Littérature québécoise
Laisser un commentaire

La mémoire du temps, une enquête brillante et hors du commun

Virginie Constantineau, écrivaine à l’existence tranquille, voit sa vie chamboulée lorsque, au terme d’une rencontre avec un vieil ami bouquiniste, elle se retrouve en possession d’un très vieux texte dont l’aura de mystère semble attirer les indésirables… et semer la mort. Intriguée, la romancière s’extirpe de ses Cantons-de-l’Est chéris pour se lancer sur les traces de Nicolas Gustave, un ancien professeur d’histoire du christianisme qui semble lié au passé du fameux manuscrit. Au même moment, à Ottawa, le gouvernement ultra-conservateur qui est en place tente de faire adopter une loi visant à criminaliser l’avortement au Canada…

En quoi ces trois trames bien distinctes sont-elles reliées? Voilà ce que Mylène Gilbert-Dumas nous propose de découvrir avec son roman La mémoire du temps, un ambitieux projet que j’ai pris plaisir à dévorer en quelques jours à peine. Ayant plus d’une quinzaine de romans de genres divers à son actif, l’auteure s’est attaquée cette fois-ci à l’écriture d’un thriller politico-religieux. Elle a, à mon sens, relevé le défi avec brio en produisant un suspense enlevant, différent et fort intelligent, qu’il conviendrait de relire plusieurs fois pour en saisir toutes les nuances! L’auteure, fidèle à son habitude, a su me happer dans son univers crédible et bien campé, me transporter avec sa plume efficace et me rendre sympathique des personnages qui ne devraient pas nécessairement l’être (ce qui, ma foi, constitue parfois tout un exploit!).

J’ai rencontré Mylène Gilbert-Dumas à son « deuxième bureau », Le Tassé café de quartier (à Sherbrooke), pour discuter de son œuvre. J’ai donc réuni pour vous quelques fait intéressants concernant La mémoire du temps et son auteure.

  1. Bien que le roman ait été publié en mai dernier, l’idée initiale derrière le projet date de 2006 (il y a déjà 11 ans!). Le point de départ de l’auteure a été de visualiser, lors d’un événement plutôt formel auquel elle participait, deux personnages qui détonnaient dans le décor (qui s’avéreront devenir, peu après, Virginie et le bouquiniste Régis). Elle a par la suite retrouvé un livre sur le gnosticisme dans sa bibliothèque (un ouvrage de Jean Doresse) et a décidé d’en faire le point central de son intrigue, qu’elle a bâtie au fil de ses recherches sur le sujet.
  2. Elle a consacré deux années entières à ce roman (elle est romancière à temps plein): un an de recherches approfondies, et un an d’écriture. Elle s’est énormément renseignée sur les gnostiques et leur doctrine, afin d’être bien solide pour aborder le sujet, et pour trouver comment bien le vulgariser. La rigueur de son travail et de ses recherches est impressionnante!
  3. Anecdote cocasse à ce propos: elle a dû commander certains livres rares pour ses recherches, dont deux études traitant de l’Égypte, obtenues chez le même bouquiniste en Roumanie. Le libraire était tellement persuadé qu’elle était une vraie mordue du sujet qu’il s’est entêté à lui réécrire pour lui proposer toutes sortes d’ouvrages reliés à l’Égypte… mais qui n’avaient rien à voir avec les véritables motifs de ses recherches!
  4. L’histoire est constituée de trois trames parallèles, présentées en alternance. Mis à part les quelques premiers chapitres, chaque trame a été rédigée de manière indépendante, et tous les chapitres ont par la suite été insérés les uns à la suite des autres pour former le roman tel qu’il est. Le « premier jet » mis dans l’ordre était ahurissant: les chapitres se répondaient entre eux, poursuivaient ce qui avait été proposé dans les précédents (reliés à d’autres trames), venaient renforcer une idée qui commençait à être exploitée… Un résultat presque surréaliste! Peu d’ajustements ont été nécessaires à ce niveau.
  5. Le roman possède une fin non conventionnelle, qui surprend car on ne s’attend peut-être pas à ce genre de résolution. Néanmoins, la conclusion et le commencement sont parfaitement en symbiose, et quand on s’y attarde, on réalise qu’au fond, « tout est dans tout ».

Mylène Gilbert-Dumas est en préparation de son prochain roman, et a déjà entamé ses recherches préliminaires. On peut supposer qu’elle y mettra encore au moins deux bonnes années! Peu importe la date de sortie de sa prochaine œuvre, je serai à coup sûr au rendez-vous.

Et vous, aviez-vous la moindre idée de tout le temps et le travail nécessaires pour obtenir un roman à caractère historique de qualité?

Le fil rouge voudrait remercier VLB éditeur pour le service de presse!

_____________________________________

La mémoire du temps, Mylène Gilbert-Dumas

VLB éditeur

544 pages

ISBN : 9782896497294

Advertisements
This entry was posted in: Littérature québécoise

par

Auteure, agente de communication, maître en création littéraire et blogueuse, Raphaëlle explore diverses facettes du milieu du livre à travers sa passion intarissable pour les mots et les histoires. Elle mène d'ailleurs de front une multitude de projets variés, au cœur desquels l'écriture se trouve toujours au premier plan. Dans ses créations, elle a un petit faible pour les littératures de l’imaginaire (fantasy, fantastique, épouvante, suspense), mais côté lecture, elle dévore un peu de tout, vraiment. En fait, elle n’accorde pas réellement d’importance à la notoriété des auteurs ou aux genres qu’ils pratiquent ; ce qui compte pour elle, c’est d’abord et avant tout de découvrir leurs univers, pour ensuite partager ses trouvailles avec les autres. Son but en tant que lectrice? Être émue, bouleversée, émerveillée, éjectée hors de sa zone de confort. Son but en tant qu’auteure? Tenter de transmettre aux lecteurs toutes ces émotions vives et brutes qui, à ses yeux, font de la littérature une aventure sans âge et sans frontières.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s