Réflexions littéraires
Comments 3

Qu’est-ce qu’on lit dans un cours de littérature québécoise?

Je suis inscrite au baccalauréat en écriture de scénario et création littéraire à l’Université de Montréal en première année. Cette dernière session, j’ai eu le plaisir de m’inscrire au cours d’introduction à la littérature québécoise, j’ai donc découvert différentes auteures et auteurs pour mon plus grand plaisir, passant du classique des classiques québécois, à des auteurs moins connus. Commençant par les écrits de la Nouvelle-France, comme ceux de Jacques Cartier et de Marie de France au cours de la session à des écrits plus modernes, voire même actuels, mon cours de littérature québécoise a su instaurer un portrait révélateur de la culture littéraire québécoise. Je vous propose donc une présentation des livres que j’ai lus au cours de ma session, et un résumé de mon dernier cours, où Alice Michaud-Lapointe a été invitée par ma professeure pour une brève conférence concernant son roman Titres de transport.

Le Survenant de Germaine Guèvremont

Le Survenant est un roman du terroir publié en 1945 par Germaine Guèvremont. C’est l’histoire de « Venant », le survenant qui arrive au village Le Chenal du Moine et s’installe chez Les Beauchemin. L’auteure mélange habilement le personnage sédentaire et le nomade afin de créer une histoire attachante. Mêlant amour, doute, aventures, avec une pointe d’exotisme pour le territoire québécois. C’est un classique des classiques de la littérature québécoise que je n’avais pas encore lu, je suis donc contente d’en avoir profité à titre éducatif.

Poussière sur la ville d’André Langevin

Publié en 1953, Poussière sur la ville offre un portrait de la société québécoise des années 50. C’est l’histoire d’un médecin, Alain, qui déménage avec sa femme Madelaine à Maklin, une ville minière. Madelaine aura une aventure avec un autre homme au cours de l’histoire et la population aliénée et aliénante de cette ville réagira de façon vive. Le roman rappelle les romans existentialistes par son histoire bouleversante, mais passionnante.

Une saison dans la vie d’Emmanuel de Marie-Claire Blais

Marie-Claire Blais publie ce roman en 1965, abordant dans ce chef-d’œuvre québécois des thèmes légers, comme la vie de famille, la vie, mêlés à des thèmes plus sombres, comme la mort, la prostitution, l’inceste, etc. Faisant de l’histoire une reprise ironique du mélodrame, Emmanuel, le nouveau bébé de la famille est témoin de tous les drames successifs de sa famille.

Kamouraska d’Anne Hébert

Un autre classique québécois qui fait le bonheur de n’importe quel lecteur. S’inspirant d’une affaire judiciaire du XIXe siècle, Anne Hébert écrit l’histoire d’Élisabeth, au chevet de son deuxième mari mourant. Elle se remémore sa vie passée et le drame qui a eu lieu à Kamouraska, entraînant la mort de son premier mari, parfois sous forme de hantise et d’hallucinations. Mélangeant le point de vue externe et interne du personnage, créant ainsi une diversité à la narration du roman.

Le feu de mon père de Michaël Delisle

Ce livre publié en 2014 est phénoménal par la diversité de styles littéraires du roman, passant de la fiction, à l’autobiographie, à l’autofiction, au récit d’enfance et de filiation, etc. C’est l’histoire de Mike qui raconte divers souvenirs de sa relation père-fils allant de l’enfance, au moment présent, sans apitoiement, mais avec une vérité-choc qui plait au lecteur. La polysémie du titre reste présente tout au long de la lecture, tâchant ainsi d’analyser plus amplement la lecture du roman et ses sous-entendus.

Conférence avec Alice Michaud-Lapointe

À la suite de la lecture d’un extrait de Titres de transport, ma professeure a invité la jeune auteure pour qu’elle puisse nous parler de son premier roman, composé de diverses nouvelles avec un même thème principal, le métro de Montréal, ainsi que de ses inspirations et projets. Alice Michaud-Lapointe, un peu gênée devant une classe bondée d’étudiants, nous a lu un extrait d’une de ses nouvelles, en s’exprimant très bien. Elle était vivifiante, même en ce lundi soir. Elle répondait aux questions des élèves avec entrain et les réponses qu’elle donnait étaient très intéressantes, et surtout inspirantes. C’est toujours encourageant de voir de jeunes auteurs réussir dans ce domaine, et c’est une excellente idée pour conclure la fin de la session. Je me suis personnellement acheté le livre quelque temps après cette conférence.

Voici donc un aperçu de ce à quoi consiste un cours à l’université. Malgré une charge de travail quelques fois intense, c’est une éducation à double sens que de lire ces livres de la littérature québécoise, ils font partie de notre patrimoine culturel, je recommanderais donc ce cours à tous ceux qui sont passionnés de littérature.

Advertisements
This entry was posted in: Réflexions littéraires

par

« Je crois que s’il y a autant d’opinions que de têtes, il y a aussi autant de façons d’aimer qu’il y a de cœurs. » (Anna Karénine, Tolstoï) Je suis une optimiste de la vie, je crois que tout arrive pour une raison et que le meilleur est toujours à venir. Étudiante en écriture de scenario et création littéraire à l’Université de Montréal, les livres ont toujours fait partie de ma vie. Je suis une amoureuse de la nature, lire au sommet d’une montagne est un idéal pour moi, autant que relaxer dans mon bain un bouquin à la main. Mon programme d’étude m’encourage à me surpasser et me fixer des objectifs, comme celui d’écrire un roman avant mes 25 ans. Le cinéma est également une passion pour moi, me réjouissant sans cesse de films de la nouvelle vague française. Mes deux passions sont donc en parfaite symbiose pour une amoureuse de l’art comme moi.

3 Comments

  1. Ping : Soirée illimitée pour vingt et une nouvelles | Le fil rouge

  2. Ping : Nos suggestions d’autofiction/biographie pour le mois de janvier du défi #jelisunlivrequébécoisparmois | Le fil rouge

  3. Ping : Dée de Michael Delisle : l’envers du décor de la banlieue américaine | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s