Réflexions littéraires
Comments 2

J’aime les librairies usagées!

Très tôt, mon père m’a introduite au plaisir de parcourir les rangées des librairies usagées. En chemin pour la visite familiale dans le Bas-du-Fleuve, on arrêtait diner et bouquiner sur la rue St-Jean à Québec. Au début, on cherchait à compléter notre collection de Tintin en mettant de grands X de la victoire sur la photocopie des titres que mon père trainait dans son portefeuille. Puis, ce fut pour tomber dans les nombreux romans jeunesse que j’avais besoin d’engloutir par dizaine hebdomadairement à douze ans. Aujourd’hui, je cherche, et je trouve de tout!

Du haut de mes 23 ans, j’ai eu la chance de beaucoup voyager. Peu importe si je me retrouve le long de la Thames, de la Seine ou de l’océan Pacifique à Lima, entrer dans une librairie usagée ou flâner devant un kiosque de livres me transporte ailleurs encore. Je me sens bien tout à coup. Je prends mon temps. Je respire. Je lis quelques pages ou bien je ne fais que contempler les échines des livres. Chaque librairie usagée est différente et surprenante. Et en même temps, elles se ressemblent toutes et nous rappellent que peu importe où l’on est, c’est possible de trouver des mots qui font du bien. En plus, à prix modique!

IMG_20160210_101752808

Kiosque de livres usagés à Lima, au Pérou.

Cet hiver, je me suis promenée sur le continent sud-américain. Je suis allée à Buenos Aires, la capitale de l’Argentine et la ville avec le plus de librairies au monde! Neuves et usagées confondues, bien entendu. Avec une population de 2,8 millions, Buenos Aires a à peu près une librairie par 4 000 habitants, soit 734 au total! C’était la folie totale. Il y a des librairies avec des cafés où l’on pouvait s’asseoir et lire des livres complets sans payer autre chose que le café cortado, et d’autres qui avaient la grandeur de l’ancien opéra dans lequel elles se trouvaient. C’était incroyable comme sélection de livres usagés dans chaque nouveau quartier que je découvrais. (Si jamais vous êtes de passage dans cette capitale du livre, voici des suggestions de librairies [neuves et usagées] à visiter.)

IMG_4267

Vue sur une des nombreuses librairies usagées de Buenos Aires.

Ma visite à Buenos Aires a ravivé la flamme que j’entretenais pour les librairies usagées. Depuis mon retour, je prends chaque occasion pour y aller. J’aime les librairies usagées! Je peux passer des journées entières à y bouquiner. Il faut dire que parfois elles sont un peu moins traditionnellement organisées, donc ça prend aussi plus de temps chercher dans la broussaille de leurs petites salles entassées que dans les librairies de livres neufs!

Évidemment, une grande partie du plaisir des librairies usagées est les prix réduits. Difficile de toujours s’offrir des livres neufs, et difficile pour moi de toujours prendre mes livres à la bibliothèque; j’aime trop les collectionner sur mes étagères! Mais les librairies usagées offrent aussi d’autres avantages : des libraires généralement un peu plus cocasses avec des barbes parfois impressionnantes, le plaisir de trouver une copie originale signée par l’auteur (dédiée à un inconnu, mais bon), l’odeur des livres usagés différente des nouveaux et le plaisir de parfois pouvoir prendre un café en bouquinant (chapeau à la librairie Saint-Jean-Baptiste à Québec! et merci au sympathique libraire). Bref, les librairies usagées recèlent de plein de petits plaisirs pour accompagner leurs petits prix.

Bien entendu, il ne faut pas s’attendre à trouver de nouvelles parutions. On y trouve les auteurs classiques et les textes parus depuis parfois des siècles, pas le roman tant attendu d’une jeune maison d’édition québécoise. Mais il faut lire de tout, donc parfois les librairies usagées ont exactement ce dont on a besoin.

Allez faire un tour dans votre librairie usagée du coin. C’est une belle façon de s’offrir ce classique qu’on redoute depuis si longtemps ou de faire une nouvelle vieille découverte!

[Voici une liste des librairies usagées de Montréal.]

Advertisements

2 Comments

  1. Ping : Charles Bukowski : âmes sensibles s’abstenir | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s