Au-delà des livres
Laisser un commentaire

La joie d’être…humain!

Je l’avoue : je suis une perfectionniste.

Bon, okay, je ne le suis pas du tout en ce qui concerne le ménage, la cuisine ou « insérez ici toute tâche qui m’exaspère et me donne envie de crier » ; cependant, en ce qui concerne mes relations avec les autres, mon écriture, mes travaux académiques ou mon travail, j’ai tendance à toujours me mettre la barre haute. Si vous êtes comme moi, lire ici « exigeant envers vous-mêmes », vous avez peut-être tendance à culpabiliser lorsque vous pensez à certaines choses, agissez d’une certaine façon ou brûlez d’envie d’adopter un comportement qui ne cadre pas du tout avec ce que les autres perçoivent de vous.

Vous vous sentez peut-être menacé par une personne que vous aimez beaucoup qui tente d’entrer dans votre cercle d’amis ; vous entretenez peut-être de l’agressivité ou du ressentiment à l’égard d’un proche pour qui, en temps normal, vous éprouvez une grande affection ; vous vous considérez peut-être comme une personne pacifique et vous ne comprenez pas pourquoi il vous prend des envies de meurtre lorsque certaines personnes autour de vous commettent certains gestes en apparence insignifiants. Vous êtes reconnu comme étant un individu qui ne juge pas, mais vous allez potiner allègrement quand vous en avez l’occasion ; vous avez un tempérament doux, mais dans votre tête, vous distribuez des claques sur la gueule à tout vent ; vous êtes souvent modeste, mais parfois, vous êtes tellement fier de vos accomplissements que vous avez envie de vous pavaner devant tout le monde.

IMG_20150907_165226

Vous savez quoi? On appelle ça être humain.

Ben oui. Tout simplement. Vous n’êtes pas différent de moi, de votre meilleure amie, de votre frère ou de votre voisin. Nous vivons tous avec notre complexité, nos contradictions, nos émotions, nos hormones. Pas de culpabilité ou de honte à y avoir : en dedans, nous sommes tous pareils.

C’est bête, mais jusqu’à tout récemment, j’avais tendance à me sentir mal de ne pas toujours bien cadrer avec cette image que je croyais devoir projeter en permanence aux autres. Mais en discutant avec plusieurs de mes amies, j’ai fini par réaliser que nous étions toutes ainsi, à nous sentir parfois mal de ressentir certaines émotions, de dire certaines choses, d’en penser certaines autres. Trop souvent, on se sent mal d’être humaines, finalement. Au fil de mes conversations avec elles, j’ai bien compris que nous ressentions toutes un certain soulagement en constatant les faiblesses et les travers des autres, parce que ça nous faisait réaliser que c’était parfaitement normal.

Pire encore : on réalisait qu’être pleines de défauts et se laisser aller à notre côté sombre, parfois, c’était assez agréable! (Ouh, le scandale.)

À la lumière de tout ça, j’ai décidé de me donner une chance, d’être plus indulgente envers moi-même. De me laisser être complexe, contradictoire ou même terrible, parfois (qui sait…)! Alors si vous aussi, vous avez tendance à vous taper sur les doigts quand vous nourrissez des pensées moins glorieuses ou que vous agissez de manière inhabituelle, arrêtez-vous quelques instants et pensez à ceci : on est tous humains, avec ce que ça implique de bon comme de mauvais… et le comprendre, ça aussi, ça fait du bien.

Advertisements
This entry was posted in: Au-delà des livres

par

Auteure, agente de communication, maître en création littéraire et blogueuse, Raphaëlle explore diverses facettes du milieu du livre à travers sa passion intarissable pour les mots et les histoires. Elle mène d'ailleurs de front une multitude de projets variés, au cœur desquels l'écriture se trouve toujours au premier plan. Dans ses créations, elle a un petit faible pour les littératures de l’imaginaire (fantasy, fantastique, épouvante, suspense), mais côté lecture, elle dévore un peu de tout, vraiment. En fait, elle n’accorde pas réellement d’importance à la notoriété des auteurs ou aux genres qu’ils pratiquent ; ce qui compte pour elle, c’est d’abord et avant tout de découvrir leurs univers, pour ensuite partager ses trouvailles avec les autres. Son but en tant que lectrice? Être émue, bouleversée, émerveillée, éjectée hors de sa zone de confort. Son but en tant qu’auteure? Tenter de transmettre aux lecteurs toutes ces émotions vives et brutes qui, à ses yeux, font de la littérature une aventure sans âge et sans frontières.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s