Littérature jeunesse
Comments 3

Quelques coups de coeur de littérature jeunesse à l’usage des adultes

Quand j’étais jeune, je dévorais les livres. Littéralement, je lisais un livre après l’autre avec une faim dévorante de toujours en avoir plus. Je terminais même mes devoirs le plus vite possible afin de pouvoir aller lire, c’est dire! Et cette envie de lire ne s’est jamais vraiment calmée, c’est elle qui a fait la lectrice passionnée que je suis. Cela dit, avec le recul, je peux dire que j’ai lu une masse assez impressionnante de livres entre mes 6 et 12 ans, livres qui m’ont accompagnée dans mon cheminement personnel, scolaire, et qui font partie intégrante de ce que je suis aujourd’hui.

Les romans jeunesses que j’ai lus quand j’étais enfant sont pour moi des petits bijoux d’imagination, des livres touchants, et certains d’entre eux continuent de rester des coups de cœur littéraires malgré mon intérêt pour la littérature générale, québécoise et étrangère. En fouillant dans ma bibliothèque, j’ai sélectionné sept livres coups de cœur de ma propre jeunesse qui m’ont marquée et surtout qui se prêtent bien, en mon sens, à la relecture, même si nous sommes devenus « grands ». Étant née au début des années 1990, certains de ces livres apparaîtront peut-être pour certains comme étant totalement inconnus, mais je vous invite à y mettre le nez! Pour les lecteurs de ma génération, vous y trouverez peut-être des anciens coups de cœur oubliés de votre propre enfance! Bonne lecture!

20160103_180814

  1. Les Contes de la Chatte Rouge (Élisabeth Vonarburg)

C’est par la voix de Lila que nous entrons dans cette histoire fantastique empreinte de magie. Cette petite fille qui part à la recherche de sa mère, enlevée par la Chatte Rouge qui a aussi emporté avec elle toutes les histoires et les chansons, nous étonne par sa curiosité face au monde qui l’entoure. L’histoire est en elle-même un conte doux et magique d’une grande imagination. Et si j’ai lu ce livre d’un seul coup dans mon enfance, sans pouvoir m’arrêter tellement l’écriture et l’histoire m’ont envoutée, c’est particulièrement avec du recul que je peux apprécier toute l’inventivité et l’originalité du monde créé par Vonarburg. C’est une lecture qui fait du bien avec une écriture colorée et riche qui nous permet de retrouver la façon dont un enfant appréhende le monde.

2. Les naufrages d’Isabelle (Tania Boulet)

Elles sont nombreuses, les émotions que ce livre nous fait traverser! Destiné aux adolescents, il raconte les émois amoureux d’Isabelle, convaincue que Samuel, l’amoureux de sa soeur, ait quelque chose à voir avec les lettres anonymes qu’elle reçoit. Ce triangle amoureux fait naître le questionnement, la méprise, l’amour flamboyant et finalement, un drame. L’écriture de Tania Boulet est forte, émotionnelle, à l’image des tremblements intérieurs de notre adolescence, et je me souviens m’être totalement identifiée au personnage d’Isabelle, au point de pleurer à la fin du livre tellement ses émotions étaient les miennes.

3. Émilie de la Nouvelle Lune (Lucy Maud Montgomery)

Si on connaît tous Anne de Anne, La maison aux pignons verts, on connaît un peu moins Émilie Starr, jeune fille de douze ans pleine de vivacité au talent littéraire naissant, vivant sur la ferme de la Nouvelle Lune. Pourtant, c’est cette série que j’ai préférée, plus jeune, pour les personnages et les émotions qu’ils vivent, décrites avec grande justesse. Replonger dans cette oeuvre nous ramène également en arrière, l’histoire se déroulant dans une société rurale davantage traditionnelle, et cela fait du bien, tout comme ce livre se lit lentement, au rythme du quotidien d’Émilie.

