All posts tagged: éditions trois-pistoles

éditions trois-pistoles, érika soucy, Bibliothérapie, cote nord, L'épiphanie dans le front, La Romaine, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, les livres qui font du bien, littérature, livres, Nordicité, poésie québécoise

Comprendre l’absence

J’ai découvert Erika Soucy avec son premier roman, Les murailles. J’ai adoré ce roman. Il m’a permis de prolonger mon voyage sur la Côte-Nord, mais également de faire une incursion dans l’univers de mon chum qui, à l’époque, travaillait dans un barrage, là-bas, de l’autre bord du fleuve. Ça m’a donné envie de lire les poèmes de l’auteure. C’est pourquoi j’étais heureuse de tomber par hasard sur L’épiphanie dans le front à la bibliothèque.  Le côté humain, très présent dans Les murailles, est plus subtil dans L’épiphanie… Il passe uniquement par les sentiments : l’ennui, la déception, l’incompréhension. Mais surtout, une espèce d’amertume qui teinte chaque page du recueil. L’épiphanie… est divisée en deux parties : « En bas » et « En haut ». « En bas » parle de ce père absent qui part travailler sur les grands chantiers de l’Hydro. Du trou qu’il creuse entre sa famille et lui. Et même de la hâte qu’ils ont de le voir repartir quand il descend les voir. « En haut » nous donne accès aux observations d’Erika lorsqu’elle est allée le …

Les murailles : un roman qui chauffe le cœur

En avril dernier. Marjorie a lu Les murailles d’Érika Soucy. Aujourd’hui, j’ai décidé de vous en reparler, parce que vraiment, c’est un des incontournables de 2016. Paru chez VLB éditeur (2016), le roman continue de creuser des thèmes déjà abordés par l’auteure dans ses deux recueils de poésie précédents, publiés chez Trois-Pistoles : Cochonner le plancher quand la terre est rouge (2010) et L’épiphanie dans le front (2012). On y retrouve le paysage de sa Côte-Nord natale où sont dépeints des gens ordinaires. Toujours dans la même veine que ses recueils de poésie, dans son premier roman, Soucy emploie une langue crue, voire « une oralité très brute ». Les murailles raconte le court voyage d’une jeune écrivaine (difficile de ne pas superposer Soucy elle-même à la narratrice du roman) au chantier de la Romaine. Ayant grandi avec un père absent, toujours parti travailler sur les grands chantiers du Nord, la narratrice part à la rencontre de ce monde qui lui a enlevé son père pendant tellement d’années. La fille à Mario prend donc l’avion …