Féminisme
Laisser un commentaire

La place du féminisme en Chick Tv : Sex and the city et Girls

2fd86865d539822ea759bb48987233f1

cbd1b431b4b17be11065c0bed4be40dd
Dans mon cours de Culture populaire, la session dernière, j’ai fait un travail qui consistait à comparer le féminisme, la sexualité, l’écriture, la consommation et l’argent dans la série Girls et la série Sex and the city. J’ai eu envie de vous parler un peu de la différence entre le féminisme dans Sex and the city et dans Girls, car je suis persuadée que des fans de ces deux séries de Chick Tv se cachent en vous! Et ce, même si c’est votre petit plaisir coupable…

Tout d’abord, il serait absurde de nier la place du féminisme dans ces deux séries. Elles sont, à leur façon, féministes, autant dans les thèmes qu’elles utilisent que dans la construction même des personnages principaux. En commençant du côté de Sex and the city, il est clair que les quatre femmes, Carrie, Samantha, Charlotte et Miranda, ont quelque chose à apporter au féminisme. On peut penser au fait que Samantha vit sa vie sexuelle sans se soucier des idées préconçues liées aux valeurs traditionnelles. Toutefois, les quatre personnages offrent des visions simplistes des femmes. À quatre, elles représentent toutes les facettes des femmes, mais individuellement, elle ne représente qu’une parcelle des femmes. Par exemple, l’amoureuse, la carriériste, la bombe sexuelle et la fille ordinaire. Ainsi, la série contribue à réduire les femmes selon des standards et ne représente pas réellement les femmes individuellement. Ces archétypes féminins ne sont pas entiers et représentent que des aspects d’une femme.

C’est cet élément qui fait en sorte que Sex and the city est connu pour ses questionnements face aux personnages. Qui suis-je ? Une Charlotte mélangée à une Miranda ou une Samantha mélangée à une Carrie? Chaque spectateur de Sex and the city se retrouve confronté à ces questionnements. Dans Girls, dès le premier épisode, le personnage de Shoshanna fait une référence à Sex and the city en parlant des personnages avec Jessa :

 « You know you’re funny, because you’re definitely like a Carrie, but with some Samantha aspects, and Charlotte hair. That’s like a really good combination. I think I’m definitely a Carrie at heart, […] »

Dans le même épisode de Girls, on voit la moitié d’une affiche du film de la série, ainsi on peut comprendre la référence nette à Sex and the city, mais on peut aussi comprendre que, non seulement les actrices de Girls n’ont pas besoin de connaître la série, mais surtout, que Sex and the city est à moitié représenté dans Girls : 

« Les ladies auxquelles les Girls s’opposent, dans l’univers de Dunham, sont celles de Sex and the city, un intertexte installé dès le premier épisode et noté par nombre de critiques. La comparaison était inévitable. (1)»

Sex and the city est malheureusement basé aussi sur l’idéal du patriarcat. La série repose entièrement sur la finale, soit le mariage de Carrie. C’est l’union avec Big qui viendra boucler sa quête personnelle et identitaire. On se souviendra que Carrie débute chaque émission en se questionnant sur les relations amoureuses ou sexuelles. Or, la série se termine au moment où elle aura atteint l’idéal, soit le mariage. Comme si elle n’avait plus de questions à se poser!

Les trois autres personnages principaux ont aussi cette idée inconsciente que c’est la relation de couple qui parviendra à les satisfaire et les combler entièrement. Même le personnage de Samantha, qui résiste longuement à l’idée même, flanchera. Il est donc clair que la série offre des images de femmes émancipées (ce qui est fort important), mais que celles-ci restent néanmoins dans des idéaux patriarcaux. (Notons aussi que la série a débuté en 1998 et qu’elle ne passe même pas le test de Bechdel!)

