All posts tagged: Holden

livres le fil rouge le fil rouge lit les livres qui font du bien bibliothérapie préludes michaël uras aux petits mots les grands remèdes Ulysse Holden histoires de livres bibliothérapeute Proust

Dans la vie d’un bibliothérapeute : Aux petits mots les grand remèdes

Aux petits mots les grands remèdes, de Michaël Uras, raconte le quotidien d’Alex, bibliothérapeute de profession. Après une formation au Canada et un diplôme peu reconnu en France, Alex ouvre son propre bureau dans lequel il conseille des lectures, dont beaucoup de classiques, aux hommes – parce qu’il n’a apparemment pas de clientes féminines – pour essayer de les aider à aller mieux, à penser différemment, à sortir des sentiers battus. J’avais bien hâte de me plonger dans un roman qui parle de bibliothérapie. C’est une discipline qui fait de plus en plus sa place et qu’ici, sur Le fil rouge, on se plait à adapter librement à nos écrits et à notre philosophie. Par contre, ce roman n’a pas su rejoindre mes attentes. L’idée est bonne, la structure du roman l’est aussi, mais l’histoire n’est pas venue me toucher comme je l’espérais. C’est un roman simple, qui divertit, mais qui n’a pas réussi à me convaincre de la passion pour les mots du protagoniste, ni à son travail en tant que bibliothérapeute. On se …

Une petite parcelle de Salinger

Il y a quelque temps, j’écrivais un article sur Holden Caulfield, le personnage éngimatique de J.D Salinger, dans lequel je disais que ce personnage représente tellement pour moi et j’ai reçu un agréable message. On me proposait de lire la dernière parution de Pocket, Mon année Salinger de Joanna Smith Rakoff. C’est avec plaisir que je me suis laissée plonger dans ce roman basé sur une expérience réelle de l’auteure. Joanna a travaillé pendant une année dans le début des années ’90 à l’Agence qui représente plusieurs auteurs américains, dont le célèbre Salinger. L’agence pour laquelle est engagée Joanna est menée par une directrice froide, quoi que finalement passionnée et sensible. Sur le quatrième de couverture, Fréderic Beigbeder dit que le roman lui faisait penser à Le diable s’habille en Prada et je dois avouer qu’à un certain niveau on se retrouve dans l’ambiance de bureau froid et cela m’a bien plu. L’agence est ancrée dans des rituels classiques et immuables : Joanna se doit d’utiliser une vieille machine à écrire. Bien qu’engagée comme assistante …