Essais
Laisser un commentaire

S’éloigner du chaos moderne en vivant plus simplement

Vivre simplement, ruban cassette, Elisabeth Simard, lefilrougelit, les livres qui font du bien, bibliothérapie, simplicité, minimalisme, calme, silence, Guy saint jean éditeur, famille, slow parenting, vivre slow, slowtoute, slow living

Une de mes premières constatations d’adulte, ça a été de ressentir un énorme vertige vis-à-vis la frénésie de la vie dite « ordinaire » : courir après son temps, trouver du temps pour se nourrir, voir sa famille, s’offrir du temps pour soi comme s’il s’agissait de quelque chose d’exceptionnel. Ce vertige est venu perturber ce besoin de flâner que j’ai toujours ressenti. Flâner dans le sens de rêver, dans le sens de profiter du silence, des riens qui m’entourent, mais qui forment un tout.

Vivre simplement est devenu rapidement une nécessité dans ma façon de voir la vie. C’est cette constatation qui m’a amenée à chercher des inspirations et des modèles un peu plus hors normes qui me montraient qu’il n’y avait pas une seule façon de vivre sa vie et qu’il existait des façons plus « alternatives » d’être adulte.

À une époque comme la nôtre, je ne suis pas la seule devant cette constatation. Cela a mis sur mon chemin de nombreux blogues et livres inspirés de cette philosophie du Slow living. Or, je reproche à énormément de livres que j’ai lus au sujet de cette vie lente et minimaliste d’aborder le sujet de façon superficielle. On n’y parle trop souvent que d’objets, de matériel, de biens physiques.

À mon sens, l’intérêt et la richesse de ce choix de vivre simplement se trouvent plutôt dans des sujets tels que le temps, les finances, l’alimentation, l’environnement, la spiritualité, l’entrepreneuriat, la créativité. J’y vois clairement un enjeu social et un mouvement politique éloigné de la société capitaliste qui nous encourage à toujours plus consommer et travailler. L’enjeu est plus grand que de seulement discuter de façons de trier ses vêtements ou décorer sa cuisine (même si je suis la première à m’intéresser aussi à ce genre de chose).

Voilà pourquoi cette nouveauté des éditions Guy Saint-Jean m’a positivement plu. Vivre simplement d’Élisabeth Simard, autrice du blogue Ruban cassette, aborde de nombreuses facettes de ce que c’est pour elle et sa famille que de vivre simplement. Sortir du chaos moderne pour s’offrir une vie plus douce, dans cette petite phrase qui apparaît sur la couverture, il y a l’idée de sortir, de prendre un autre chemin que ce que la société détermine pour nous. J’ai apprécié la franchise et la vulnérabilité avec laquelle l’autrice nous apporte dans ses réflexions et ses constats.

Simplicité, douceur, calme

Il y a plusieurs sujets dans ce livre que j’ai été heureuse de trouver dans un tel ouvrage : les finances, l’environnement, les relations avec les autres, le travail, l’importance de prendre soin de soi. Ces sujets sont plus ancrés dans le réel et permettent à celles et ceux qui se trouvent devant leurs questionnements d’y trouver un genre de guide d’accompagnement. Et pour ce qui est de celles et ceux qui ont déjà emprunté le chemin de la simplicité, cela vient qu’approfondir et inspirer à nouveau. Bien que l’attention du livre soit souvent portée vers la parentalité, j’ai trouvé que son entièreté pouvait inspirer quiconque, même ceux sans enfants, comme moi.

Refuser la rapidité de la vie, s’éloigner du système capitaliste et repenser notre lien avec l’environnement, l’argent, le temps, avec ce qu’est la vraie définition du succès et du bonheur, sont des gestes qui peuvent améliorer notre vie comme individu; des gestes qui nous font repenser à la notion de collectif, ce « nous » trop souvent oublié.

Je crois sincèrement que la simplicité volontaire vient en continuité avec l’idée de repenser son rapport aux autres, à ce qui nous entoure, à faire preuve de plus de compassion et de respect avec les humains, les animaux, la nature et l’environnement. J’y vois dans ce désir de vivre simplement un positionnement positif (qui peut être politique) pour désamorcer le non-sens que représente ce chemin tout tracé de travailler pour consommer tout en contribuant à la destruction de la planète terre.

Bref, c’est un ouvrage inspirant qui m’a permis de repenser à ma définition de ce que c’est que de vivre simplement. Si l’envie de ralentir, d’avoir une vie qui a plus de sens, de changer les choses vous interpelle, je ne peux que vous encourager à découvrir ce livre qui saura vous inspirer et contribuer à mener une existence plus harmonieuse avec ce qui vous entoure.

Avez-vous d’autres lectures qui inspirent à « sortir du chaos moderne » à me conseiller?


Le fil rouge tient à remercier Les Éditions Guy Saint-Jean pour le service de presse.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s