Du côté de Girls, série crée en 2012 par la réalisatrice Lena Dunham, qui joue aussi le rôle du personnage principal, Hannah, représente davantage les valeurs du féminisme contemporain. Tout d’abord, Hannah et ses trois complices, Shoshanna, Marnie et Jessa, sont des femmes multidimensionnelles et complexes qui représentent bien les filles d’aujourd’hui… Voilà un élément très important entre ces deux séries, dans Girls on s’adresse à des filles, tandis que Sex and the city s’adresse à des femmes et :

« Le titre choisi par Dunham pour sa série est un méta-titre, une abstraction. Un titre, au fond, qui ne nomme rien d’autres qu’une catégorie: celles des filles. Impudiques, iconoclastes, irrévérencieuses, imprévisibles, imparfaites et maladroites, on les voit avancer dans la vie un petit ratage à la fois : «Je pense que je suis la voix de ma génération, dit Hannah à ses parents, ou au moins une voix d’une génération.(2)»

5e362bde10483a11187090c95f82f31e

Elles sont aussi en constante évolution pour devenir des femmes/filles plus épanouies individuellement. L’idée de l’atteinte du patriarcat n’y est pas. Cette façon d’avoir construit ces quatre personnages en dit longuement sur l’authenticité et la réalité des filles de Girls. Les spectateurs s’entendent pour affirmer que, dans Girls, ce sont de vraies filles. Lena Dunham, actrice, réalisatrice et auteure de la série, a désiré représenter une génération réelle de filles prises entre deux visions, celle de vouloir grandir et celle de vouloir rester de jeunes filles. Effectivement, Dunham présente des filles et ce, de manière jamais idéalisée. Le spectateur est confronté souvent à détester les personnages (tout en continuant de s’identifier à elles).

Par exemple, Hannah représente la fille un peu torturée qui se trouve à être extrêmement égoïste et centrée sur elle-même à certains moments. Cette façon de représenter des filles normales témoigne le soucis de réalisme et d’authenticité dont fait preuve la série. En Chick Tv, il est rare de voir autre chose que des filles dignes des grands magazines, tout comme il est très rare de voir des décors normaux et anodins. Or, Dunham nous présente des personnages, dont Hannah, qui ne correspondent pas au stéréotype corporel que la société se fait d’un personnage principal de série. Il en est de même pour ses vêtements qui sont ordinaires et pour son appartement qu’elle partage avec son amie Marnie. Girls est déglamourisé, au contraire de Sex and the city qui apportait une importance particulière à la mode et à la décoration, symboles de richesse et de réussite. Dunham et son personnage de Hannah apportent une fraicheur dans le monde de la télévision et ce, surtout face à son refus des normes. On déglamourise tout dans Girls: les carcans liés à la beauté féminine, la sexualité, la place de l’argent, la relation amoureuse, on y montre les vraies affaires.

Bref, la comparaison entre Girls et Sex and the city est évidente, ne serait-ce que par le fait qu’on suit les aventures de quatre personnages féminins à New-York. Toutefois, il est évident que les deux séries ont des publics cibles différents, soit des filles et des femmes. Le féminisme véhiculé dans ces deux séries ne se rejoint pas en revendications et ni en temporalité… mais elles sont toutes les deux divertissantes à regarder!

____________________________

Références
1 DELVAUX, Martine, Les filles en série, des Barbies aux Pussy Riot, Les éditions du remue-ménage, 2013 p.181 p.184
2. DELVAUX, Ibid, p.182
This entry was posted in: Féminisme

par

Lectrice invétérée, Martine est bachelière en études littéraires et la cofondatrice du Fil rouge. Créative et inspirée, elle a l’ambition de faire du Fil rouge un lieu de rassemblement qui incite les lectrices à prendre du temps pour elles par le biais de la lecture. Féministe, elle s’intéresse aux paradoxes entourant les mythes de beauté et la place des femmes en littérature. Elle tentera, avec ses projets pour Le fil rouge, de décomplexer et de dédramatiser le fait d’être une jeune adulte dans une société où tout le monde se doit de paraitre et non d’être. Vivre sa vie simplement et entourée de bouquins, c’est un peu son but. L’authenticité et l’imperfection, voilà ce qui lui plait.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s