait pour l’été qui commence. Voici donc 4 recueils qui m’ont marquée dans la dernière année! Les gens fidèles ne font pas les nouvelles de Nadine Bismuth Je déambulais dans Hochelaga lorsque je suis tombée sur une petite librairie de livres usagés en désordre total, coincée entre une boulangerie et un vieux dépanneur. Je suis ressortie avec ce merveilleux recueil de Nadine Bismuth : des petits aperçus de la vraie vie de gens banals. On a l’impression d’être dans leur cuisine, …

Roman jeunesse, les livres qui font du bien, le fil rouge lit, Philippe Labro, Marguerite Duras. L'Amant, lecture, littérature étrangère, Un été dans l'ouest, L'étudiant étranger

3 livres qui m’ont marquée lors de mon passage de l’adolescence à l’âge adulte

Devenir une adulte n’a rien de facile. Se préparer à sortir du cocon de l’enfance, là où on est protégé par nos parents et l’école, n’est pas inné. Je me souviens de la dernière année de mon CÉGEP comme une période d’éternel questionnement, de recherche de qui je suis et surtout, de malaise et d’impression de ne jamais être à la bonne place. Plus tard, à l’université, cela ne s’est pas forcément amélioré tout de suite. Ça prend des années encore pour devenir adulte, même si on effectue toutes les tâches associées : habiter en appartement, payer ses factures, payer ses impôts, ne plus pouvoir compter sur sa maman lorsqu’on tombe malade ou encore, vivre sa première peine d’amour mature. Cependant, j’ai eu de la chance par rapport à d’autres. J’ai été accompagnée par mon amie, la littérature. Les livres m’ont aidée à me sentir moins seule, et à comprendre que d’autres personnes vivaient la même situation que la mienne. Ou au contraire, une qui était complètement différente.  Ils m’ont poussée à relativiser. Dans cette période, …

Bande dessinée, le fil rouge lit, livres, bibliothérapie, les livres qui vous font du bien, Astérix, Tintin, Jeunesse

La Bande dessinée et tous mes amis d’enfance

Alors que j’en lis pratiquement plus, la bande dessinée a eu une place si importante dans mon enfance. Quand j’étais petite, j’allais à la bibliothèque toutes les semaines et dans ma pile de livres, je prenais toujours au moins 2 à 3 bandes dessinées. Arrivée à la maison, il m’en restait en général juste une à lire pour la semaine, car je les lisais toujours en marchant sur le chemin du retour. Mes souvenirs de BD sont également étroitement liés au Salon du Livre de Montréal. Mon père était éditeur et on allait donc chaque année passer la fin de semaine entière au Salon du Livre. J’adorais flâner dans les kiosques à ma guise, mais surtout, j’aimais plus que tout celui de Dupuis. Je m’écrasais par terre et je lisais BD après BD gratuitement. J’avais l’impression de me retrouver dans une véritable caverne d’Ali Baba de livres. Évidemment, je n’avais jamais assez de temps pour en lire alors j’en notais des dizaines pour ma prochaine liste de Noël. Quand je les recevais sous le sapin, …

Le fil rouge le fil rouge lit bibliothérapie littérature lecture livres les livres qui font du bien Jean-Simon DesRochers Les inquiétudes L'année noire

Une année noire dans l’est de Montréal

La lecture est au cœur de ma vie depuis toujours. J’ai parfois l’impression que je lisais avant de savoir lire. Lire m’apporte beaucoup de choses intangibles que je peux difficilement décrire. Cela me permet entre autres de passer à travers les différentes épreuves de la vie un peu plus facilement. Mais la lecture peut aussi me faire mal. Surtout lorsque j’arrive à la fin d’un livre qui m’a habitée pendant plusieurs jours. J’arrive même à regretter d’avoir commencé à lire ce bouquin tellement je ressens un vide soudain. Un peu comme si on me forçait à sortir dehors, dans le vent glacial, en plein party, et qu’on me fermait la porte au nez violemment alors que tous mes amis continuaient à s’amuser à l’intérieur. Je voudrais n’être jamais venue. Alors que je me suis attachée à tous ces personnages, que j’ai appris à les connaître, à croire que toutes ces péripéties leur arrivaient, à m’imaginer leur univers aussi clairement que si j’y vivais, ils partent tous d’un coup et me laissent dans ma froide solitude. …