4. Fifi Brindacier (Astrid Lindgren)

Quand j’étais jeune, j’aimais Fifi d’un grand amour, au point de porter les mêmes tresses qu’elle pour aller à l’école. C’était un personnage qui me fascinait. J’aimais qu’elle porte des bas rayés et différents, qu’elle soit intrépide et aventurière, et qu’elle se moque des règles et des conventions pour les enfants de son âge.  Ses aventures, qui ont fait l’objet de plusieurs adaptations au cinéma et à la télévision, sont connues de tous, mais il est drôlement bon de retourner aux sources, et de replonger dans ce petit chef d’oeuvre d’imagination.

20160103_1807345. Les cahiers d’Élisabeth (Sylvie Desrosiers)

L’amour est au centre de ce roman, parmi mes préférés publiés à la Courte échelle. Par l’intermédiaire d’un journal intime trouvé dans la rue, Marie-Soleil va découvrir l’histoire d’une certaine Élisabeth, qui, suite à un accident dramatique, se voit interdire par son père la visite de son amoureux. Les sentiments ressentis par les protagonistes sont forts et l’histoire est touchante, triste, puis laisse présager l’espoir. Il est bon de revivre la puissance de l’amour de notre adolescence, par des personnages qui s’élèvent contre la voix stricte de l’adulte.

6. Viens danser… sur la lune (Viviane Julien)

Je ne saurais exactement décrire la force incroyable de ce roman, dans lequel une jeune fille devient une adolescente au court d’un été mouvementé dans lequel elle découvre à la fois l’amour, la mort, l’incertitude, la confiance et l’apprentissage de ce qu’elle est. Ce livre m’avait énormément marquée lors de ma première lecture et continue de le faire encore aujourd’hui. Un petit bouquin méconnu et si vous êtes curieux, allez jeter un coup d’oeil au film (des Contes pour Tous) qui est tout aussi bon !

7. Le ciel croule (Kit Pearson)

C’est rare qu’on aborde dans la littérature jeunesse des thèmes qui touchent à la réalité des enfants durant la Seconde Guerre mondiale. C’est le cas dans la trilogie de Kit Pearson, dont le premier tome est Le ciel croule, qui raconte les bouleversements vécus par un frère et une soeur qui doivent quitter leur famille et leur pays pour aller se réfugier au Canada, à l’abri des conflits survenants en Angleterre. Et à travers le récit de leur nouvelle vie, on vit les tourments de l’adolescence, de l’amour et des sentiments des personnages qui sont tour à tour dans une période de crise et de remise en question.

Encore aujourd’hui, j’aime laisser une place à la littérature jeunesse dans mes lectures quotidiennes et surtout, j’adore trouver parmi la production actuelle de quoi satisfaire mon coeur d’enfant, de quoi me surprendre et me faire rêver, encore. Pour moi, la lecture des livres pour la jeunesse ne peut que permettre de voir le monde avec des yeux différents, de revivre les questionnements adolescents ou de plonger dans des univers imaginaires bien particuliers. De plus, la relecture de certains des romans que j’avais adorés lorsque j’étais jeune me replonge dans mon enfance et me fait redécouvrir, avec de nouveaux yeux, les œuvres qui ont fait partie de ma jeunesse.

Non non, la lecture de romans pour la jeunesse ne s’arrête pas lorsque nous devenons grands!

Advertisements

3 Comments

  1. Il m’arrive encore, de temps en temps, de lire de la littérature dite jeunesse. Il y a de vraies perles, et ce serait dommage de passer à côté !
    Merci pour les découvertes, je ne les connaissais pas tous 🙂

    J’aime

  2. Marjorie Hegyes says

    Tania Boulet et Lucy Maud Montgomery! Montgomery nous apprend la compassion, l’empathie, l’amour et l’amitié.
    Dans la catégorie jeune adulte, il y a aussi les livres de Suzanne Martel. Ce sont des romans dits plus historiques. Jeanne, fille du Roy. Menfou Carcajou. La Baie du Nord. Une belle journée pour mourir. Les chemins d’eau.

    Aimé par 1 personne

  3. Ping : « Tale as old as time… » La Belle et la Bête et autres contes à (re)découvrir! | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s