Réflexions littéraires
Comments 7

Confessions littéraires ou le plaisir de lire

La #snoblitt, vous connaissez? Ce principe de lire, non pas par pur plaisir, mais simplement pour signifier qu’on a lu le dernier livre d’un auteur indie un peu hipster, les bouquins discrets des librairies indépendantes, ou encore, qu’on a tourné les pages des classiques et des grosses briques épeurantes. La #snoblitt, ce livre qu’on flashe dans le métro, ou assis sur un banc de parc, pour que tout le monde constate que «Eh! Je suis une vraie de vraie, moi».

Il est passé où, l’amour de la lecture, le vrai? Le plaisir de lire, point?

Il n’y a pas si longtemps, j’ai lu un roman. J’hésite à en parler. En fait, je suis un peu gênée. Je suis entourée de gens qui se vantent de lire du Proust à longueur de journée.

J’ai envie de me libérer de cette pression littéraire, de lire ce que j’ai envie, de me réapproprier mes goûts diversifiés et surtout, de ne plus jamais être timide de lire un livre dans le bus ou au café du coin. Sauf que, faire mon coming out seule, ça ne me dit rien. J’ai lancé l’appel aux fileuses dans notre groupe secret «vos lectures timides, voire quétaines, celles dont on se vante moins, je veux les connaître». Dans un élan de solidarité, voici ce que ça a donné!

Martine

J’ai lu cette année plusieurs biographies dites «populaires» et j’avoue parfois m’être sentie gênée d’être attirée vers ces lectures (t’sais, je suis bachelière en littérature et je tiens un blogue littéraire, je me mets de la pression inutile sur les épaules de lire des trucs «in»). J’ai lu la biographie d’Ingrid Falaise, de Florence K et de Danièle Henkel et j’ai tripé! De beaux exemples, «populaires» certes, et des femmes inspirantes et incroyablement fortes!

Marjorie

Je crois que c’est quand même assumé (de plus en plus)! J’aime vraiment les trucs psychopop, on s’entend que ce n’est pas de la littérature et que j’ai quand même quelques critères de sélection lors de mes choix, mais reste que, j’aime vraiment ça et que j’y trouve toujours quelque chose qui peut m’aider à être bien, à être mieux.

Caroline

Je me permets de faire ma quétaine assumée, Marc Lévy et moi, c’est une histoire d’amour depuis longtemps déjà! Je n’ai pas encore lu son dernier livre, mais habituellement, en moins d’une journée, il sera terminé. J’avoue cependant que, comparativement à mes autres lectures, je le traîne rarement dans le métro avec moi, donc finalement, je ne dois pas être assumée complètement!

Fanie

C’est plus ou moins legit, car ça fait partie de mon corpus de thèse, mais je ne lis (presque) que des romans «pour adolescentes» depuis l’automne, puis sincèrement, je tripe! Cassandra Clare (Mortal instruments), Tamora Pierce (Song of the Lionness, Protector of the small), Veronica Roth (Divergent), et bien d’autres. Je dévore ça à un rythme effréné, comme lorsque j’ai découvert Harry Potter à 10 ans, en mode binge reading.

Gabrielle

Je ne sais pas si c’est quétaine ou pas, mais j’ai toujours ressenti une certaine gêne à être fan de romans policiers! J’en dévore vraiment beaucoup par année. Je crois que ça me gêne parce que c’est souvent perçu comme «l’autre littérature», une espèce de sous-genre, alors qu’à mon sens, ça prend tout un talent pour accrocher les lectrices et lecteurs.

Marion

Je dois avouer que, même si j’ai lu la série Quatre filles et un jean pendant mon adolescence, il m’arrive de le relire à l’occasion et d’en retirer tout autant de joie qu’avant. Les émotions ressenties par les personnages, leurs réflexions sur la vie, leurs émois amoureux, leur apprentissage personnel… les quatre filles m’ont accompagnée durant plusieurs épisodes de ma vie d’adulte, et j’étais, je l’avoue, une des premières à lire le dernier tome sorti il y a quelques années!

