Art et créativité
Laisser un commentaire

Silence-décomposition : au coeur d’une co-création

nota beneRetirer un terme : silence décomposition silence décompositionRetirer un terme : pierre-luc landry pierre-luc landryRetirer un terme : stefania becheanu stefania becheanuRetirer un terme : à l'écoute d'une ville à l'écoute d'une villeRetirer un terme : silence silenceRetirer un terme : art artRetirer un terme : création créationRetirer un terme : démarche artistique démarche artistiqueRetirer un terme : poésie poésieRetirer un terme : le fil rouge le fil rougeRetirer un terme : le fil rouge lit le fil rouge litRetirer un terme : les livres qui font du bien les livres qui font du bien

Ce petit livre rose est arrivé chez Martine, en service de presse sans trop qu’on s’y attarde ni l’une ni l’autre, mais de la typographie à la quatrième de couverture, quelque chose m’avait définitivement attirée vers ce livre. L’idée d’une rencontre entre deux artistes et d’une déconstruction du silence a piqué ma curiosité.

Je l’ai donc pris pour mieux le  laisser chez moi, un mois, peut-être deux, avant que l’envie me prenne de m’y plonger.  Je pense avoir eu peur de me retrouver devant une oeuvre hermétique et impénétrable à laquelle je ne comprendrais rien. Finalement, je l’ai débuté, pleine d’anticipation, pour mieux le refermer quelques heures plus tard, la tête remplie de réflexions et d’admiration pour cet étrange journal de bord qu’est Silence-décomposition, à l’écoute d’une ville.

Projet : observer le silence par tous les moyens qui sont à notre disposition: le texte, l’image, le son. En identifier les éléments constitutifs. Les isoler. Les traduire en parties d’oeuvres d’art, chaque fois incomplètes, insuffisantes. Tenter de reconstruire le silence par la cohabitation de ces morceaux. L’installer, à notre manière, dans un objet hybride afin de mieux le comprendre, ou à tout le moins de rendre compte de l’expérience intense que la démarche nous aura procurée.

Au coeur de la co-création 

Ce livre, non linéaire, s’apparente donc à un journal de création. Un journal de bord et d’observations entre deux artistes;  Pierre-Luc Landry et Stefania Becheanu.  Alors que le premier s’intéresse à la photo, à l’écrit, la seconde s’attarde aux sons, à leurs compositions et, ensemble, ils explorent Barcelone pour mieux la déconstruire, pour mieux se l’approprier, à travers leurs regards.

Ils explorent les façons de créer de l’un et de l’autre, se questionnent sur leurs différences, sur leurs visions et sur leur processus créatif respectif. À travers ça, il y a un peu de fiction, de brides de pensées, de théories sur l’art, l’écriture, l’architecture, le silence. On les retrouve alors qu’il tentent d’écouter de la manière que le ferait l’autre et à travers cet exercice qui semble anodin, on se rend bien compte qu’il y a autant de manières d’écouter que de gens qui écoutent.

C’est une rencontre à la fois personnelle, poétique et théorique qui résultera en une exposition et, bien entendu, en ce livre objet qu’est Silence-Décomposition.

La part du silence

C’était, à la base, cette idée du silence qui m’intéressait. Finalement, ce que j’ai retrouvé dans ce livre est beaucoup plus qu’une réflexion sur le silence, mais plutôt une multitude de pistes sur la perception, l’art, la jonction entre différents médiums, la création.

J’ai trouvé que l’utilisation du silence comme matière première, comme prémisse artistique, comme matière à décomposer était à la fois intéressante pour une exposition mais aussi pour un livre, matière idéale pour recueillir impressions, propos, réflexions et tout ce qui se trouve entre, dans les pages blanches, les espaces, les silences.

Pour rendre l’expérience de lecture plus complète, pour s’immerger dans le travail de Landry et Becheanu, vous retrouverez au tout début un code QR qui vous apportera directement à un site web proposant photos et extraits sonores, résultat du travail des deux artistes.

Construire un lieu idéal dans lequel on veut plonger les gens, par collage: collage de sons, de textes, d’images. Le livre explique la démarche. Ekphrasis.

Alors si vous avez envie de vous plonger dans quelque chose d’immersif, de différent et d’inspirant, Silence-Décomposition à l’écoute d’une ville  est pour vous.

Aimez-vous ce type de livre qui mets en mots une démarche créative et artistique ? Quelles seraient vos suggestions ? 

Merci aux éditions Nota Bene pour le service de presse.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s