Clubs de lecture
Comment 1

Club de lecture de la Ville de Québec : Remèdes pour la faim

le fil rouge`le fil rouge lit; héliothérapie; Deni Y. Béchard; Alto; Remèdes pour la faim

Depuis l’automne dernier, j’ai la chance d’animer les séances du club de lecture du Fil rouge dans la ville de Québec. Pour notre dernière rencontre de la session d’hiver, notre choix s’est arrêté sur Remèdes pour la faim, un récit autobiographique écrit par Deni Y. Béchard. 

Avant chaque rencontre, je suis toujours un peu fébrile de connaître l’appréciation du livre choisi par les participantes bien que je dois dire que les échanges sont toujours captivants, et ce, même quand la lecture du mois ne fait pas l’unanimité. Dans le cas de Remèdes pour la faim, j’étais encore plus préoccupée de l’appréciation du livre, car il s’agit d’une brique de presque 600 pages sans grands rebondissements et la dernière chose que je souhaite est que la lecture devienne une corvée pour les participantes.

C’est donc avec ce petit stress en tête que je me suis rendue au lieu de la dernière rencontre. Or, ce stress a vite disparu, car tout le monde a réussi à terminer le livre avant la rencontre et la plupart des participantes ont beaucoup aimé leur lecture. Finalement, peut-être que le sentiment de satisfaction est encore plus grand lorsque l’on termine un livre aussi volumineux.

Un récit autobiographique sur une relation père-fils

Dans Remèdes pour la faim, l’auteur relate son enfance et son adolescence entre la Colombie-Britannique et les États-Unis. Le livre aborde en grande partie sa relation avec son père, un homme très spécial qui est loin d’être un enfant de chœur. Enfant, Deni ressent de l’admiration pour son père et il chérit tout moment de complicité qu’il peut partager avec lui, et ce, même si déjà certains comportements de son père le rendent soupçonneux.

Alors qu’il a 10 ans, les parents de Deni se séparent. Sa mère Bonnie emmène ses trois enfants vivre avec elle en Virginie. Séparé de son père, Deni continue de cultiver une curiosité par rapport à celui-ci. Il en sait très peu sur lui, mis à part qu’il est un Canadien français né au Québec et qu’il a coupé les ponts avec sa famille. Or, un jour, il apprendra que son père était autrefois un voleur de banque et il deviendra fasciné par cette période dans la vie de son père. Le livre lève donc le voile sur la vie rocambolesque du père de l’auteur, mais il aborde avant tout l’histoire d’un adolescent qui tente de trouver sa voie avec ce père au passé mystérieux comme modèle.

Pourquoi nous avons aimé ce livre

Bien que le personnage du père, un homme égoïste, violent et manipulateur, fasse parfois grincer des dents, les participantes du club de lecture ont beaucoup aimé la multitude de thèmes abordés dans ce livre, soit la quête d’identité, le besoin de fuir, les secrets de familles, les relations père-fils, la recherche de ses origines et la littérature. À elle seule, la vie du père de l’auteur est digne d’un roman. Par contre, nous avons beaucoup aimé que la vie de ce dernier soit dépeinte à travers son fils qui, dans sa quête d’identité, tente de comprendre qui est son père.

 Le rôle de l’écriture et de la littérature dans la vie de l’auteur est un autre aspect du livre que les participantes ont particulièrement apprécié. Pour des passionnées de lecture, il est intéressant de constater que la littérature et l’écriture peuvent avoir un impact significatif dans le cheminement d’une personne et, dans le cas de l’auteur, c’est sûrement ceux-ci qui ont fait en sorte qu’il n’a pas suivi les traces de son père.

Pour ceux et celles qui seraient tentés de lire ce livre, mais qui se sentent rebutés par sa longueur, sachez que, une fois la lecture entamée, il est difficile de poser le livre. Nous étions toutes d’accord pour dire que malgré quelques longueurs, c’est le sens du détail qui fait de ce livre une réussite. Qui plus est, nous étions unanimes pour dire que la traduction de Dominique Fortier est très bien exécutée. Notre dernière séance s’est donc conclue sur une très belle note.

Et vous, aimez-vous les livres qui portent les sur les relations filiales?

 

Advertisements

Un commentaire

  1. Ping : Club de lecture de la Ville de Québec : Remèdes pour la faim | Le fil rouge | Le Bien-Etre au bout des Doigts

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s