Littérature étrangère
Comments 2

Comment trouver la femme idéale ou le théorème du homard

Ce livre au titre franchement très accrocheur est définitivement un must à lire. Je suis tombée sur  celui-ci, je l’admets, avec près d’un an de retard sur sa parution originale. Merci à mon amie Caroline qui m’a dit que je devais absolument le lire, car croyez-moi, une fois que vous le commencerez, c’est impossible de s’arrêter.

Pinterest. Comment trouver la femme idéale ou le théorème du homard est un roman charmant et franchement très drôle. Don Tillman, le personnage principal, est un professeur de génétique qui, selon toutes vraisemblances, vit avec le syndrome d’Asperger et ce, malgré le fait que celui-ci ne sera jamais diagnostiqué dans le livre. Faire la lecture de ce roman vous permettra sans aucun doute de vous faire une bonne idée de comment les gens qui ont ce syndrome doivent se sentir quotidiennement à un point où on se demande parfois si même l’auteur Graeme Simsion lui-même n’est pas Asperger tellement c’est bien écrit. Si vous saviez le nombre de fois où je me suis dit Wow… c’est fou de penser toujours (trop) comme ça ou Oh non il n’a pas dit ça à voix haute! Don Tillman est rempli de bonnes intentions, mais on ne compte plus le nombre de maladresses qu’il effectue tout au long du roman. Il calcule ses journées, voire ses semaines à la minute près, laissant peu de place à la spontanéité et il utilise un système de repas normalisé qui lui permet de savoir exactement ce qu’il mangera chaque soir de semaine, et tous les mardis il mange du homard, d’où le titre du roman.

J’ai parcouru le web afin d’en apprendre davantage sur le fameux syndrome d’Asperger. Saviez-vous qu’uniquement en 2013, on comptait environ 31 millions de personnes qui vivaient avec cette différence dans le monde? Celle-ci se caractérisant entre autres par un manque à s’intégrer en société, à gérer, contrôler et comprendre ses émotions et surtout celles des autres, et à sur-développer un intérêt marqué pour quelque chose en particulier (ex: la génétique dans le roman) au point d’en devenir un expert reconnu. Un autre fait étonnant, c’est que c’est seulement dans les années ’90 que les premiers diagnostics ont été posés sur des gens possédant cette différence, ce qui fait qu’encore aujourd’hui bon nombre d’adultes Asperger n’ont jamais eu de diagnostic officiel. D’ailleurs, après avoir lu le livre peut-être reconnaitrez-vous des gens autour de vous possédant certaines caractéristiques du personnage principal ou même en vous-même qui sait ?

Pour en revenir au roman, Don le personnage principal y recherche tout au long de l’histoire sa femme idéale. L’opération épouse, comme il la nomme lui-même, doit lui permettre de rencontrer la compagne parfaite. Cependant, Don a tellement de critères et un questionnaire à compléter si rigoureux que sur 100 candidates, et bien 100 s’avèreront inadéquates. Jusqu’à ce qu’il fasse la connaissance de Rosie, qui est non seulement la plus totalement inadéquate de toutes, mais en plus celle-ci fume, boit et travaille dans un bar, ce qui fait d’elle une candidate complètement incompatible. Par contre, c’est justement avec cette totale incompatibilité que notre professeur tombera en amour au point de faire de la candidate la plus inadéquate, la candidate la plus parfaite de toutes.

Cette histoire m’a évidemment fait réfléchir à tous les sites de rencontres et applications de ce monde pour trouver l’amour de nos jours, car comme Don, après avoir passé les photos et descriptions d’une centaine, voir de centaines de personnes, il arrive parfois à des gens d’être toujours aussi déçus. Et si la réponse, comme dans le roman, se trouvait justement en la personne qui, selon nous, était la plus inadéquate de toutes au départ ?

This entry was posted in: Littérature étrangère

par

Caroline est une petite blondinette avec un très grand cœur! Elle croit que rien n’arrive pour rien dans la vie et que ce qui l’a emmenée sur le fil rouge, c’est le destin. Au premier abord, elle peut avoir l’air un peu superficielle avec sa longue chevelure blonde et ses grands yeux bleus, mais c’est bien mal la connaître. Elle a certes un petit côté princesse, mais elle n’a pas peur de grand-chose. Après avoir fait un saut en bungee et s’être fait tatouer les 2 pieds comme premiers gros tatouages, on peut dire que rien ne l’effraie. Adepte des 5 à 7 et des bons restos, on peut facilement la rencontrer dans les nouveaux endroits branchés puisqu’elle est abonnée à tous les blogues gastronomiques ou de découvertes culinaires. D’ailleurs, elle adore cuisiner et est une fan finie des livres de recettes. Caroline ne se passerait pas de 5 choses dans sa vie; son amoureux, ses meilleures amies, sa montagne de livres, voyager et boire de l’excellent vin. Elle a un cerveau très analytique : elle analyse toujours tout, tout, tout et elle essaie toujours (ou presque) de voir la vie du bon côté. Elle a aussi un talent fou pour dédramatiser n’importe quelle situation avec sa grande patience et son mantra qui est « On choisit toujours ses batailles! ». Elle espère apporter au blogue un brin de légèreté, une nouvelle vision de la vie et partager sa passion pour la lecture de romans et de livres de psycho pop/développement de soi (son pêché mignon!).

2 Comments

  1. Matte Nicole says

    Salut ma belle très belle critique comme toujours on voudrait lire tout ce que tu recommandes .Bravo belle description et bon questionnement.

    J’aime

  2. Ping : L’autisme expliqué aux non-autistes : un livre nécessaire | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s