Littérature québécoise
Comments 4

La remontée de Clarisse

Capture d’écran 2016-01-08 à 01.09.13

La remontée, de Maude Nepveu-Villeneuve, c’est l’histoire de Clarisse, une fille imparfaite, un peu détruite par la vie, mais qui malgré tout cherche le bien. C’est l’histoire d’une amoureuse qui tombe pour le beau David avec qui elle passe un été à aimer. C’est aussi l’histoire d’un couple qui se sépare pour des raisons pratiques, mais qui continue mutuellement de penser l’un à l’autre. Clarisse continue de penser à lui parce qu’elle élève seule leur fille, Lavinia, secret qu’elle n’a pas confié à David.

Les années passent et c’est par un soir d’exposition à la galerie où elle travaille que Clarisse reçoit l’appel d’une dame qui cherche David. Un peu sur un coup de tête, elle décide d’aller à Sainte-Catherine-sur-mer, un village du Bas-du-Fleuve, pour participer à sa recherche. La dame l’accueille chez elle où elle héberge déjà quelques chambreurs, dont David, et c’est ainsi qu’elle se trouve projetée dans un univers où le silence et la nature la ramènent à cet été passé avec lui. Rapidement, on déclare que David est disparu et ce n’est que quelques temps plus tard que son décès est confirmé.

Le roman de Nepveu-Villeneuve est composé d’éléments qui sont toujours gagnants dans mon coeur ; un exil qui permet l’introspection, que très peu d’actions, mais beaucoup d’émotions et surtout, une écriture finement sincère pour que je crois entièrement à l’histoire de Clarisse. La construction du personnage est marquante, dès les premières pages, elle nous est décrite comme simplement humaine, comme une fille qui essaie juste de faire le bien, même quand le mal survient.

La réflexion sur la maternité est rassurante. Loin d’être la mère parfaite, Clarisse a envie parfois de « sacrer son camp ». Le visage de sa fille, aussi magnifique soit-il, ne la satisfait pas à 100%, elle l’aime inconditionnellement, mais il y a quand même un mais. J’aime le fait que Nepveu-Villeneuve ne représente pas la maternité comme une source incommensurablement heureuse. Être mère lui fait mal par l’amour qu’elle ressent pour sa fille, mais lui fait mal aussi, parce qu’elle ne se sent pas toujours à la hauteur de ce que la société nous vend face à la magie de la maternité. Clarisse a perdu la garde de sa fille suite à un événement malheureux. On lui a enlevé sa fille et elle est coincée entre un sentiment de douceur immense et une certaine libération. Clarisse tente durant ces quelques jours à Ste-Catherine-Sur-Mer de trouver une réponse et une force pour continuer. Le décès du père de sa fille, de son grand amour, devient une quête intérieure vers une solution pour remonter la pente glissante sur laquelle elle est en train de glisser.

Au final, La remontée est un nouveau coup de coeur pour moi. Ce deuxième roman n’a fait que me donner envie de lire Partir de loin, le premier roman de Maude Nepveu-Villeneuve. L’écriture est simple, reliée à la nature, au besoin d’évasion, à cette envie continuelle de simplement être bien. La remontée, c’est un désir profond de « remonter », de retrouver la source de création, de bien-être en soi. La simplicité de l’écriture, les remises en question et l’envie de se sentir épanouie font de Clarisse un personnage auquel je me suis attachée et j’oserais même dire associée dans sa tourmente continuelle de vouloir être bien.


Le fil rouge tient à remercier Les éditions de Ta mère pour le service de presse.

Cliquez ici pour voir ce livre directement sur

Advertisements
This entry was posted in: Littérature québécoise

par

Lectrice invétérée, Martine est bachelière en études littéraires et la cofondatrice du Fil rouge. Créative et inspirée, elle a l’ambition de faire du Fil rouge un lieu de rassemblement qui incite les lectrices à prendre du temps pour elles par le biais de la lecture. Féministe, elle s’intéresse aux paradoxes entourant les mythes de beauté et la place des femmes en littérature. Elle tentera, avec ses projets pour Le fil rouge, de décomplexer et de dédramatiser le fait d’être une jeune adulte dans une société où tout le monde se doit de paraitre et non d’être. Vivre sa vie simplement et entourée de bouquins, c’est un peu son but. L’authenticité et l’imperfection, voilà ce qui lui plait.

4 Comments

  1. Ping : Nos suggestions de romans québécois pour le 12 août #jelisunlivrequébécoisparmois | Le fil rouge

  2. Ping : 31 jours de bibliothérapie, jour 27 : Pour se déculpabiliser…tout simplement | Le fil rouge

  3. Ping : Nos suggestions de roman écrit par une femme pour le mois de mars du défi #jelisunlivrequébécoisparmois | Le fil rouge

  4. Ping : Ce que les fileuses ont acheté pour le #12août j’achète un livre québécois dans le cadre du défi #Jelisunlivrequébécoisparmois | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s