Au-delà des livres
Comments 2

Le phénomène des tiny houses

Depuis quelques mois, j’ai découvert le phénomène des tiny houses et j’ai été curieuse d’en apprendre davantage. Dans une ère où les maisons sont excessivement plus grosses qu’il y a cinquante ans et ce, pour aucune raison, je me questionne chaque fois que je passe devant ces « cabanes » comme on les appelle, combien de gens peuvent habiter dans tant de pièces? Les familles étant souvent de 4, voire 5 personnes, j’arrive difficilement à comprendre la possession d’une maison à 15 pièces. Ces questionnements me mènent encore à des éléments de réponse tels que surconsommation, paraître et possession. On le sait, les possessions matérielles nous ont souvent vendu le rêve d’un bonheur ultime, mais j’en reviens à me demander pourquoi posséder tant de choses et tant d’espaces ? C’est un peu pour toutes ces raisons que je m’intéresse à ce phénomène ainsi que pour des raisons minimalistes, économiques et aussi de design.

Derrière une optique de contrer le rêve américain beaucoup trop axé sur un monde de (sur)consommation, le mouvement des Tiny houses (ou des micromaisons en français) gagne de plus en plus en popularité en Amérique du Nord. Initialement créé aux États-Unis, ce nouveau mode de vie arrive tranquillement au Québec. Il ne s’agit pas seulement d’une nouvelle façon d’occuper l’espace, mais d’un nouveau style de vie.

Certains choisiront le mode de vie des tiny houses pour l’attrait financier, d’autres pour ses bienfaits écologiques et certains pour la créativité que procurent le design et l’architecture. Toutes sortes de raisons, bien personnelles à chacun, sont bonnes pour décider d’habiter une micromaison. Le concept est simple, on construit une petite maison sur roues qui permet aux habitants de ne pas se fixer à un endroit précis. Cette liberté permet une grande flexibilité au niveau des voyages et lieux d’habitation, car la maison devient facile à déplacer. Ces maisons font (habituellement) moins de 1000 pieds carrés de superficie.

Toutefois, un travail mental doit être fait lorsqu’on décide de diminuer son espace de vie et ce, pour s’habituer à vivre avec peu. De manière très simpliste, j’ai commencé à me départir de certains éléments et surtout à ne plus avoir une relation de nécessité avec les biens matériels. Je n’ai pas besoin de choses. Cette phrase me revient souvent en tête quand je suis amenée à dépenser pour des raisons superficielles. Personne n’a besoin de 15 paires de sandales. On peut faire le choix qu’on veut ces sandales et cela est tout à fait différent que de penser qu’on en a besoin. En Amérique du Nord, nous sommes conditionnés à vouloir posséder, car on associe souvent cela à notre propre identité et intériorité. La possession est promesse de bonheur, mais en repensant même la structure des maisons, on arrive à recréer un sens sain et logique à l’habitation. Je ne suis pas contre les maisons traditionnelles, mais plutôt contre cette fascination vis-a-vis le besoin de posséder pour montrer sa richesse, donc sa valeur comme individu.

Les tiny houses ; une source inépuisable de création architecturale 

Ce qui me fascine du côté design de ces micromaisons et le fait que tout doit être repensé. Les meubles doivent avoir plusieurs utilités. Un sofa peut cacher du rangement, une armoire peut se transformer en table à manger, un lavabo en planche à découper, un tiroir en lit. Les designers de micromaisons sont créatifs et doivent arriver à créer des meubles adaptés aux modes de vie de leur clientèle. C’est aussi ce qui fait que les micromaisons sont si personnalisées. Aucune n’est identique, car elle est créée de manière originale et réfléchie selon ses propres besoins.

Cet été, il aura un festival des Tiny House Québec, je dois avouer que je suis curieuse de voir quelles sont les alternatives de construction et de design pour les gens qui décident de s’offrir une micromaison. Avec les hivers vigoureux que nous avons, il manquait d’alternatives et je suis contente de voir que ce phénomène arrive au Québec. Le festival aura lieu les 24-25-26 juillet à Lanthier. Visitez la page Facebook pour en apprendre davantage.

 Je vous laisse donc avec des TEDtalks qui vous inspireront peut-être à considérer le mode de vie de la tiny house, ou du moins à reconsidérer votre rapport aux possessions matérielles.

Est-ce que ce mode de vie vous intéresse? Seriez-vous prêt à changer entièrement pour passer à la Tiny house? Je suis curieuse de vous entendre!

9621c323a4dbbb5d94b05a458ced565a-1

19e04048e7dfa5dac9ca84c6464a4967

Advertisements
This entry was posted in: Au-delà des livres

par

Lectrice invétérée, Martine est bachelière en études littéraires et la cofondatrice du Fil rouge. Créative et inspirée, elle a l’ambition de faire du Fil rouge un lieu de rassemblement qui incite les lectrices à prendre du temps pour elles par le biais de la lecture. Féministe, elle s’intéresse aux paradoxes entourant les mythes de beauté et la place des femmes en littérature. Elle tentera, avec ses projets pour Le fil rouge, de décomplexer et de dédramatiser le fait d’être une jeune adulte dans une société où tout le monde se doit de paraitre et non d’être. Vivre sa vie simplement et entourée de bouquins, c’est un peu son but. L’authenticité et l’imperfection, voilà ce qui lui plait.

2 Comments

  1. Ton billet est super passionnant et donne à réfléchir. Le phénomène des House Québec m’inspire énormément. J’y songe de plus en plus sérieusement… Pour la simplicité d’abord, pour le design ensuite. Paradoxalement, je trouve mon condo trop grand, même si je manque d’espace pour ranger mes livres! Si je suis revenue à temps de mon escapade à Barcelone, je serai à Lanthier fin juillet, c’est certain!

    J’aime

    • Merci Marie-Claude!
      Moi aussi j’y pense un peu, à long terme en tout cas, ça m’intéresse beaucoup les tiny houses ! Les livres, par contre, je ne pourrais pas faire de concession haha!
      Bon voyage à Barcelone, moi aussi j’y vais cet été 🙂 mais je ne serai pas de retour pour le festival, malheureusement!

      J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s