Littérature québécoise
Comment 1

100 ans d’Anne Hébert : une vie de création

Les éditions Fides ont sorti, pour rendre hommage au 100e anniversaire d’Anne Hébert, un album souvenir qui nous permet de retracer le parcours spectaculaire de cette grande auteure québécoise. Cet Album Anne Hébert créé par Bernard Chassé et Nathalie Watteyne revient sur toute la vie de l’écrivaine. Son enfance, ses débuts, son succès international et les derniers instants de sa vie.

Ce que j’ai le plus aimé de cet album est l’équilibre entre la vie privée et la vie publique qui a été respecté. Le bouquin contient beaucoup de lettres d’Anne à son frère Pierre, de qui elle était extrêmement proche, elle y raconte ses angoisses d’écrivaine, son besoin d’intimité et toute l’inspiration qu’elle trouve dans la vie quotidienne. Les correspondances qu’elle entretient autant avec son frère, ses amis que ses parents sont porteuses d’une vérité et d’une authenticité envers la femme et non l’écrivaine de renommée internationale. J’ai aimé voir Anne Hébert d’un autre œil dans cet album. Non seulement, il est évident qu’elle était animée d’un besoin d’écrire plus grand que tout, on le voit dans ses lettres, elle le répète souvent, écrire la déconnecte de la réalité. Ainsi, elle se retrouve souvent à passer plusieurs jours sans même sortir de chez elle, tellement son écriture la chavire et l’emporte. D’un autre côté, on y perçoit davantage le côté intime de l’écrivaine, quand elle nous parle de ses finances, de son chat, de son rapport avec ses parents.

Une chose est certaine en refermant ce livre, j’avais envie de relire les romans d’Anne Hébert. J’avais le goût de relire en sachant toute l’énergie et tout le dévouement qu’elle a mis dans ses écrits. Le torrent et Kamouraska m’attendent dans ma bibliothèque depuis de nombreuses années et je vais sans aucun doute m’y plonger prochainement. Anne Hébert est une auteure incroyablement chère à la littérature québécoise, mais aussi étrangère. J’étais estomaquée de voir ses œuvres être publiées dans de nombreux pays. Je me souviens avoir étudié son œuvre en cours universitaire, mais étrangement, sa vie m’était complètement inconnue comme le fait qu’elle ait vécu une bonne partie de sa carrière en France.

Pour l’occasion, Boréal a réédité quelques-uns des romans de Hébert, Héloïse, Est-ce que je te dérange, Aurélien, Clara, Mademoiselle et le Lieutenant. J’ai eu la chance de me plonger dans Héloïse, ce petit roman qui frôle le fantastique. Dans celui-ci on y raconte la folie de Bernard pour Héloïse, une jeune fille rencontrée dans le métro. J’ai aimé l’ambiance créée par Anne Hébert et le climat d’étrangeté qui y règne. C’était aussi fascinant et très drôle de constater que dans Album Anne Hébert, elle se confie au sujet de Héloïse en disant que le texte n’a pas eu le succès escompté et que les nouvelles fantastiques ne fonctionnent pas tellement. Il y a aussi des notes concernant son écriture et j’ai trouvé ça bien intéressant de lire les deux, l’un à la suite de l’autre. J’avais le résultat d’un côté et le processus créatif de l’autre, ce qui a su compléter avec brio mon expérience de lectrice.

Au final, je suis contente que le milieu du livre rende hommage à cette grande écrivaine, le FIL (festival de littérature) lui rendait aussi hommage le 23 septembre dernier. Cela m’a permis de redécouvrir une auteure essentielle à la culture québécoise et surtout, m’a donné envie de relire son œuvre. Si ce n’est pas déjà fait, je vous encourage à le faire! Le livre hommage, Album Anne Hébert, s’adresse donc aux fins connaisseurs de l’œuvre et de la vie de Hébert, mais aussi aux lectrices peu informées… telles que moi!


Le fil rouge tient à remercier les éditions Fides et Boréal pour les services de presse.

cliquez-ici-pour-visiter-notre-boutique-en-ligne

Advertisements
This entry was posted in: Littérature québécoise

par

Lectrice invétérée, Martine est bachelière en études littéraires et la cofondatrice du Fil rouge. Créative et inspirée, elle a l’ambition de faire du Fil rouge un lieu de rassemblement qui incite les lectrices à prendre du temps pour elles par le biais de la lecture. Féministe, elle s’intéresse aux paradoxes entourant les mythes de beauté et la place des femmes en littérature. Elle tentera, avec ses projets pour Le fil rouge, de décomplexer et de dédramatiser le fait d’être une jeune adulte dans une société où tout le monde se doit de paraitre et non d’être. Vivre sa vie simplement et entourée de bouquins, c’est un peu son but. L’authenticité et l’imperfection, voilà ce qui lui plait.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s