Littérature étrangère
Laisser un commentaire

Voici venir les rêveurs : un autre roman à lire sur les promesses brisées du rêve américain

Dernièrement, j’ai lu plusieurs romans d’auteurs d’origine africaine qui abordent le sujet de l’immigration. Pour faire changement, j’avais décidé que les prochains romans d’auteurs africains que je lirais se dérouleraient en Afrique. Pour cette raison, j’ai longuement hésité avant d’entamer la lecture de Voici venir les rêveurs, le premier roman de l’auteure d’origine camerounaise vivant aux États-Unis, Imbolo Mbue. Puis, je me suis laissée convaincre par les critiques élogieuses qui m’ont été rapportées. Oui, les thèmes du déracinement et de la fragilité du rêve américain sont vieux comme le monde, mais somme toute, je trouve qu’Imbolo Mbue a su les revisiter à sa manière et j’ai bien apprécié ma lecture.

L’histoire du roman se déroule au cours des années 2007 et 2008 alors que la crise des subprimes éclate et que Barack Obama est élu président des États-Unis. Jende Jango, un camerounais, a quitté son pays natal pour vivre aux États-Unis et y faire venir sa femme et son fils. Lorsque ceux-ci arrivent à New-York et se joignent à lui, ils sont remplis d’espoir quant à leur futur en Amérique. Neni, la femme de Jende, aspire à faire des études pour devenir pharmacienne, mais surtout, ils souhaitent que leurs enfants puissent un jour étudier dans une université américaine. Or, les obstacles qui se dressent devant eux démontrent que le rêve américain n’est pas accessible à tous et que plusieurs sacrifices sont nécessaires. Au fur et à mesure que ces obstacles se dressent devant eux, ils devront se questionner sur le réalisme de leur rêve américain.

Au début du roman, Jende est engagé comme chauffeur par un dénommé Clark Edwards, haut placé chez Lehman Brothers, une banque d’investissement international qui a fait faillite en 2008 en plein cœur de la crise économique. Dans cet emploi inespéré pour Jende, celui-ci découvre la folie de Wall Street et la vie des très riches américains. Au fil du roman, l’auteure raconte le destin croisé de la famille de Jende à celle de son patron que tout semble opposer.

La famille camerounaise vit dans un petit appartement miteux de Harlem et doit travailler sans relâche pour faire des économies. Qui plus est, Jende doit mener une bataille contre les services d’immigration pour que sa demande d’asile soit acceptée et régulariser sa situation. De leur côté, les Edwards ne sont pas à l’abri des malheurs. Malgré leur très grande richesse, ils ne sont pas aussi heureux que l’on pourrait le croire et leur détresse sera ressentie par Jende et Neni dont le destin est lié à celui de cette famille.

Ce roman est très bien écrit, les dialogues sont rafraîchissants et la traduction française est bien exécutée, ce qui peut être rare. J’ai particulièrement aimé de cette lecture les personnages auxquels on s’attache et leurs relations, même si parfois je trouvais que l’on tombait un peu dans les clichés. Ceci dit, Imbolo Mbue touche à plusieurs thèmes dans ce roman, l’exil, le mariage, la pauvreté, la richesse et l’identité et elle réussit à très bien le faire. Je suis enthousiaste à l’idée de lire son second roman.

cliquez-ici-pour-visiter-notre-boutique-en-ligne

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s