Littérature jeunesse
Laisser un commentaire

« Les fleurs, ce sont les poèmes de la nature »

Vie devant toi, réfugiés, enfance, guerre, espoir, album québécois, le fil rouge lit, les livres qui font du bien, parler de guerre avec les enfants, parler des réfugiés avec les enfants, L'enfant qui n'avais jamais vu une fleur, Édition de la bagnole, album jeunesse, Andrée-Anne Gratton, Oussama Mezher,

La littérature jeunesse est une façon délicate d’aborder avec les enfants et les adolescents des sujets plus difficiles et complexes. En lisant des histoires abordant des thèmes tels que le racisme, l’homosexualité, le terrorisme et dans ce cas-ci, la vie dans un camp de réfugiés, les enfants apprennent à parler de ces sujets plus sensibles, développent leur sens critique et par le fait même, leur compassion, leur empathie et leur ouverture d’esprit.

L’enfant qui n’avait jamais vu une fleur d’Andrée-Anne Gratton et Oussama Mezher est l’histoire d’une petite fille, Samia, qui comme le titre l’indique, n’a jamais vu une fleur de sa vie. Elle est née et habite avec ses parents dans un camp de réfugiés situé entre deux pays en guerre. Son quotidien n’est pas composé de couleurs, de fleurs, de nature. C’est son voisin Mayi qui lui dira cette phrase d’une telle beauté et poésie pour lui décrire ce que sont les fleurs et c’est aussi à ce moment qu’il décidera que Samia doit voir une fleur, une fois au moins dans sa vie.

« Les fleurs, ce sont les poèmes de la nature »

Après une entente avec un jeune soldat qui s’occupe de surveiller le camp de réfugiés, son vieux voisin Mayi réussira à avoir une fleur à montrer à Samia, pour ainsi lui faire voir une autre réalité, lui donner de l’espoir et lui faire voir toute la beauté du monde qu’elle habite.

Publié chez les éditions La bagnole dans la collection « La vie devant toi », cet album jeunesse arrive à merveille à nous toucher, petits et grands, et à nous faire réaliser toute la dureté de la vie dans un camp de réfugiés. Je crois que cet album aborde des thèmes nécessaires et qu’il créera des discussions riches entre parents ou enseignants et les enfants. Cette collection, « La vie devant toi », démontre qu’il ne faut pas avoir peur d’engager la discussion avec les enfants et qu’au contraire, celle-ci les enrichira et fera d’eux des êtres plus informés et propices à l’acception des autres et de la différence.

Bref, cette courte lecture m’a chaviré le coeur. Je me suis prise d’affection pour la jeune Samia et j’ai eu envie de l’emmener avec moi, visiter un jardin… parce que des poèmes de la nature, il y en a tellement…


Le fil rouge tient à remercier Marylene Kirouac, relationniste et les éditions La Bagnole pour le service de presse.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s