Chroniques d'une anxieuse
Comments 3

Chroniques d’une anxieuse : rêveries

Je rêve de tranquillité. J’aimerais enfourcher ma bicyclette volante et partir loin de tout, loin des angoisses, des peurs, de l’automne qui commence, des gens trop pressés, des gens qui n’acceptent pas la différence, des enfants qui crient trop fort dans les bibliothèques et des femmes égoïstes qui laissent leur sac à main sur le banc de l’autobus lorsqu’il y a des dizaines de passagers debout.

Excusez-moi, est-ce que je pourrais m’asseoir ici?

J’ai le droit à un air bête. Elle se tourne vers la fenêtre de l’autobus et regarde à l’extérieur. Et moi, je rage de l’intérieur. Ça ne se finira pas comme ça! Oh que non. Je prends son sac et le lance sur ses jambes. Elle me regarde, ahurie. Je m’assieds et je lui fais, à mon tour, un air bête.

En fait, ce n’est pas vrai. J’ai menti.

La situation ne s’est pas vraiment déroulée de cette manière.

J’ai plutôt continué à rager de l’intérieur et essayé de lui jeter un mauvais sort en répétant dans ma tête les formules magiques de Harry Potter. Et, à mon grand étonnement, ça ne fonctionnait pas. Elle ne s’est pas transformée en crapaud, ni en cochon, ni en souris. Malheureusement. Elle restait là, assise, bien confortablement sur son petit banc d’autobus, avec son sac à main qui semblait rire de mes deux jambes qui tentaient de garder leur équilibre.

Je la fixais et je rageais contre elle.

Il y a des journées comme ça où un rien vous tape sur les nerfs, où la terre entière semble vous jouer des tours, vous tester, vous narguer. Des journées où vous avez cette impression déplaisante que tout le monde est contre vous et que vous êtes, également, contre tout le monde. Des journées, bref, où vous auriez mieux fait de rester couché.

Un vieillard est rentré, par la suite, dans l’autobus. La canne à la main, le dos courbé, il était à peine capable de se déplacer. Ma rage contre la dame à l’air bête a alors redoublé d’efforts.  Toute mon énergie était dirigée contre elle, contre son satané sac à main. J’aurais aimé qu’elle croise mon regard qui lui lançait des éclairs. Et j’aurais surtout aimé lui dire calmement, poliment que l’autobus ne lui appartenait pas, qu’elle devait penser aux autres qui partageaient avec elle, le temps d’un instant, ce véhicule.

Mais j’en étais incapable. Ma timidité s’amusait à figer tout mon corps. J’ai plutôt pensé à mille et un scénarios à comment j’aurais dû, j’aurais pu lui dire ma façon de penser. J’aurais tellement aimé en être capable. Avoir le courage d’ouvrir une fenêtre, prendre son sac à main et le lancer à l’extérieur pour que le vieillard puisse (enfin!) s’asseoir.

En sortant de l’autobus, afin de calmer ma rage intérieure un peu excessive, j’ai poursuivi mon rêve à bord de ma bicyclette volante. Je suis allée parcourir les fleurs de la Côte d’Azur, m’embaumer de leur parfum exquis et regarder du, haut du ciel, l’océan. J’ai traversé la forêt de bambous de Kyoto, en essayant de frôler, du bout des orteils, la cime des arbres, pour ensuite, en pédalant le plus vite possible, survoler le désert, les cactus et les rochers orangés de l’ouest des États-Unis.

J’ai pédalé jusqu’à l’épuisement. Jusqu’à avoir tout oublié. Même la dame à l’air bête. Même mon désir de lui lancer son sac à main en pleine figure. Même ma frayeur de parler devant une classe entière. Même ma peur de rester seule dans le noir. Même ma crainte de me faire juger pour ce que je suis.

Alors, juste un peu encore, laissez-moi rêver.

Advertisements
This entry was posted in: Chroniques d'une anxieuse

par

Anxieuse à temps plein et insomniaque à temps partiel, Alexandra se nourrit à grands coups de mots, de phrases et de livres qui font rêver. L’écriture lui a toujours servi d’exutoire avec lequel elle pouvait coucher sur papier ses folies et ses nombreux tourments. Elle adore tout particulièrement se perdre dans les couloirs infinis des bibliothèques, mais également dans les corridors de l’Université de Montréal où elle fait un baccalauréat en Littérature comparée et cinéma. Elle se passionne pour les films cultes, les traversées autour du globe, les arts, la musique, la photographie, bref, elle s’intéresse à tout et veut tout savoir! Son but ultime : vaincre ses peurs et aller à la conquête du bonheur!

3 Comments

  1. Audrée says

    Ça fait deux ou trois textes que je lis (je viens de découvrir le fil rouge) dans lesquels je me retrouve et ça me fait du bien, ça fait du bien de voir que je ne suis pas la seule à penser d’une certaine façon. Alors merci pour ces beaux partages !

    🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s