All posts tagged: les éditions du remue-ménage

le fil rouge, le fil rouge lit, littérature, livres, les livres qui font du bien, bibliothérapie, essai, la crise de la masculinité, autopsie d'un mythe tenace, Francis Dupuis-Déri, les éditions du remue-ménage, réflexions littéraires, analyse critique, antiféminisme

La crise de la masculinité, ou pas : une analyse de Francis Dupuis-Déri

Les éditions du remue-ménage sont, d’après moi, la référence pour les enjeux entourant la condition féminine au Québec. Assez récemment, dans la collection « Observatoire de l’antiféminisme » est paru un ouvrage au titre qui m’a interpellée, soit La crise de la masculinité : Autopsie d’un mythe tenace. Ce livre de type essai, signé Francis Dupuis-Déri, s’intéresse à un sujet très présent dans les discours antiféministes contemporains. Toutefois, plus on avance dans la lecture, plus on se rend compte qu’il s’agit finalement de la récupération d’un discours très ancien, et que ce discours comporte plusieurs failles… « Crise » ou état permanent? Le titre nous lance déjà sur la piste : la crise de la masculinité serait un mythe. Mais pourquoi en venir à cette conclusion, comment démontrer cela? L’auteur commence son ouvrage avec une introduction qui remet en question l’utilisation même du mot « crise » pour aborder le malaise ressenti par les hommes du 21e siècle, et ce, dans plusieurs endroits du globe. Avec une introduction titrée « La crise, toujours la crise », Dupuis-Déri …

Trente, Marie Darsigny, Le fil rouge, le fil rouge lit, litterature, litterature quebecoise, bibliotherapie, les livres qui font du bien

La limite est atteinte

Trente, c’est une obsession. C’est l’âge maudit. C’est vieillir. Et ça vient parfois avec une dépression. Trente, c’est le récit d’une femme qui décrit son état psychologique en détresse à l’approche de l’âge qu’elle croit fatidique pour elle. Trente, c’est le tout dernier livre et premier récit d’autofiction de la poète et autrice Marie Darsigny publié chez les Éditions du remue-ménage.   « …trente ans, c’était le début de la fin, le moment où l’on commence à glisser sur une longue pente et moi je voulais échapper à la descente, m’éteindre soudainement, sans adieux dégoulinants de drame pour ce monde qui ne m’a jamais comprise de toute façon. Ça vient donc d’il y a longtemps, ça s’est forgé tranquillement dans mon esprit… it happened gradually, then suddenly. » Style journal intime, le roman est le récit des 12 mois précédant le jour des trente ans de la narratrice, qu’on devine très proche de l’autrice. Ce sont de longues longues phrases, qui viennent à bout de notre souffle. Réflexions, pensées, anecdotes, toutes empreintes de sentiments de …

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, livres, les livres qui font du bien, libérer la colère, remue-ménage, les éditions du remue-ménage, natalie-ann roy, geneviève morand, féminisme, #MeToo, colère

Libérer la colère : un manifeste de la révolte féministe

Les femmes sont en colère. C’est comme si, depuis quelques temps, grâce entre autres à l’avènement des réseaux sociaux et à l’esprit de communauté qui en découle, elles se permettaient enfin d’ouvrir les valves de toute cette rage accumulée au fil des années, sous prétexte qu’une femme se doit d’être docile, soumise, tranquille et douce. Les femmes et le droit à la colère Geneviève Moran et Natalie-Ann Roy ont voulu, avec leur recueil Libérer la colère, réunir les voix de plusieurs femmes pour créer une véritable chorale colérique sur papier. Tout a commencé avec une correspondance entre ces deux femmes qui s’est ensuite propagée pour donner de l’espace à plus d’une trentaine de plumes féminines (et féministes). Comme sujet central : le droit à la colère, à l’indignation, à la révolte, la permission d’en avoir assez, de dire non, d’arrêter le trop long refoulement des émotions. Contre quoi est-ce que ces femmes se révoltent-elles? Contre la culture du viol, contre la charge mentale, contre le racisme, contre le sexisme, contre les attentes irréalistes que l’on …