Laurence

Je suis un peu gênée de lire un recueil de littérature érotique ou «sentimentale». C’est un livre qui me sort de ma zone de confort et que je ne lirais jamais en public.

Raphaëlle

Pour moi, il s’agit de la série « Confessions d’une accro du shopping » de Sophie Kinsella! Adolescente, n’ayant jamais été très girly, je considérais la chick lit comme un genre que je ne lirais jamais et qui ne me rejoignait absolument pas… Puis, vers 23 ans, j’ai trouvé le premier tome dans une bibliovente et, en bonne libraire voulant satisfaire sa curiosité littéraire, je l’ai lu… et j’ai tellement été amusée par les mésaventures de Becky la « shopaholic » que j’ai fini par lire le reste de la série, ce que je n’aurais jamais au grand jamais envisagé! Aujourd’hui, je ne suis toujours pas une fan de chick lit et ne suis pas vraiment tentée par les livres du genre, mais je garde l’esprit ouvert et je n’ai plus vraiment honte de lire des livres super «girly» si le cœur m’en dit, parce que parfois, on peut avoir de bonnes surprises!

On le constate, la tendance est aux bouquins plus «populaires», à la chick lit, aux romans pour ados. Et je ne fais pas exception. J’ai aussi envie d’être divertie, de lire des livres popcorn et que les mots défilent devant mes yeux comme un bon film.

Peu importe la lecture choisie, c’est bon pour les neurones, c’est bon pour soi. Poser le geste de choisir un roman qui nous interpelle, une bio qui nous intéresse, un recueil qui nous attire, c’est se faire du bien.

Je lâche (enfin) le morceau. J’ai lu The Hunger Games, j’ai lu de la chick lit et de la psychopop, puis dernièrement, j’ai lu Les Filles de Caleb. J’assouvis ma curiosité et j’ai simplement, vraiment, beaucoup de plaisir.

Ça reste entre nous, d’accord?

unsplash.com

Alice Hampson pour unsplash.com

Advertisements

7 Comments

  1. Joanie says

    Amen! J’aime lire Marc Levy et Nicholas Sparks, depuis trop longtemps. J’avoue m’avoir caché régulièrement derrière le cover de ma tablette électronique pour plusieurs lectures sur lesquelles on pourrait facilement me juger (genre 50 shades of grey et compagnie). J’admet que mon chum critique ouvertement ma très nombreuse collection de romans young adult (alors qu’il est lui-même un fan de la première heure de Harry Potter). J’adore les polars scandinaves beaucoup plus que ceux américains. J’ai relu Autant en emporte le vent pour refaire le film dans ma tête :X
    J’aime lire tous ces livres pour simplement lire. sans réflexion. sans penser à rien. décrocher. Et si j’ai d’autres objectifs que ça, je lis autre chose!

    Aimé par 2 people

  2. Elise Bachand says

    Il y a deux ans, je suis partie en voyage avec deux romans : «À la recherche du temps perdu» et «Le journal d’Aurélie Laflamme». Ma sœur m’a trouvée bien étrange! Pourtant, c’est si agréable de varier ses lectures. Ça peut devenir lourd de toujours s’en tenir à la fameuse «liste» de chefs-d’œuvre. Il faut quelques fois mettre de côté son ego littéraire, assumer clairement ses lectures et lire simplement pour soi! 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Si un jour vous enseignez, de grâce, ne faites pas aux autres ce qu’on vous a fait. Apprenez leur à aimer lire, point. À être curieux. À se faire plaisir. Sans étudier le style ou à analyser le sens profond. Et surtout ne pas avoir honte ou être gêné-e.
    Derrière chaque livre il y a un auteur qui aime écrire, qui mérite votre respect pour son travail. Même si son livre n’est pas au programme d’études.

    Aimé par 1 personne

  4. Ping : Confession d’une lectrice : les plaisirs coupables?

  5. Ping : Éloge de la lecture légère | Le fil rouge

  6. Ping : Mon top 5 de romans policiers | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s